France D'Amour - Éternelle jeunesse


Par Valérie Guibbaud | Paru dans Mieux-Être, Édition Avril 2019

Apprendre à être bon pour soi-même s’acquiert tout doucement. France D’Amour a compris que, pour se rapprocher du bonheur, elle devait être en paix avec chacun de ses choix. C’est d’ailleurs en prévision d’une année fort chargée qu’elle s’est installée quelques mois en Floride. Elle voulait s’assurer de recharger ses batteries pour pouvoir mordre à 100% dans tout ce que la vie lui réserverait. Rencontre avec une vraie force de la nature.

www.francedamour.ca • Facebook: FranceDamourmusique
 

Aspirer à un mieux-être est la quête qui guide France depuis fort longtemps. Amoureuse des livres, elle possède une bibliothèque remplie d’ouvrages, qui parlent de saine alimentation. «J’achète tout ce qui sort de nouveau sur le sujet. Sans en faire une obsession, j’aime rester à jour, particulièrement quand il s’agit d’agriculture biologique. Je ne suis pas végétarienne, mais je m’efforce de manger bio pour respecter le plus possible la nature. Tout le monde gagne à agir de cette façon», souligne-t-elle d’emblée.

Dans la réalité quotidienne des familles qui rêvent aussi de pouvoir changer leurs habitudes, plusieurs s’entendent pour dire que ce choix n’est pas toujours facile à respecter. «Je suis tout à fait d’accord pour reconnaître que cette volonté vient avec son lot de défis. Manger bio est, pour moi, la chose la plus naturelle qui soit. C’est tellement plus goûteux. Mon combat personnel, c’est le sucre. Depuis toujours, j’ai la dent sucrée et je sais bien que c’est l’ennemi principal d’une saine alimentation, mais, parfois, c’est plus fort que moi. J’ai énormément de difficulté à résister au chocolat parce que, même s’il est bio, il contient du sucre. J’admire les gens qui parviennent à bannir cette drogue de leur quotidien, mais je n’en suis pas encore rendue là.»

Pour parvenir à changer une habitude, il faut rester vigilant. Si le chemin pour y parvenir est trop douloureux, ce n’est probablement pas la meilleure voie. «Mon leitmotiv dans la vie est le plaisir avant tout. Faire des efforts ne me fait pas peur; par contre, s’il n’y a aucune récompense au bout du compte, pourquoi je poursuivrais ma démarche? Ça ne sert à rien de souffrir inutilement. La vie se charge déjà toute seule de nous envoyer son lot d’épreuves; pas besoin d’en rajouter. Voyez-vous, avec les années, j’ai appris à reconnaître les signaux que mon corps m’envoie quand il ne va pas bien. Par exemple, chaque début d’année, je souffre énormément du manque de lumière et de vitamine C. Janvier et février sont des mois où je sais que ça ne sera pas facile pour moi. C’est pour cette raison que je me suis acheté, l’an dernier, un petit condo en Floride. J’y vais le plus souvent possible afin de traverser cette période plus facilement qu’avant. Je m’écoute davantage, et ça ne peut que me faire du bien.»

France aime la vie, et la vie le lui rend bien. Est-ce en cela que résiderait le secret de son éternelle jeunesse? À la question, elle répond: «Une chose est sûre, c’est que j’ai du plaisir à être qui je suis. Je trouve que les femmes perdent beaucoup trop d’énergie à vouloir combattre le temps. La vraie jeunesse n’a rien à voir avec le physique. Quand on regarde la différence entre une personne âgée et une personne jeune, cette dernière court, tandis que l’autre marche. Quand on a 20 ans, on a des rêves plein la tête et on a l’impression d’avoir tout le temps pour les réaliser. Quand on a 80 ans, c’est autre chose. Personnellement, je vous confirme que mon corps suit la génétique, mais, dans ma tête, je marche vite, j’ai des projets et des rêves qui me poussent vers l’avant. Je porte un regard jeune sur tout ce qui m’entoure, je m’émerveille d’un rien et je ris toujours de bon cœur. Je suis en parfaite harmonie avec mon cœur et mon corps.»

Il n’y a pas si longtemps, France se préoccupait surtout de ce qu’elle mettait dans son corps plutôt que ce qu’elle mettait dessus. À la suite d’un diagnostic de kératose (précancer), elle a eu besoin d’investiguer sur le sujet. «C’est par l’entremise d’un ami que j’ai rencontré Alain Renaud, le fondateur des Laboratoires Druide. Ma sœur, qui est esthéticienne, m’avait déjà sensibilisée à l’ampleur du problème concernant les soins de la peau. Après plusieurs discussions et deux longues années de recherches, nous avons eu envie de mettre nos forces en commun, et c’est ainsi qu’est née ma ligne de soins du visage, Bio Love, 100% non toxique et sans danger. Je suis si fière de cet engagement qui est directement lié à mes valeurs», poursuit la chanteuse, qui affirme qu’il s’agit là d’une de ses façons de faire une différence.

Cette jeunesse,
on la retrouvera dans le prochain album de la chanteuse. Une énergie qui s’est imposée d’elle-même. Un retour aux sources qui lui donne un sacré coup de jeune. «Ceux et celles qui ont aimé mon album Déchaînée vont y trouver des ressemblances. J’ai commencé la création de cet album en ayant l’esprit rebelle. Je voulais respecter cet élan et, croyez-moi, mon cœur en avait long à dire. Je voulais pouvoir chanter ces nouvelles pièces avec toute l’énergie dont j’étais capable. J’avais besoin de retomber en enfance, de taper du pied et de retrouver cette arrogance insouciante que j’avais à mes débuts. Ce qui est différent de tous mes albums, c’est que, cette fois, j’ai d’abord écrit mes textes, ensuite, j’y ai placé ma musique. Celle-ci habille dorénavant mes mots. Je suis chanceuse, car j’ai su garder le meilleur de ma jeunesse tout en appliquant ce que la vie m’a enseigné au fil du temps. Ça ne veut pas dire que je n’ai plus de tourments, mais disons qu’ils sont plus tournés vers l’autre que sur moi.»

Avec les années, l’artiste a réalisé qu’elle aimait tout autant mener des projets personnels que partager sa créativité avec d’autres. «En groupe, c’est fou combien on peut générer d’idées et se nourrir mutuellement. C’est le cas avec Marjo. J’ai commencé à faire des shows en sa compagnie l’été dernier et, comme elle m’inspire tellement, j’ai souhaité que ça se poursuive. Nous rions beaucoup ensemble. Ses chansons sont puissantes et féministes à souhait. Nous sommes en train de construire un véritable spectacle que nous pourrions rouler un bon moment.»

Et qu’en est-il côté cœur? «Je suis célibataire depuis trois ans, et j’en profite pour bien m’occuper de ma famille et de mes amis. Mes parents vieillissent, alors je suis très présente pour eux. Mon cœur est libre et à prendre, mais pas à n’importe quel prix. Je me préserve, car je crois à l’amour et je serai prête quand il se présentera à moi.»

France en trois questions
Son livre de chevet
J’adore les polars; je lis actuellement, de l’auteur Jo Nesbo, Le bonhomme de neige.

Son péché mignon
Les bonbons et le chocolat.

Ce qu’elle écoute en ce moment
Tout ce qui sonne rock.


Valérie Guibbaud
Journaliste, animatrice et chroniqueuse culturelle