Mieux définir ce qu'est être en bonne santé


Dr. Martin Moisan | Paru dans Mieux-Être Édition 77

La santé est d’abord une question vis-à-vis de soi-même, avant de l’être pour un ensemble d’individus. On peut alors se poser des questions, dont les suivantes :

 

Suis-je physiquement en santé ? Puis-je améliorer la qualité de ma nourriture ? Est-ce que je fais suffisamment d’activités physiques pour maintenir la forme ?

 

Suis-je émotivement en santé ? De quelle façon est-ce que je gère mes émotions quand je sens un déséquilibre à l’intérieur de moi ? Me serait-il préférable d’exprimer davantage mes émotions ? Si je ressens des malaises physiques occasionnels, est-ce que je peux faire un lien avec certaines émotions accumulées ?

 

Suis-je énergétiquement en santé ? Est-ce que mes organes sont en santé sur le plan énergétique ? Est-ce que je me sens centré ou décentré ? Est-ce que je me sens bien aligné à l’intérieur de moi, ou bien est-ce que je me sens plutôt dans une sorte de perdition ?

 

Ces quelques questions ramènent l’individu vers lui-même, c’est-à-dire vers ses différentes composantes (physique, émotive, psychologique et énergétique). Elles peuvent donc nous mettre en contact avec notre propre globalité et nous aider à mieux percevoir là où justement, notre santé est défaillante, et où nous avons avantage à investir du temps pour l’améliorer.

Ici, il est entre autres question de gérer le plus sainement possible ses émotions lourdes (tristesse, frustration, colère, culpabilité, honte…), non pas en cherchant à les refouler, mais plutôt à les transformer. Il existe des techniques, comme des exercices de relaxation ou de respiration, qui peuvent nous apprendre à mieux percevoir des émotions qui s’étaient logées de façon inconsciente dans nos organes, et ce afin que l’énergie (Chi) circule mieux dans ces derniers.

Les notions de santé émotive et de santé énergétique, avant d’être des notions abstraites, sont d’abord et avant tout concrètes. Ressentir une émotion lourde, que ce soit de la tristesse, de la colère ou de la honte, est réel à un instant donné. L’émotion qui se manifeste devient alors palpable, même si on ne la voit pas avec les yeux. Il y a donc quelque chose de vrai dans l’expérience de ressentir une émotion, et celle-ci peut même être objectivée à partir de son monde intérieur lorsqu’on arrive à établir une certaine distance avec elle.

De même, ressentir un malaise à un organe ou à une région de son corps est aussi très réel, dans l’instant présent. Derrière cette manifestation, il se trouve habituellement un blocage énergétique dans un ou plusieurs méridiens, selon des notions provenant de l’acupuncture. Un individu ayant suffisamment d’introspection peut alors percevoir une cause profonde à ses perturbations physiques ou psychologiques. Cela demande cependant une présence à soi-même.

La santé émotive et la santé énergétique ont donc un aspect très concret, car elles impliquent habituellement une souffrance que vit l’individu, qu’elle soit physique ou psychologique, afin que cette dernière se transforme et laisse place à un état de mieux-être. Il pourrait ainsi en résulter une diminution de certains malaises, et même à les soulager, sans que l’on ait besoin de consulter un médecin. Pour en arriver là, il est cependant nécessaire d’être à l’affût des perturbations qui se manifestent en nous, avant même que le déséquilibre touche encore plus à l’aspect physique et se traduise par des symptômes aigus.

Ainsi, lorsque l’on tente d’améliorer sa propre santé émotive et énergétique, cela peut entraîner des répercussions positives au niveau physique. Il est donc possible de déve-lopper une vision élargie de sa propre santé lorsque l’on met l’accent sur le processus de guérison de l’ensemble de ses composantes. De cette façon, on prévient encore mieux les maladies. 

Dr. Martin Moisan

www.martinmoisan.com