Le crudivorisme: Un mode alimentaire qui fait de plus en plus jaser qui l'aurait « cru »?


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le crudivorisme: Un mode alimentaire qui fait de plus en plus jaser qui l'aurait « cru »?

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par: Julie DesGroseilliers, Dt.P. en collaboration avec Phuong Thao Bui, étudiante en nutrition

Le crudivorisme: Un mode alimentaire qui fait de plus en plus jaser qui l'aurait « cru »?

« Alimentation vivante », « crudivorisme », « crusine »… des termes qui gagnent en popularité dans les restaurants, les blogues et les livres. Mais en quoi consistent-ils exactement?

Le crudivorisme part du principe que la cuisson détruit la vitalité des aliments et détruit de beaucoup leur valeur nutritive. Ainsi, il se compose d’aliments crus, très peu transformés, de préférence biologiques, et qui n’ont pas été chauffés à une température supérieure à 40 °C (104 °F). Parmi les aliments permis : germinations, aliments fermentés (ex. choucroute, kéfir), fruits et légumes crus, algues, noix, céréales et pains germés.

L’objectif de l’alimentation vivante est de préserver le maximum de vitamines, de minéraux et d’enzymes contenus dans les aliments. Ainsi, cette façon de s’alimenter favoriserait l’élimination des toxines accumulées dans l’organisme et l’obtention d’un meilleur pH, contribuerait à une meilleure digestion et à la prévention de plusieurs maladies (ex. cancers, diabète, maladies du cœur). Bref, manger cru permettrait d’être en santé, plus longtemps!

Ce qu’il faut savoir
Les fruits et légumes crus contiennent bel et bien des enzymes. Toutefois, ces enzymes ne sont pas adéquates pour assurer la digestion complète des aliments. Ainsi, le corps doit en produire d’autres. De plus, il est vrai que la cuisson des aliments entraîne une perte de certains éléments nutritifs comme la vitamine C, la thiamine, l’acide folique et le potassium. Par contre, lorsqu’on adopte une alimentation variée et équilibrée, riche en fruits et légumes, les risques de carences sont pratiquement inexistants, même si certains aliments sont cuits. Autre point important : la cuisson est bénéfique à certains fruits et légumes, comme la tomate et la carotte. En effet, notre corps assimile mieux les antioxydants qu’ils renferment (lycopène et bêta-carotène) lorsque ces derniers sont cuits.

À retenir
Le crudivorisme offre un apport élevé en fibres, en vitamines et en minéraux, et un faible apport en gras saturés, en gras trans et en sel, ce qui facilite la gestion du poids et favorise une bonne santé cardiovasculaire. Par contre, étant donné le manque de variété, les risques de carences sont importants (ex. calcium, vitamines B12 et D). De plus, ce type d’alimentation est difficile à suivre lorsqu’on mange à l’extérieur. Cela dit, manger davantage d’aliments frais et crus, peu transformés, dans le cadre d’une alimentation saine et variée sera toujours une stratégie gagnante pour la santé!

Julie DesGroseilliers, Dt.P.
Nutritionniste-conseil, conférencière et auteure

Texte tiré du magazine Mieux-Être no.57 Avril 2012, en kiosques jusqu’au 26 avril 2012.

Prec
Suite

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com