Isabelle Huot Du cœur au ventre!


Texte: Cassandra Poirier Photos: Crila et Sébastien Miron

Isabelle Huot rêvait de devenir missionnaire en Afrique, mais son chemin l’aura plutôt menée au sein des foyers québécois. Dans nos oreilles, sur papier ou sur notre petit écran, elle promulgue ses bons conseils en matière de santé et de nutrition. Rencontre avec une femme qui a du cœur au ventre!

Il est 10 heures et Isabelle se prépare pour la séance photo qui l’attend. C’est d’un grand sourire qu’elle se présente. À cette heure, cela fait déjà un moment que la journée est entamée pour celle qui s’attèle à la tâche dès 6 heures le matin. « Le travail ne me fait pas peur et ça ne me dérange pas de me lever à 5 h et d’être devant l’ordinateur une heure plus tard », raconte-t-elle débordante d’énergie.

L’horaire de la nutritionniste est impressionnant. C’est à se demander comment elle fait. « Quand tu es passionnée, tu ne calcules pas tes heures, explique la femme de 41 ans. J’ai toujours travaillé entre 80 et 90 heures par semaines. Je n’ai pas d’enfants et j’ai toujours mis le travail en priorité dans ma vie. J’ai mille et un projets en tête, c’est pourquoi je ne pourrais pas travailler moins. Ce n’est pas dans ma personnalité! »

Lorsqu’elle n’est pas en période d’écriture, Isabelle livre ses chroniques sur les ondes de TVA le matin à Salut, Bonjour!, ou bien sur les ondes radio de Rythme FM aux émissions Les matins de Montréal et Les midis de Véro. Pourtant, rien ne la prédestinait à faire carrière dans les médias. Lorsqu’elle entame son baccalauréat en nutrition, Isabelle se fixe comme objectif d’intégrer la prestigieuse Organisation mondiale de la santé et d’aider les pays en voie de développement. Pour payer ses études, elle fait une première apparition à la télévision dans une publicité de l’Ail Suractif, il y a de cela une vingtaine d’années. Puis, de fil en aiguille, elle écrit des textes pour plusieurs magazines et commence à faire des chroniques à la télé pour Canal Vie, avant d’être embauchée à Radio-Canada puis à TVA, il y a maintenant 12 ans. En 2005 Isabelle écrit son premier livre, Les conseils santé d’Isabelle. Aujourd’hui, elle en est rendue à son 7e. « Finalement, je n’ai pas fait ce que je voulais faire comme missionnaire, j’ai complètement bifurqué, mais je m’implique dans des causes sociales comme le Club des petits déjeuners, Moisson Montréal et la Fondation de l’organisme le Garde-manger. »

Isabelle se garde également une journée par semaine en clinique où elle traite des troubles alimentaires. « J’ai toujours fait de la clinique, car j’aime rester proche des gens, pouvoir répondre à leurs questions et les faire cheminer. C’est très important pour moi de garder ce contact », explique-t-elle. La nutritionniste a d’ailleurs ouvert sa propre clinique privée, il y a deux ans de cela, et s’est entourée d’une équipe de professionnels incluant des nutritionnistes, des psychologues spécialisés et des kinésiologues. Aujourd’hui, Isabelle possède trois cliniques.

Le décès foudroyant et inattendu de sa mère l’année dernière a toutefois poussé Isabelle à revoir ses priorités. « Ma mère était en pleine forme et du jour au lendemain, on apprend qu’elle a un cancer incurable et qu’il lui reste environ quatre mois à vivre. Cela a été un dur coup, raconte-t-elle avec émotion. Depuis, j’ai remis un peu d’équilibre dans ma vie. J’ai engagé une adjointe à ma clinique qui est extrêmement compétente et j’ai des stagiaires durant l’année pour m’aider. J’ai appris à déléguer. » Elle et son conjoint se sont également acheté un condo à Magog et en profitent pour aller skier les samedis, du temps qu’elle consacrait autrefois à son travail qui demeure une véritable passion : « Aujourd’hui, il y a beaucoup de jeunes qui viennent me voir dans les salons pour me dire “je rêve de faire ce que tu fais”! Ce n’était pas mon rêve de travailler dans le domaine des médias, mais j’adore ça! »


Fourchette et sac à dos
Si Isabelle rêvait de faire carrière à l’OMS et missionner à travers le monde, sa carrière dans les médias au Québec ne l’a pas empêchée de faire des voyages une priorité puisqu’elle s’en permet au moins trois par année. À la maîtrise, Isabelle étudie à Genève et à Londres. Puis, elle travaille deux ans à Marrakech, au Maroc, dans un centre de balnéothérapie où elle forme les chefs sur la cuisine santé. « J’aime me promener dans les marchés. Je garde un excellent souvenir du souk Jamâa El Fna, où ça sent bon les épices! J’adore négocier et marchander… » La nutritionniste replonge dans ces souvenirs de voyage qui la ramènent jusqu’en Chine. « À 5 heures du matin, dans les marchés, c’est l’arrivage du poisson frais et des légumes méconnus. Les gens autour ne parlent pas ta langue et tu es le seul touriste parmi les locaux. C’est une expérience formidable », s’exclame-t-elle.

Évidemment pour Isabelle, chaque voyage amène son lot de découvertes… culinaires! « On mange tellement bien dans les pays qui bordent la méditerranée. J’en retire les meilleurs souvenirs gastronomiques, c’est incroyable! Il y a une véritable culture du plaisir de manger, du partage des repas, ajoute-t-elle. Je suis une grande épicurienne et je suis très gourmande aussi. Mon chum me dit toujours que je mange plus que lui! J’adore manger, c’est un grand plaisir dans la vie. » Celle qui incarne les saines habitudes de vie se permet-elle de s’abandonner aux McDonald de ce monde une fois de temps en temps? « Jamais, répond-elle avec conviction. Ça ne m’attire tout simplement pas. Ce qui me met en appétit c’est plutôt le poisson, les fruits de mer, les légumes, de bonnes pâtes à la roquette avec du vrai parmesan et une bouteille de vin rouge. La bouffe, ça fait partie de ma vie! »
 

Un Québec en transformation
Les chroniques et des livres de remise en forme et d’alimentation gagnent en popularité au Québec, c’est une évidence. Les tomes un et deux de Kilo Cardio, réalisés en collaboration avec Josée Lavigueur et Guy Bourgeois, se sont vendus à plus de 200 000 exemplaires. Selon Isabelle, cela témoigne d’un véritable mouvement vers des habitudes de vie beaucoup plus saines. « Les Québécois ont énormément évolué depuis 30 ans du côté des découvertes, de la diversité, et de la saine alimentation. On s’ouvre également beaucoup plus aux autres cultures. On mange mieux qu’avant, mais pas parfaitement. Je note qu’il y a un certain retour en cuisine; les gens aiment cuisiner, mais surtout les fins de semaines. Durant la semaine, ils sont beaucoup plus occupés et ne prennent pas le temps de préparer de bons repas. Ils se tournent vers le prêt à manger, ce qui est moins sain », relate-t-elle. 

« Après la sortie de Kilo Cardio, j’ai eu beaucoup de commentaires de gens qui me disaient que le régime était bénéfique, qu’il voulait le faire jusqu’au bout, mais qu’ils n’avaient pas le temps de cuisiner. C’est à ce moment que je me suis dit que j’allais le faire pour eux », s’exclame Isabelle. C’est ainsi que l’idée de Kilo Solution est née, une gamme de prêt à manger minceur. La nutritionniste c’est associée à l’entreprise Saveurs Santé qui cuisine ses recettes faibles en calorie et en sodium, sans additifs ni conservateurs. Une équipe de professionnels assurent également un support à ceux qui désirent perdre des kilos. Les pertes de poids associées à Kilo Solution sont au-delà des espérances de la nutritionniste qui s’en félicite. L’objectif du programme est de perdre une à deux livres par semaine, mais les participants en perdent plutôt de 8 à 16 par mois. « C’est un clé en main, un programme comme Kilo Cardio, mais à domicile, chez vous, partout dans la province », explique Isabelle. D’ici peu, elle espère pouvoir être accessible dans les supermarchés et travaille à l’élaboration d’une gamme de collations minceurs. « Je vois toujours de l’avant. J’ai plein de projets qui s’en viennent », se réjouit-elle.  

Isabelle Huot, notre « Jenny Craig » québécoise-? Bien que les deux programmes de perte de poids soient sortis presque en même temps, Isabelle ne connaissait pas la guru de l’alimentation américaine. Qu'à cela ne tienne, Isabelle a réussi à conquérir le cœur du Québec avec ce qu’elle a dans le ventre. 

Les musts d’Isabelle Huot : 
- Légumineuses (ex. : Quinoa)
- Légumes frais et surgelés pour dépanner
- Fruits frais et surgelés
- Du poisson
- Pain 100 % blé entier (St-Méthode, bien sûr !)
- Produits laitiers
- Yogourt grec Liberté
- Cheddar vieilli ou Parmigiano Reggiano
- Tofu soyeux
- Boisson de soya 

Questionnaire Mieux-Être
Votre péché mignon :
La crème glacée et le vin. 
Un aliment que vous adorez : Le fromage et la tomate ! J’adore tout ce qui est aux tomates ! C’est l’aliment qu’on retrouve le plus dans mon alimentation, ensuite c’est le fromage. J’étais juge au grand prix des fromages canadiens et porte-parole du Festival des fromages de Warwick. Je les aime tous ! Surtout les fromages à pâte dure, de lait de brebis, de cheddars vieillis… Mais si je devais partir sur une ile et que je ne devais apporter qu’une chose, ce serait la tomate. 
Un aliment que vous détestez :  Le boudin et la cervelle. À Marrakech ou à Istanbul, ils te présentent la cervelle qu’ils tiennent dans leurs mains et ça m’a marquée. En Martinique et Guadeloupe, j’ai visité une entreprise de boudin. Je n’ai pas eu le choix de gouter…
Vos restaurants préférés : Europea. J’ai un faible pour la cuisine de Jérôme Ferrer. Chaque bouchée est une extase. On se sent gâté dans ce restaurant et le service est incomparable. Je vais également souvent au Local pour l’ambiance avec mes copines et aussi au Portus Calle, un excellent resto portugais. Mais je sors de moins en moins… je cuisine presque toujours !
Ce que vous aimez cuisiner : Les fruits de mer. J’adore les crevettes, les pétoncles… Je mange très peu de viande. J’ai été végétarienne durant cinq ans et même si j’ai recommencé à manger de la viande, c’est très occasionnel.  
Le meilleur endroit pour faire l’épicerie : Le marché Atwater est génial et est situé tout près de chez moi. Si je suis dans le coin de Laval, je vais au Marché 440. Sinon j’aime le IGA de Louise Ménard. Il y a une grande variété de produits fins et de belle qualité.
Votre routine santé : J’aime me lever tôt. Je me couche à 21 h 30 et je me lève à 5 h 30 ou 6 h. J’ai besoin de beaucoup de sommeil. Le matin, je m’entraine. Par contre, j’aime commencer ma journée par une heure de travail, lorsque le téléphone ne sonne pas. Ensuite, je vais au gym 4 à 5 fois par semaine et je fais du ski la fin de semaine. Je mange 5 fois par jour. Je n’arrête jamais pour diner; je suis toujours devant l’ordinateur, mais je grignote toute la journée. Le soir on prépare un gros souper.
Une nouvelle découverte culinaire : Un nouveau vinaigre de cidre de glace. Une salade d’endives au fromage bleu avec un peu de vinaigre de cidre de glace c’est super bon ! Je m’intéresse aussi aux huiles d’olive de nouvelles récoltes qui ont un goût très herbacé. Sinon, je suis une personne très « café ». J’adore la machine à café Nespresso.