La puissance du vide


Mériane Labrie, alias Madame Labriski | Paru dans Mieux-Être, Édition Décembre 2018

Maîtrisez-vous l’art de vous détendre ? J’aimerais vous dire que je suis une experte en la matière, mais ce serait faux. Je ne le suis pas. Je comble mon vide par mes actions. Ce qui est intéressant, c’est que je crée toujours dans le silence total. Si j’ai peur du syndrome de la page blanche ? Non. En fait, je ne crois pas à ce concept de l’idée qui ne vient pas. Je sais que, lorsque nous écoutons la petite voix en nous, les idées viennent et que de grandes choses se passent. Avez-vous déjà essayé ? Bienvenue dans l’univers luxuriant de notre intérieur, de votre intérieur. Respirez un bon coup, on va plonger.

Le yoga. J’aimerais en être gaga. Sincèrement, je n’y arrive pas. J’ai essayé d’aimer ça, mais ce n’est pas pour moi. Je l’ai accepté le jour où j’ai compris que chacun de nous est unique et que c’est à nous de trouver notre façon d’entrer en contact avec le soi intérieur. Ouf ! Est-ce compliqué, ce que j’essaie de vous partager ?

Le vide. On a tous peur du vide. Certains ont peur de la page blanche (c’est une sorte de vide cérébral, non ?), d’autres du vide affectif (le fameux célibat) ou de se lancer dans le vide (se partir en affaires… ou littéralement faire un saut en parachute). Pourtant, faire le vide est souvent très positif. Il permet de se connecter à soi-même. Il permet d’attirer autre chose en soi… comme des solutions nouvelles, des idées inspirantes, des possibilités insolites, et plus encore.

Combler le vide
Malheureusement, nous sommes à l’ère du Web, et les gens passent de nombreuses minutes connectés… à leur téléphone. Comme si cette petite boîte rectangulaire qui émet de la lumière (expression inspirée d’une chanson de Jérôme Minière) avait un pouvoir extraordinaire : celui de combler un certain vide. Combien de temps passe-t-on à vérifier si on a des courriels ou si une nouvelle sensationnelle n’apparaîtrait pas dans le fil d’actualité de nos réseaux sociaux ? Trop. Bien que je reçoive une myriade de courriels et de messages sur les réseaux sociaux au nom de Madame Labriski, j’ai trop souvent le réflexe de prendre ma petite boîte rectangulaire pour vérifier. Pour voir. Au cas. Juste au cas. Finalement ? Il y en a toujours. Je réponds et je brise la concentration du moment présent. Dernièrement, je me suis dit que c’était ridicule et que je devais arrêter d’apporter une aussi grande importance à cet objet. Que je devais focaliser et me concentrer sur ce qui est vraiment important à faire, chaque jour.

Pourquoi est-ce qu’on se sent si dépourvu lorsqu’on quitte la maison sans notre extension numérique qui nous donne tant d’importance ? « Oh wow, mon amie a mangé un souper alléchant ce soir ! Magnifique, le pyjama que la nièce de mon amie a reçu pour sa fête ! Comme ils sont mignons, ces petits chatons… » Pendant ce temps, qu’avez-vous fait pour vous… autre que de vous divertir ? Avez-vous trouvé la réponse à votre question ? Étiez-vous branché pour fuir le vide ?

Le vide est puissant. Il est vrai. Il ne cache rien. Il est là. Il est là, avec nous. Il présente un moment où tout est possible. Un moment à saisir pour aller encore plus loin. Un instant pour décider d’évoluer. Vous n’aviez jamais vu le vide ainsi ? Alors, pourquoi pensez-vous que le vide fait peur ?

Voir le vide autrement
Le vide fait peur parce qu’il présente un moment de prise de décision. Il est l’incarnation d’un instant où tout devient possible. Le vide permet de remettre des choses en place. Il nous permet, parfois, de décider de changer de chemin ou, au contraire, de confirmer que ce que nous faisons est en ligne directe avec ce qui nous rend heureux. Mais… il y a quelque chose d’effrayant dans le concept de l’évolution. Pourquoi ? Sûrement parce qu’il évoque le changement. Le changement présente l’inconnu, et ce qu’on ne connaît pas nous fait peur. Pourtant… le vide est précieux parce qu’il nous permet de nous connecter à nous-même. La magie est que notre nous-même sait exactement ce qui est bon pour nous. C’est pour ça qu’il est précieux, le silence du vide.

Pourquoi se connecter à soi-même ? Pour aller chercher des réponses. Pour se détendre. Pour faire une pause du brouhaha quotidien et se rebrancher. Toutes les réponses sont en nous. Pour entendre ce que notre petite voix intérieure a à nous dire, il faut simplement tendre l’oreille.

Cette saison, je vis une grande joie : la sortie de mon deuxième « opus » culinaire. S’agit-il de la suite du livre jaune Ces galettes dont tout le monde parle ? Non ! Ce livre permet de faire évoluer les possibilités que nous offre la purée de dattes. Avec ce deuxième livre corail Bye bye, sucre raffiné, bonjour, purée de dattes !, on brise les conventions culinaires et on montre qu’on peut vraiment bouder, plus que jamais, le sucre raffiné. Je vous parle de ça parce que c’est dans le silence absolu que j’ai mis au monde ces nouvelles recettes. J’ai essayé de créer au son de mes musiques préférées sur ma liste, mais c’était impossible. J’avais besoin du vide. Du silence total. J’étais branchée sur une seule chose : ma petite voix intérieure. C’est d’ailleurs elle qui m’a dit, un matin du mois de février 2018, que je devais écrire un deuxième livre qui sortirait juste à temps pour les Fêtes. Le défi était grand. Ça faisait peur. Dans le calme, les idées sont venues. Des idées pour faire évoluer l’alimentation des Québécois, des recettes rafraîchissantes et faciles à faire. Des idées culinaires inédites qui ont la joyeuse ambition de contribuer à améliorer la santé des Québécois et du reste du monde.

Comme on se dirige vers le temps des Fêtes, je vous propose une recette (tirée de mon nouveau livre), un accompagnement juste assez acidulé et sucré (à la purée de dattes) pour vous permettre de voir la vie de façon écarlate. Ha ! ha ! Il s’agit de ma sauce aux canneberges pour manger avec de la dinde, du porc ou, encore, à la cuillère : la Faquentouka. À votre cuillère en bois !


Mériane Labrie, alias Madame Labriski

Fondatrice de Madame Labriski, conférencière énergisante, auteure du best-seller Ces galettes dont tout le monde parle et de Bye bye, sucre raffiné, bonjour, purée de dattes ! (qui sort le 1er novembre), marathonienne, mère de deux jeunes enfants et cofondatrice de l’agence d’idéation 21 grammes… qui croit que tout est possible dans la vie. Amusez-vous !

www.madamelabriski.com
Info@madamelabriski.com