Chantal Lacroix et le dépassement de soi


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Chantal Lacroix et le dépassement de soi

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par: Nora Merola

Chantal Lacroix et le dépassement de soi

Quand Chantal Lacroix entre dans le studio de photographie, l’ambiance change : le soleil vient de percer les murs et la bonne humeur est entrée par la grande porte. Au naturel, sans maquillage, c’est une femme resplendissante de 46 ans. Qu’elle soit devant ou derrière la caméra, avec des émissions telles que Partis pour l’été, Donnez au suivant, 90 minutes de bonheur ou S.O.S beauté – pour ne nommer que celles-là –, c’est une personne conséquente qui vit à l’image de ce qu’elle prône : le dépassement de soi.

Une bouffée de bonheur

On ose à peine lui demander quel est le secret de sa bonne humeur éclatante, mais on a envie d’entendre sa réponse… La question la fait sourire, elle répond avec entrain. L’animatrice et comédienne choyée des Québécois en a beaucoup à dire sur le sujet. Elle ne peut concevoir que les gens, qui ont dormi toute la nuit, se lèvent du mauvais pied. Pour Chantal, la bonne humeur est une philosophie de vie : « Quand une personne a le sourire facile, inévitablement, le reste suit. Tu entres dans une pièce et, déjà, l’ambiance autour de toi vient de changer. En règle générale, quand on sourit à quelqu’un, il va nous le rendre en retour. Mais l’inverse est aussi vrai : si tu as l’air de mauvaise humeur, il y a de bonnes chances pour que l’ambiance autour de toi ne soit pas agréable. Je trouve que ça part beaucoup de soi. Le réflexe de sourire fait en sorte que les gens viennent naturellement vers toi et ça peut briser des barrières. C’est le premier contact, avant même que tu aies commencé à parler. Alors, oui, je trouve ça important d’être de bonne humeur. On essaie de laisser les problèmes à la maison et tout devient plus agréable, tout fait que la vie est beaucoup plus facile, et ça aide à passer à travers des épreuves. »
Mais tout n’est pas toujours rose dans la vie de l’animatrice. Même si la bonne humeur est son mantra, certaines choses peuvent aussi la contrarier. « Ma situation, dans ma vie, est toujours relative au respect qu’on a des autres. Devant l’injustice, je peux devenir moins tolérante. Par exemple, quand on ne respecte pas les gens ou les ententes qu’on a avec eux et qu’on juge à leur place qu’ils peuvent attendre, c’est là que je deviens impatiente. Dans ces moments-là, je peux devenir désagréable, parce que je ne supporte pas le manque de respect. Je ne fais pas aux autres ce que je ne veux pas qu’on me fasse. »

Une source d’inspiration

Parce qu’on lui offrait souvent d’animer le même genre d’émission et que Chantal n’y trouvait plus le défi nécessaire au dépassement de soi, elle décide de créer sa propre boîte de production – Les Productions Kenya – et réalise sa première émission, Partis pour l’été. « C’était une émission où l’on était appelé à sortir de notre zone de confort par le sport extrême. On était toujours sur la corde raide et on vivait des émotions de peur : sauter en bas d’un avion, faire du parachutisme… dans ces moments-là, il y a quelque chose d’extraordinaire qui se passe à l’intérieur de soi quand on touche le sol. Le sentiment de s’être dépassé, d’avoir accompli quelque chose, ça donne ensuite des ailes pour réaliser d’autres choses dans sa vie personnelle. Partis pour l’été, c’est un show que j’ai d’abord fait pour moi-même, parce que personne ne m’en proposait de semblables. J’ai alors décidé de le produire. La première année, je me suis beaucoup endettée, la deuxième année, j’arrivais à rembourser mes dépenses et, la troisième année, j’ai commencé à faire de l’argent… L’émission a tellement bien marché qu’elle a duré sept ans. »

Que ce soit avec les expériences extrêmes de Partis pour l’été, le dépassement de soi dans la générosité avec des émissions telles que Donner au suivant ou S.O.S beauté – où certaines femmes ont même pleuré parce qu’elles découvraient, pour la première fois, qu’elles pouvaient être aussi belles –, oui, Chantal cherche le dépassement pour elle-même, mais aussi pour les autres. En leur faisant vivre des situations qui les emmènent, justement, hors de leur zone de confort.

Nora Merola

Pour lire la suite de l’article, procurez-vous l’édition No54 Décembre, en kiosque jusqu’au 25 novembre 2011.
 

Prec
Suite

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com