Au cœur de l'été, découvrez les trésors de fleurs qui nous entourent


PAR Natacha Imbeault et collectif Herbothèque

Allier les plantes médicinales à l’univers des soins de santé n’est pas nouveau. Nos ancêtres en connaissaient les bienfaits depuis des siècles. Les plantes, de par leur nature, nous soutiennent avec douceur et amour. Elles sont tour à tour nourricières, enveloppantes, fortifiantes, nettoyantes, exfoliantes, purifiantes, adoucissantes, toniques, calmantes. Apprendre à œuvrer avec elles, c’est s’offrir un cadeau.

Nous aborderons ici des plantes dont on utilise principalement les fleurs, qui poussent facilement au jardin et en pot ou que vous pourriez rencontrer en randonnée. Évidemment, vous trouverez ici qu’un très petit éventail des plantes disponibles.

 

Quelques plantes intéressantes
Achillée millefeuille (Achillea millefolium): Elle pousse à l’état sauvage et elle est facile à cultiver au jardin. On utilise les sommités fleuries et les feuilles. Elle tonifie toute la circulation en dilatant les vaisseaux et les capillaires. Très intéressante dans les cas de phlébite, varices et jambes lourdes. Elle aide aussi à abaisser la pression et elle arrête les hémorragies. Diaphorétique, elle est spécialiste de la fièvre. De plus, elle tonifie et régularise le système reproducteur féminin et aide à éliminer les excès d’œstrogène. On l’utilise lors de kystes, fibromes, endométriose, et aussi à la préménopause.

Calendule (Calendula officinalis): Facile à cultiver en pot ou au jardin, on utilise ses fleurs. Grande amie de la peau, la calendule est cicatrisante, anti-inflammatoire, antifongique et antiseptique. Elle est idéale pour soigner les blessures et les maladies de peau, et ce, tout en douceur. Son action anti-inflammatoire sera très utile pour l’inflammation des muqueuses, de la bouche jusqu’aux intestins. Elle a aussi une action sur le foie et la vésicule biliaire et est donc utile pour détoxiquer ces organes en douceur. Elle a aussi la propriété de faciliter les règles, et elle active le système lymphatique, ce qui aide le système immunitaire à mieux surveiller et combattre.

Camomille allemande (Matricaria recutita): Facile à cultiver en pot ou au jardin, on utilise ses fleurs. La camomille est calmante et digestive, ce qui en fait une excellente plante pour les divers troubles digestifs, des ballonnements au syndrome du côlon irritable. Elle est très riche en calcium, donc reminéralisante, et elle a une action alcalinisante très intéressante pour les problèmes d’acidité. Ses effets sur le système nerveux sont bien connus et on l’utilise dans plusieurs conditions nerveuses (stress, hystérie, enfants agités, etc.). En externe, on utilisera son action anti-inflammatoire pour soulager les inflammations de la peau ainsi que les douleurs musculaires.

Capucine (Tropacolum minus ou majus): Facile à cultiver en pot ou au jardin, on utilise ses fleurs. Plante antibiotique, tonique immunitaire, expectorante, antiseptique, légèrement laxative et diurétique. On peut utiliser la tisane ou une décoction en rince pour les cheveux dévitalisés et lorsqu’il y a perte de cheveux.

Centaurée bleuet (Centaurea cyanus): Facile à cultiver en pot ou au jardin, on utilise ces fleurs. Elle est anti-inflammatoire, antiseptique, astringente, cholagogue, cholérétique, dépurative, digestive, diurétique, emménagogue, ophtalmique et tonique. On lui a aussi découvert récemment des propriétés antibiotiques.

Ciboulette (Allium shoenoprasum): Facile à cultiver en pot ou au jardin, on utilise ses fleurs et ses tiges. Elle est adoucissante, antiscorbutique, antiseptique doux, antitussif léger, cardiotonique, cicatrisante, coricide, diurétique, émolliente, expectorante, hypoglycémiante, légèrement laxative, stimulante et tonique. On a tout avantage à l’intégrer dans l’alimentation.

Hémérocalle (Hemerocallis fulva): Facile à cultiver au jardin, on utilise ses fleurs. Elles sont antirides, astringentes, calmantes, cicatrisantes, légèrement laxatives, nutritives et régénératives. Utile contre la constipation et l’hyperacidité. On peut faire une belle huile avec les fleurs. Cette huile sera transformée en crème de nuit par la suite.

Lavande (Lavandula angustifolia): Facile à cultiver en pot ou au jardin, on utilise ses fleurs et sommités fleuries. La lavande est sédative, calmante, antispasmodique, anti-inflammatoire et relaxante. C’est une grande alliée du système nerveux, et on l’utilise dans les cas de nervosité, stress, maux de tête, etc. Ses actions sont également toutes indiquées pour le système musculaire, les contusions, enflures, entorses, claquages, etc. Le système respiratoire profite aussi des bienfaits de la lavande, qui aura sur lui une action tonique et relaxante. Dans les cas de maladies respiratoires d’origine nerveuse comme l’asthme, on aura avantage à travailler avec elle. Elle est aussi excellente pour la peau, cicatrisante, antiseptique, anti-infectieuse et anti-inflammatoire. On l’utilise pour diverses maladies et blessures de la peau.

Lierre terrestre (Glechoma hederacea): Il pousse à l’état sauvage dans les pelouses non traités et bordures de chemins. On utilise les sommités fleuries et les feuilles. Il tonifie et fortifie les bronches, favorise l’expectoration et liquéfie le mucus. Il est très utile pour les affections respiratoires et ORL (sinusites, bronchites, problèmes de gorge et d’oreilles). Il nettoie le sang et favorise la guérison de la peau. Il aide le corps à se libérer des métaux lourds. Les feuilles sont délicieuses à incorporer dans une salade. Attention, ne pas prendre si enceinte.

Mauve musquée (Malva moschata): Elle pousse à l’état sauvage et elle est facile à cultiver au jardin. On utilise principalement les fleurs et également les feuilles. La mauve est adoucissante, anti-inflammatoire, béchique, calmante, cicatrisante, émolliente, laxative, nutritive, régénérative, pectorale et vulnéraire. Spécialiste de la peau et des muqueuses dans tout le corps, elle les adoucit et les protège. Dès qu’il y a inflammation ou irritation, la mauve sera salutaire. Elle sera bénéfique au système respiratoire, lorsqu’il y a congestion.

Millepertuis (Hypericum perforatum): Il pousse à l’état sauvage et est facile à cultiver au jardin si vous lui réservez un endroit d’aspect plus sauvage.
On utilise les boutons et les fleurs. Le millepertuis est anti-inflammatoire et antispasmodique et on l’utilise beaucoup en externe sous forme d’huile. Idéal pour toutes les douleurs et les contusions. C’est aussi un relaxant, un nervin, et il a des propriétés antidépressives. C’est un très bon allié du système nerveux. Attention, le millepertuis interagit avec plusieurs types de médicaments. Pris seul, le millepertuis est sans danger, sauf photosensibilité pour un petit pourcentage de personnes.

Pavot (Papaver rhoeas): Il pousse au jardin et on utilise les pétales. Il est antispasmodique, anti-infectieux, béchique, calmant, décongestionnant, émollient, pectoral, sédatif. Les systèmes nerveux et respiratoire bénéficieront des propriétés du pavot. Seuls les pétales sont sans danger et ne créeront pas d’accoutumance ou de malaise.

Pensée sauvage (Viola tricolor): Elle pousse à l’état sauvage et elle est facile à cultiver au jardin. On utilise les fleurs et les racines. La pensée est dépurative et est excellente pour toutes les maladies de peau. De plus, elle calme l’irritation et favorise la cicatrisation. Elle a une action expectorante et régulatrice des voies respiratoires, et ses propriétés émollientes seront très utiles pour adoucir les muqueuses enflammées. Elle est aussi diurétique et efficace dans les cas d’œdème, d’arthrite et de rhumatismes.

Pissenlit (Taraxacum officinale): Ai-je besoin de vous dire qu’il pousse à l’état sauvage, dans les pelouses et au jardin partout où on lui permettra de rester? On utilise les racines, feuilles, et fleurs. Tonique amer, il aide le foie à bien faire son travail et à se nettoyer. Il facilite aussi le travail des reins. Il est utile pour réduire le taux de cholestérol. Il a aussi une action sur le pancréas et il est bénéfique pour les troubles de la glycémie. Il nettoie le sang et entretient le système artériel. Il est également très reminéralisant.

Reine des prés (Filipendula ulmaria): Elle pousse à l’état sauvage et elle est facile à cultiver au jardin. On utilise les sommités fleuries. Elle est analgésique, anti-inflammatoire, et elle aide à l’élimination de l’acide urique. Elle est donc tout indiquée pour les douleurs articulaires et les rhumatismes. Elle est aussi digestive, soulage les muqueuses, neutralise l’excès d’acide gastrique et réduit les nausées. Elle a aussi une action diurétique intéressante pour les problèmes d’œdème.

Rose (Rosa spp.): Elle pousse à l’état sauvage et elle est facile à cultiver au jardin. On utilise seulement les pétales. Les variétés sauvages sont plus intéressantes au niveau médicinal, mais tous les pétales de roses non traitées peuvent être utilisés. La rose est une grande régénératrice, et cette action se fait sentir sur la peau, les muqueuses intestinales et respiratoires. Elle soulagera les aphtes, les ulcères ou les maux de gorge. On l’utilisera aussi pour soigner diverses blessures de la peau, coupures, et même la couperose. L’effet hydratant de cette fleur est hautement apprécié. La rose a aussi des propriétés nervines et sédatives, et sera très utile pour soulager les nerfs et pour calmer. Son contenu en huiles essentielles lui confère des propriétés euphorisantes.

Trèfle rouge (Trifolium pratense): Il pousse à l’état sauvage et est facile à cultiver au jardin. On utilise principalement les fleurs et les feuilles supérieures. Très nutritif, il est riche en minéraux et est alcalinisant. Il est un reconstructeur et un bon purificateur du sang. Il augmente l’immunité, si on le prend sur une longue période, et ses fleurs auraient des propriétés anticancéreuses. Il est phyto-ostrogénique et est très utile lors des bouffées de chaleur de la préménopause.

Verge d’or (Solidago canadensis): Elle pousse à l’état sauvage et est facile à cultiver au jardin si vous lui réservez un endroit d’aspect plus sauvage. On utilise les sommités fleuries. Diurétique, tonique urinaire, draineur rénal, antiseptique, éliminant l’acide urique, sédatif des voies urinaires, etc. Voilà une excellente plante pour soigner les troubles urinaires comme les cystites. Elle aide aussi dans les cas de pierres. Elle est antimicrobienne et anti-inflammatoire et est très utile dans les cas de troubles respiratoires.

En conclusion
N’hésitez pas à vous inspirer de ces plantes pour concevoir votre trousse de soins naturels et pharmacie de base. Celle-ci vous servira régulièrement. Les plantes sauront à coup sûr vous soutenir dans votre démarche de santé.

Pour des idées recettes
Je vous invite à visiter la section Herbo-Vie du site Internet de l’Herbothèque. Vous y trouverez des dizaines de recettes, 
le tout gratuitement.


Natacha Imbeault est maître herboriste et Hta, auteure, conférencière, thérapeute multidisciplinaire et directrice de L’Herbothèque, un institut qui offre des formations en santé naturelle, en personne et par correspondance, partout dans la francophonie.
www.herbotheque.com ou 819 326-4516.

Ressources

La section Herbo-Vie du site Internet de l’Herbothèque (www.herbotheque.com) ainsi que le site Internet (www.passeportsante.net) contiennent une multitude d’informations gratuites sur la santé naturelle et les plantes. N’hésitez pas à les consulter!
Attention, si vous êtes enceinte, certaines plantes sont déconseillées. Si vous prenez une médication, il ne faut jamais l’arrêter. Il est très important de consulter un professionnel. De plus, les plantes peuvent interagir avec certains médicaments.