Le jour où j'ai décidé d'être vraie


Karine Lapointe | Paru dans Mieux-Être, Édition Décembre 2018

Le jour où j’ai décidé d’être vraie, mes relations ont changé pour le mieux. Je me suis découverte, je me suis aimée et respectée. Je me suis assumée et j’ai ainsi ressenti davantage de paix intérieure. Un sentiment de sérénité a alors commencé à m’habiter. J’étais moi et j’osais me montrer telle que je suis. Pour ce faire, j’ai dû apprendre à aimer et à accepter les parties de moi que j’avais peur de montrer.

Vous est-il déjà arrivé de ne montrer qu’une facette de vous aux autres, de ne montrer que ce que vous aimez de vous tout en cachant les autres parties? Pour ma part, j’ai déjà été jugée pour ma spontanéité, qui, parfois, peut déranger par son intensité. Lors de mes élans spontanés d’éclats de rire, par exemple, je voyais les autres autour de moi se retourner pour me regarder ; j’interprétais ça comme un jugement et j’avais peur de ce qu’ils pensaient de moi. L’idée d’être jugée me faisait tant souffrir que je me suis mise à contrôler mes réactions afin de me protéger du jugement. Vous avez déjà vécu quelque chose de semblable ?

Ce contrôle m’a privée de la liberté d’être moi-même. Je n’étais pas consciente de ce que je vivais, et plus j’essayais de me maîtriser, plus je perdais ma joie de vivre. J’analysais mes moindres réactions afin de les tempérer. Je suis émue lorsque je pense à tout ce que je mettais en place pour éviter d’être jugée et humiliée. Je me suis rendu compte que cela me demandait beaucoup d’énergie, car je luttais contre moi-même. J’avais développé la croyance que si j’étais jugée, je ne serais pas aimée. Cette idée m’était intolérable.

J’ai ensuite pris conscience que, lorsque je me laisse aller à ma spontanéité, je suis tellement heureuse ! Ce sentiment, je n’ai plus voulu le perdre, et j’ai appris à l’aimer, cette spontanéité. Elle est pleine de vie, elle est enjouée et me fait toucher à mon enfant intérieur. Elle m’amène dans la joie et dans le plaisir de la vie ! J’ai apprivoisé le fait que, lorsque je suis moi-même, je pourrais déranger les autres, je pourrais les décevoir, les faire réagir et m’attirer leur jugement. Il serait possible aussi que je perde leur amour. Mais la réalité est tout autre : cela ne s’est pas produit ; au contraire, cela m’a rapprochée des autres. J’ai dû faire un travail sur moi afin de m’assumer et de me choisir. Lorsque nous nous montrons dans notre unicité, avec nos couleurs, nous nous connectons à notre pulsion de vie, car nous sommes nous-même. Être soi-même apporte tellement de bien-être et un immense sentiment de légèreté et de liberté.

L’impact de notre personnage en relation
Parlons maintenant du personnage que nous montrons lorsque nous sommes en relation. Ce personnage, nous l’avons créé alors que nous étions enfant afin de présenter une image de soi idéale, qui visait l’approbation, l’acceptation et l’amour des autres. En tant qu’adulte, nous fonctionnons toujours ainsi, ce qui est bien normal. Toutefois, nous ne montrons parfois qu’une partie de nous-même en agissant de la sorte. Pour être aimé, accepté, par peur de souffrir et afin de se protéger de l’humiliation, du jugement, de l’abandon, etc., nous nous cachons parfois derrière ce personnage, qui n’est pas notre nature profonde.

Le besoin d’être aimé fait partie des besoins psychiques fondamentaux de l’être humain et, pour combler ce besoin, nous pouvons parfois nous perdre complètement dans le regard de l’autre, dans ce que l’autre attend de nous afin de recevoir en retour ce qui est vital : l’amour. Lorsque nos fonctionnements ne sont pas conscientisés, c’est l’amour de nous-même que nous perdons. En étant généreux à outrance avec les autres afin d’être aimé, en étant constamment disponible au point de se mettre de côté et en allant chercher cet amour au moyen de ce que l’on fait pour les autres et non de ce que l’on est, cela crée une satisfaction illusoire par rapport à nos besoins que l’on croit comblés. C’est notre personnage qui est aimé, pas nous-même.

C’est avec beaucoup de sensibilité que je vous amène ces propos. Je suis touchée lorsque je pense à tout ce que l’on peut faire pour être aimé, et que, pendant ce temps, les besoins de notre être demeurent non comblés. Cette façon de fonctionner peut créer des manques dans nos relations, car nous ne pouvons être aimé pour qui nous sommes véritablement. Aussi, cela a comme impact que nos relations manquent d’authenticité, ce qui rend la communication difficile avec nos proches, car le manque de vérité nous éloigne des autres.

Des pistes pour y voir plus clair
Afin de prendre conscience de mes fonctionnements quand je suis en relation avec les autres, il m’a fallu un temps d’arrêt ainsi qu’une période de questionnement pour y voir plus clair. J’ai appris à m’observer, ce qui a fait toute la différence. S’observer aide à se connecter à soi-même pour ensuite se connaître davantage, ce qui nous amène vers plus de liberté lorsque nous sommes en relation.

J’aimerais maintenant vous guider vers ce cheminement intérieur afin que vous puissiez, à votre tour, prendre conscience de vos fonctionnements. Le but de cet exercice est de vous aider à avoir un regard différent de vous et à développer de la bienveillance envers vous-même.

Je vous invite donc à prendre un moment pour mettre par écrit vos réflexions. J’aimerais tout d’abord vous poser quelques questions. Premièrement, qu’est-ce que vous n’osez pas montrer de vous à vos proches ? Par exemple, cela peut être votre vulnérabilité, votre sentiment de colère, vos fiertés, vos insécurités, vos émotions, vos besoins, vos envies, vos idées noires, etc. Ensuite, demandez-vous qu’est-ce qui fait que vous cachez cette partie de vous-même aux autres ? Cela peut être associé à des peurs, à un sentiment de honte envers ce qui vous habite ou encore au fait que vous n’acceptez pas ces parties de vous-même, etc. Puis, tentez de trouver quels besoins ne sont pas satisfaits lorsque vous n’êtes pas authentique. Par exemple, le besoin d’être écouté, d’être accepté, d’être rassuré, le besoin d’être libre, de vous aimer et d’être aimé, d’être sécurisé, etc. Par rapport à ces réflexions, est-ce qu’il y a quelque chose que vous aimeriez changer afin de ressentir un plus grand mieux-être dans vos relations ?

Un pas vers l’authenticité
Lorsque vous vous sentirez prêt à être plus authentique avec vos proches, vous pourrez commencer à vous dévoiler aux personnes en qui vous avez le plus confiance. Vous développerez ainsi graduellement un sentiment de sécurité, ce qui favorise l’expression de son authenticité. C’est un choix à faire que de se prioriser, car la liberté intérieure, ça se développe et ça s’apprend. Nous sommes généralement prêt à passer à l’action lorsque nos besoins dépassent nos peurs. C’est ce qui s’est produit pour moi, et maintenant, je suis aimée pour qui je suis réellement, et je suis donc plus heureuse. Il m’arrive encore de retourner dans mon personnage, ce qui est bien normal. De plus, il est important que nous n’exigions pas de nous-même la perfection, car nous sommes humains après tout. Je vous souhaite une belle route vers votre exploration intérieure et vers l’expansion de toutes vos couleurs lorsque vous êtes en relation pour qu’enfin vous puissiez vous connecter à votre belle unicité !


Karine Lapointe
TRA, thérapeute en relation d’aide par l’ANDC
Clinique Santé Camélia
www.karinelapointe.com

Thérapeute spécialisée en relations humaines, Karine accompagne des personnes vivant des difficultés tant personnelles que relationnelles. Elle se spécialise également en accompagnement du deuil, qu’il survienne à la suite de la perte d’un être cher ou des différentes pertes vécues à cause de la maladie. Elle offre une écoute remplie de sensibilité et d’empathie.