Fabriquer une crème beauté maison


Natacha Imbeault | Paru dans Mieux-Être Édition 80

Avec le temps froid, plusieurs se retrouvent avec une peau plus sèche. On ne sait pas toujours quoi utiliser avec les nombreuses crèmes du commerce contenant trop souvent des additifs chimiques nocifs.

Heureusement, il est possible de fabriquer soimême des crèmes maison, toutes naturelles et tellement nourrissantes pour la peau. Voici une recette simple, idéale pour nourrir la peau, l’assouplir et
prévenir sa déshydratation. Pour faire une crème naturelle, il faut émulsionner ensemble deux bases : une huileuse et l’autre aqueuse. Ce sont deux éléments qui ne se mélangent habituellement
pas naturellement. Faire une crème, c’est comme faire une mayonnaise maison. Il faut aller très doucement lorsqu’on vide le mélange aqueux dans l’huile et prendre le temps pour bien émulsionner les ingrédients. On obtient ainsi une crème extraordinaire qui s’applique très bien et qui nourrit la peau. Si on va trop vite, le mélange ne prendra pas bien. Il sera aussi bénéfique pour la peau, mais n’aura pas une texture aussi intéressante. Une recette de base donne habituellement à peu près deux tasses de crème, car il faut une quantité minimum pour faire une bonne émulsion. Vous pourrez l’ajuster selon vos préférences et vos besoins en changeant l’arôme, en utilisant différentes huiles et en adaptant les ingrédients à votre type de peau. Si vous avez des réactions allergiques ou une peau extrêmement sensible, essayez un petit peu de crème, par exemple, sur le dedans de votre bras pendant deux jours et attendez deux jours pour vous assurer que vous n’avez pas de réaction.

Crème
Partie 1

  • 100 ml d’huile de calendule (une macération de fleurs de calendule [Calendula officinalis] dans l’huile) ou de camomille – voir plus loin comment la fabriquer soi-même
  • 125 ml d’huile de pépins de raisin
  • 40 ml de beurre de karité
  • 40 ml de beurre de coco
  • 30 ml de beurre de cacao
  • 5 ml de vitamine E
  • 30 ml de cire d’abeille (râpée* et bien tassée. Petit truc, huiler la cuillère à mesurer pour pouvoir retirer la cire facilement).

*Pour râper de la cire d’abeille, il faut utiliser une râpe qui ne servira qu’à cela, car c’est TRÈS difficile à nettoyer par la suite (pour ne pas dire impossible…)

Partie 2

  • 165 ml d’eau de fleur d’oranger, de rose ou d’hamamélis pour les peaux plus grasses
  • 85 ml de gel d’aloès
  • 10 à 15 gouttes d’huile essentielle au choix (lavande, sapin, etc.).
  • On peut mettre jusqu’à 60-70 gouttes d’huile essentielle, à ce moment-là, la crème servira en même temps de parfum naturel.

Méthodologie
Mettre tous les ingrédients de la partie 1 dans une grande tasse en verre. Déposer la tasse dans un chaudron qui a environ 5 cm d’eau dedans. Chauffer à feu doux jusqu’à ce que tous les ingrédients du mélange soient fondus et que le mélange soit homogène. Retirer la tasse du chaudron et bien essuyer l’eau qui serait à l’extérieur de la tasse. Laisser reposer jusqu’à ce que la tasse soit tiède au toucher. Pendant que le premier mélange repose, mélanger dans une tasse à mesurer les ingrédients de la partie 2.

Dans un mélangeur ou à l’aide d’une mixette à main, incorporer les ingrédients de la partie 2 dans la partie 1 ; ajouter très doucement en un mince filet au premier mélange tiédi en mélangeant en même temps à une vitesse assez rapide jusqu’à l’obtention d’une texture comme une mayonnaise. Empoter et étiqueter. Vous pouvez garder votre crème dans n’importe quel petit pot bien stérile. Il est
préférable d’empoter dans plusieurs pots plutôt qu’un ou deux gros pots. Ceci permettra une meilleure conservation. Se conserve environ 6 semaines à la température ambiante et 24 mois au réfrigérateur. Empoter et bien étiquetter. Conserver un pot pour usage immédiat et mettre les autres au réfrigérateur. 

Appliquer la crème au besoin sur le visage et le corps. Laisser pénétrer quelques minutes. Comme les huiles et beurres utilisés ne sont pas modifiés pour permettre une pénétration complète de celles-ci dans la peau, si votre peau n’est pas très sèche, votre corps ne l’absorbera pas totalement. Si c’est votre cas, essuyez simplement l’excédent que le corps n’aura pas absorbé.

Macération dans l’huile avec des plantes sèches
Pour faire une macération dans l’huile, choisir l’huile de base nécessaire selon l’usage prévu. L’huile d’olive est intéressante, car elle ne rancit pas facilement et se conserve très longtemps; elle extrait bien les principes actifs et pénètre bien dans la peau. On peut par la suite y combiner d’autres huiles en complément selon l’effet désiré.

Pour la macération dans l’huile, l’usage de plantes séchées est préférable. Le produit sera beaucoup plus stable, il durera plus longtemps et rancira moins vite. Une huile faite avec des plantes séchées durera plus de 10 ans si elle est bien entreposée. Mettre une partie de plantes pour une partie d’huile (1:1) dans un pot en vitre. Mélanger et ensuite presser pour enlever le surplus d’air. Mettre dans un endroit frais, à l’abri de la lumière. Brasser et vérifier le mélange tous les deux à trois jours pendant les deux premières semaines. Ensuite, laisser macérer pour un total de 10 à 12 semaines. Filtrer dans un tissu de coton et presser fermement. Laisser décanter 24 heures et embouteiller. Étiqueter. On peut faire une huile avec des plantes fraîches, mais cela est plus compliqué et dépasse le sujet de cet article.

Propriétés de quelques ingrédients :
Il est possible de jouer avec les ingrédients. Si vous respectez les ratios de corps gras (partie 1) et de liquides aqueux (partie 1), vous obtiendrez de bons résultats et cela vous permettra de choisir les
ingrédients en fonction de votre peau.

Calendule (Calendula officinalis) : la calendule est la plante de choix pour la peau. Elle est cicatrisante, anti-inflammatoire, calmante, antifongique et antiseptique. On l’utilise lors de blessures, de
maladies et d’autres troubles de la peau : engelure, dartre, érythème, rougeur, dermatose, coupures, irritations diverses, etc. Elle calme la douleur, favorise la guérison, et prévient l’infection et l’enflure
des blessures, des coupures, des ulcères, etc. En cosmétologie : on utilise la calendule surtout avec les peaux sèches, déshydratées, matures, irritées. Elle convient bien à tous les types de peau. Elle raffermit également les tissus.
 

Camomille allemande (Matricaria recutita) : la camomille allemande est très anti-inflammatoire et elle est calmante. En cosmétologie : on l’utilise avec les peaux sèches et sensibles.

Cacao (Theobroma cacao) : c’est un beurre émollient et adoucissant. Il protège la peau des conditions climatiques et calme la peau irritée.

Coco (Cocos nucifera) : le beurre de coco hydrate, redonne de la souplesse et de la brillance. Il est adoucissant et émollient. Il nourrit et protège. Son contenu en vitamine E lui confère des propriétés cicatrisantes.

Karité (Butyrospermum parkii) : le beurre de karité est très nourrissant, protecteur et réparateur. Il a une légère action protectrice contre les rayons ultraviolets (environ 10 FPS).

Pépin de raisin (Vitis vinifera) : c’est une huile très légère qui est facilement absorbée par la peau. Elle est très équilibrée en acides gras.

Olive (Olea europea) : l’huile d’olive est riche en acides gras mono-insaturés et en vitamines (notamment A et E). Elle adoucit, apaise, aide à la cicatrisation, équilibre et nourrit la peau. Elle convient à
tous les types de peaux.

Conclusion
Nous sommes tellement exposés de part et d’autre par une multitude de produits chimiques dont on ne connaît pas vraiment encore les effets sur la santé et de plusieurs autres qui sont dangereux qu’il est bien d’éliminer ce qui peut l’être. Amusez-vous en faisant vos créations et prenez soin de vous naturellement. Ce sera bon pour vous et pour la planète également, car ces produits sont ce qu’il y a de plus écologique.

 

Natacha Imbeault
Maître herboriste et Hta (Herboriste thérapeute accréditée)
Directrice de L’Herbothèque
www.herbotheque.com
819 326-4516