Vivre consciemment - Je suis l'auteur de ma vie


Par Michel-Jacques Bergeron et Hélène Renaud | Paru dans Mieux-Être Édition Octobre 2016

Conscients des effets destructeurs sur l’estime de Soi «Nous», il est important, pour vivre heureux et épanouis, que nous soyons vigilants à surveiller nos jugements ou nos pensées non aimantes, car leur pouvoir est important. Les surveiller ne veut pas dire s’y accrocher, bien au contraire. Lorsqu’ils apparaissent, nous devrions les reconnaître, les identifier comme non aimants, et les refuser fermement le plus rapidement possible. Ces pensées de jugements sont comme des mauvaises graines: elles s’engrangent en nous, s’empilant à notre insu pour former des tas d’émotions; elles provoquent rancœurs, ressentiments et désirs de vengeance qui polluent notre existence. Les jugements nous placent toujours à un niveau supérieur ou inférieur à l’autre. 

 

Soyons conscients de leurs effets dévastateurs; ils ont comme conséquence de nous séparer et d’empêcher toute communication vraie et respectueuse avec soi-même et avec l’autre. Lorsque nous sommes dans le jugement, notre cœur n’est plus là, nous n’arrivons plus à communiquer. Nous sommes dans l’émotivité, nous nous coupons de ce qui est vrai. Nous comptons des points chaque fois qu’au lieu d’attaquer par nos jugements nous montons notre niveau de conscience jusqu’à notre raison. 

Les pensées de jugements sont comme des mauvaises graines que nous semons et qui s’engrangent en nous et entre nous. 

C’est la pensée qui donne la direction et c’est sur elle que nous devons nous attarder pour lui donner un sens et l’orienter à ne choisir que des pensées aimantes. Ce qui est signifiant, ce sont avant tout nos pensées aimantes, qui sont un préalable à notre façon de percevoir. Nos pensées empreintes de valeurs signifiantes vont nous amener à vivre à l’extérieur une vie signifiante. À l’inverse, nourrir des pensées aux valeurs insignifiantes va nous amener à vivre une vie insignifiante. Tout part de l’intérieur – de nos croyances, de nos idées, de nos pensées. 

Les effets de nos pensées ne sont pas neutres 
La cause et les effets de nos pensées ne sont jamais séparés. Ils sont indissociés et indissociables; nos pensées et leurs résultats sont simultanés. Nos pensées naissent dans notre esprit et s’étendent vers l’extérieur. Les pensées ont des conséquences sur le penseur, et le penseur, c’est nous. Contrairement à ce que nous croyons souvent, nos pensées, même les plus banales, ne sont jamais neutres et sans importance. Elles produisent toujours un effet et des conséquences, qu’elles soient visibles ou invisibles, dans l’immédiat ou dans le futur. De plus, nous ne sommes jamais seuls à éprouver les effets de nos pensées. Elles engendrent la projection de ce que nous voyons à l’extérieur. Par nos pensées, nous créons des images. Lorsque nous rencontrons l’autre, nous sommes trois: moi, l’autre et la pensée entre nous. Celle-ci détermine ce qui se vit. Si j’ai des pensées aimantes, intègres, de bienveillance, d’ouverture, d’acceptation envers moi et envers les autres, mes attitudes seront aimantes. À l’inverse, si j’ai des pensées non aimantes de reproches, de jugements et de récriminations, mes attitudes seront non aimantes. 

Quand nous rencontrons l’Autre, nous sommes trois: Moi, l’Autre et la pensée entre Nous. 

Selon nos croyances, nous alternons du positif au négatif, créant un comportement plus ou moins conséquent. 

Causes/Effets/Résultats 
- Je pense que ma mère est insignifiante. / Je suis agressive envers elle. /Nous souffrons. 
- Je pense que mon conjoint est intelligent. / Je le considère. /Bon. 
- Je pense que mon enfant est mal intentionné. / Je l’accuse et je suis agressif. / Nous souffrons. 
- Je pense que mes enfants ont de la valeur. / Je suis respectueux envers eux. /Bon. 

Les effets sont aussi puissants en positif qu’en négatif. Il ne faut donc pas ignorer le pouvoir qu’a notre pensée. 

Nous prenons constamment des décisions et faisons des choix à chaque instant. Pour vivre des conséquences heureuses en tout temps, nous devons surveiller notre pensée afin qu’elle génère les effets désirés. Si, par manque de vigilance et d’intégrité, nous sommes aimants à 40%, les conséquences seront positives à 40%, donc négatives à 60%, d’où l’importance d’être vigilants à choisir nos pensées pour nous aider à sortir des batailles que nous nous livrons quotidiennement en réagissant.

 


Hélène Renaud et Michel-Jacques Bergeron sont pédagogues, auteurs, formateurs et spécialistes des relations. Grâce à leur expertise, ils agissent comme conférenciers lors de nombreux colloques et d’événements à caractère éducatif. Depuis vingt ans, ils transmettent leur enseignement au Québec, au Canada et en Europe. Ils sont coauteurs de sept formations, dont les formations « Comment devenir mon propre coach de vie intérieure et Couple-complice ». www.commeunique.com