Retrouver le plaisir de manger


Par Sylvie Béliveau | Paru dans Mieux-Être Édition Août 2017

Plusieurs facteurs forment nos comportements alimentaires. Ces habitudes se créent à partir de nos goûts, des tendances alimentaires et, souvent de façon inconsciente, de nos croyances ou de notre éducation. Lorsque tous ces facteurs s’entremêlent, nos actions et nos aspirations peuvent parfois démontrer des signes d’incohérence.

Nous avons tous une relation singulière avec la nourriture. Que l’on souhaite perdre du poids, se débarrasser d’une mauvaise habitude ou encore, si l’on souffre de compulsion ou d’un trouble plus complexe du comportement alimentaire, il est possible de retrouver l’harmonie dans notre relation à la nourriture.

Comment? En trois étapes:
1. Prendre conscience de ce que l’on fait déjà.
2. Jouer et apprendre à faire autrement.
3. Atteindre ce que l’on veut!

Prendre conscience
Prendre conscience, c’est simplement porter attention à la pensée, à la sensation, à l’émotion ou au mouvement. C’est devenir témoin, dans un moment précis, de ce que l’on est en train de vivre. C’est être présent à ce qui se passe en soi et au lien qui nous unit à l’environnement.

Le fait de «porter attention» permet de cerner plus globalement nos comportements ou de repérer certaines croyances alimentaires. Une fois ceux-ci amenés à la conscience, il devient plus facile d’amorcer un changement. Vient ensuite le moment de solliciter la créativité pour apprendre de nouvelles façons de faire. Nous créons ainsi de nouvelles connexions d’où s’installeront dorénavant de meilleures habitudes.


Petit exercice de prise de conscience
Vous pourriez ressentir qu’une respiration plus ample amène les muqueuses à se détendre ou à se déployer. Cette qualité des tissus pourrait-elle entrainer de meilleures conditions à accueillir la nourriture? À améliorer la digestion?

- Faites volontairement des respirations plus petites, plus courtes, en surface. Remarquez ce qui se passe au niveau des lèvres. Refaites quelques fois pour bien ressentir.
- Faites des respirations plus amples, plus satisfaisantes, et ce, sans forcer.
- Remarquez maintenant ce qui se passe aux lèvres, au palais, à la gorge, etc.
- Comparez les effets que procurent l’une et l’autre des façons de respirer.


L’art de se nourrir en conscience
L’art proposé ici est un raffinement de soi par une éducation somatique(1) appliquée au geste de se nourrir. Notez que c’est un processus qui se fait en douceur. Les questions peuvent paraître étranges au début, mais donnez-vous le temps d’apprendre. Portez attention, sans nécessairement chercher à analyser. Il faut simplement se laisser porter par l’expérience et noter les prises de conscience.

Lors d’un prochain repas, essayez cet exercice d’exploration. Dans une assiette, il y a cet aliment que vous adorez…
Pensée
- Quelle est la croyance que j’entretiens envers cet aliment? Je crois que…
- Quelle est la pensée qui domine concernant cet aliment?
- Y’a-t-il une corrélation entre cette pensée et ma respiration?
- Si je change le rythme de ma respiration, est-ce que la pensée se modifie?
- Corporellement, où se situe la faim de cet aliment?

Sensation
- Explorez son odeur, sa couleur puis sa saveur et sa texture…
- La sensation que procure cet aliment me fait-elle mâcher plus rapidement ou non?
- De quel côté ai-je tendance à mâcher?
- Si je mâche du côté inhabituel, est-ce que j’expérimente la même sensation?

Émotion
- Quelle est l’émotion ressentie au moment de manger?
- Comment cette émotion influence-t-elle l’expression de mon visage?
- Est-ce qu’il y a une relation entre l’émotion, la position de mes épaules et la façon de manger?

Mouvement
- Comment est ma posture?
- Quel mouvement font la main, le coude puis le bras lorsque j’amène la nourriture à ma bouche? Quelle est la trajectoire de ce mouvement? En courbe ou en ligne droite?
- Si je mange avec l’autre main, qu’est-ce que je remarque?

On constate aisément que le vécu et les aspects du soi s’entrelacent. On assiste bien à l’expérience du lien corps-esprit. On découvre ici l’application d’une éducation somatique. Maintenant, amusez-vous à créer vos propres explorations. La pratique nous amène à devenir un expert de soi-même! Elle peut permettre d’acquérir une meilleure maitrise de ses comportements et de ses choix alimentaires. Elle permet de retrouver une confiance et un plaisir authentique de manger.


Sylvie Béliveau
www.sylviebeliveau.com
Éducatrice somatique (DESS, UQAM, 2007)
Cours de groupe et en individuel
Animation des ateliers Présence entre le geste et l’assiette

Références:
1. L’éducation somatique est le champ disciplinaire des méthodes qui s’intéressent aux relations dynamiques entre le mouvement du corps, la conscience, l’apprentissage et l’environnement. La notion de soma se rapporte à l’expérience totale du corps vécu de l’intérieur. Yvan Joly, formateur de la Méthode Feldenkrais