Savez-vous vraiment ce qu'il y a dans votre assiette?


Krystine St-Laurent | Paru dans Mieux-Être, Édition Février 2019

Plats prêts à manger, repas congelés, collations suremballées: nos habitudes alimentaires ont énormément évolué dans les dernières décennies. Depuis les premiers repas congelés Swanson, mis sur le marché dans les années 1950, jusqu’à aujourd’hui, l’industrie de l’alimentation (dotée d’un puissant lobby) dispose d’un immense choix de produits créés en laboratoire pour ajouter goût, couleur et texture aux mets qu’elle concocte, et pour donner envie aux consommateurs d’en acheter davantage. Savons-nous vraiment ce que nous mangeons?

De fait, certains additifs sont même utilisés pour influencer la sensation de satiété et stimuler l’effet de récompense dans le cerveau; ils peuvent s’avérer aussi addictifs que les opioïdes1. Ainsi, distinguer le vrai du faux peut être un défi, car nous avons assisté à une réelle industrialisation de ce qui se trouve dans notre assiette. Et, peut-être trop souvent, nos repas sont consommés sur le pouce, entre deux tâches à accomplir ou encore à la new-yorkaise… en marchant dans la rue entre deux rendez-vous.

Et, pourtant, tout ce que nous portons à notre bouche ou que nous déposons sur notre peau devrait nous rendre service: c’est la base pour cultiver une santé et une vitalité au quotidien. Notre nourriture est notre médecine, comme le dit si bien le Dr Mark Hyman, auteur de plusieurs best-sellers et spécialiste de la nutrition.

Se nourrir profondément selon l’ayurvéda
L’ayurvéda2 porte une attention particulière à l’acte de se nourrir. Il nous enseigne l’importance de choisir de façon consciente notre nourriture au quotidien, et nous rappelle que l’alimentation ne se limite pas à ce que nous portons à notre bouche. Selon cette sagesse ancestrale, tout ce que l’on mange est constitué de molécules denses, mais aussi subtiles, et il existe entre ces molécules une synergie au moment de la plantation, de la récolte et de la transformation, jusqu’à ce que l’aliment se retrouve dans notre assiette. Bien au-delà d’une simple liste d’aliments à privilégier, l’ayurvéda tient compte d’une multitude de facteurs pouvant influencer l’expérience d’un repas et se répercuter sur notre santé: la synergie des aliments, l’intention derrière la préparation du repas, le goût de la nourriture, les arômes, l’ambiance de la pièce, la conversation à table, l’amour et l’inspiration qui se dégagent de toute l’expérience de partager un repas en couple, en famille ou entre amis.

Quelques recommandations pour un repas profondément nourrissant

Manger dans un endroit calme, au son d’une musique douce
Cela permettra de profiter pleinement du repas, évitera de surcharger l’estomac et nous incitera à porter attention aux différents goûts présents dans l’assiette.

Manger en pleine conscience, en prenant le temps de mastiquer et d’apprécier chaque bouchée
Cette pratique permet de commencer la digestion dans la bouche, de procéder à la transformation mécanique (mastication), étape hyper importante pour une digestion optimale. De plus, prendre conscience de la symphonie des goûts des aliments nous ancre dans le moment présent.

Ne jamais manger lorsqu’on ressent des turbulences émotionnelles
En situation de stress ou d’anxiété, le système digestif ne fonctionne pas à son plein potentiel, l’attention étant plutôt portée vers la stimulation des réactions de lutte ou de fuite. Dans ces conditions, la digestion se fait d’emblée au ralenti.

Manger seulement lorsqu’on a faim et éviter de surcharger l’estomac
Lorsqu’on ressent la faim et qu’on entend notre estomac gargouiller, c’est le signe qu’il est temps de manger. Idéalement, nous devons attendre ce signe avant de manger, signe que le système digestif est prêt à accueillir un repas, à extraire et à transformer ce dont nous avons besoin, et à éliminer ce qui ne servira pas.

Désigner le repas du midi comme le plus important
Selon l’ayurvéda, le repas du midi devrait être le plus important, car le feu digestif est à son maximum (comme le soleil à son zénith). Le repas du soir devrait être plus léger, permettant un sommeil profond et réparateur.

Prendre une infusion de menthe ou de gingembre si l’on sent qu’on a trop mangé
Ces plantes sont les alliées de la digestion; elles permettent de l’activer et de stimuler l’élimination. Pas de raison de s’en passer!

Se détendre pendant une dizaine de minutes après le repas
L’ayurvéda, dans son art de vivre, rappelle de prendre une pause de 10 minutes après les repas, juste à «être», et pour éviter de repartir de plus belle dans nos activités quotidiennes.

Profiter du moment présent
C’est le seul que nous avons assurément.

Santé! la Vie!


www.inspiratanature.com

Références

1. KENNY, Paul J., Common cellular and molecular mechanisms in obesity and drug addiction, Nature Reviews Neuroscience, vol. 12, pp 638- 651.
2. L’ayurvéda est considérée comme la branche médicale du yoga.