Du surpoids au mieux-être : la conscience, mobilisatrice de changement


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Du surpoids au mieux-être : la conscience, mobilisatrice de changement

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par: Joane Duquette

Du surpoids au mieux-être : la conscience, mobilisatrice de changement

Pourquoi si peu de gens sont-ils en harmonie avec leur corps et que pour certains, le poids est une préoccupation de tous les instants? Avons-nous à un tel point intériorisé les standards de l’industrie de la beauté qu’il nous est devenu quasi impossible de les distinguer de notre nature profonde et de nos besoins réels? La conscience est la clé qui ouvre la voie à notre nature profonde et au mieux-être.

Notre corps comporte des particularités génétiques et biologiques uniques. Il est une création parfaite dans la mesure où nous savons l’apprécier pour ce qu’il est réellement. En perdant de vue notre nature profonde et en adoptant des comportements basés sur des croyances, nous sommes en désaccord avec nos vrais besoins. Et c’est alors qu’il y a déséquilibre, tant physique que psychologique

Un déséquilibre sur le plan physique peut se traduire par un surpoids, des malaises comme les maux de tête ou même des maladies graves. La gestion de la masse corporelle fait partie d’une équation complexe de l’organisme au même titre que la gestion du stress et des fonctions telles la digestion, l’élimination, l’hydratation, et bien d’autres encore. Ces fonctions étant interreliées, si l’une d’elles est défaillante, elle peut entraîner des répercussions sur les autres. En fait, un effet négatif sur le poids ou la santé est quasi assuré.

Sur le plan psychologique, ce déséquilibre peut engendrer notamment un mal-être général, de l’insatisfaction, une faible estime de soi, voire des symptômes d’anxiété.

Comment accéder à sa nature profonde et trouver son équilibre?
Par la conscience! La conscience est la capacité à distinguer ce qui est juste pour nous et ce qui est construit par notre esprit : croyances, pensées, ego, fausses limites, habitudes et mécanismes d’adaptation. Tel un témoin intérieur objectif, la conscience nous incite à sentir notamment le signal de satiété, la manifestation d’une croyance ou d’un jugement, une émotion paralysante et le stress. Bref, c’est la meilleure amie que l’on puisse avoir! Elle est sans jugement, neutre et très avisée. Elle nous aide à faire la différence entre ce que nous croyons être et voulons être… et ce que nous sommes réellement.

Nous possédons tous une zone de conscience objective, soit une capacité à reconnaître nos limites, nos réactions ou nos modes d’adaptation. Mais la conscience dont il est question ici est davantage celle qui mobilise le changement dans le présent.

En effet, la conscience est un agent mobilisateur très puissant qui nous aide à maîtriser nos pensées et qui nous guide vers les comportements les plus appropriés pour nous. Et lorsque nous optons pour ces bons comportements, la conscience nous invite à observer et à ressentir les effets positifs et nous soutient dans cette habileté, nous encourageant à répéter l’expérience. À l’inverse, si nous optons pour un comportement inadéquat, la conscience nous garde dans le présent pour nous aider à en ressentir les effets négatifs et à faire un meilleur choix à l’avenir.

Développer sa conscience est un engagement ultime envers soi. C’est un mode de vie. Plus on développe cette habileté, plus elle s’enracine dans nos habitudes de vie et plus les changements sont durables.

Comment intégrer la conscience dans notre quotidien?
La conscience est omniprésente dans nos indices corporels, notre activité mentale et dans la connaissance de notre processus psychologique.

Nous pouvons nous initier à la conscience corporelle en nous adonnant à des sports ou à des activités propices à la découverte de nos indices corporels. Ces indices sont nombreux et variés, et peuvent s’exprimer par un changement du rythme cardiaque ou de la respiration, une sensation de chaleur, des contractions, une ouverture des poumons, une amplitude dans le mouvement, etc.

Le yoga est un exercice tout indiqué pour déceler les indices du corps. Puisqu’il exige une attention continue pour chacune des postures, le yoga nous permet de repérer nos limites physiques et nos pensées limitatives.

La conscience joue aussi un rôle dans l’activité du mental. Sans relâche, le cerveau nous envoie de l’information. Vous êtes-vous déjà demandé, par exemple, combien de fois par jour vous pensez à votre image corporelle? Faites l’expérience pendant quelques jours et prenez des notes. Vous serez surpris de constater à quel point votre mental est actif.

La méditation est un lieu d’entraînement de la conscience qui offre un espace pour observer notre activité mentale et développer notre habileté à l’apaiser. Elle nous apprend à repérer les pensées qui surchargent notre cerveau ou qui génèrent du stress. Une activité mentale calme augmente notre capacité de concentration et nous prépare à poser des gestes qui prennent racine à l’intérieur de notre nature profonde et non dans la construction mentale de ce que nous croyons ou désirons être.

Quant au processus psychologique, il est présent quand nous faisons un lien entre la conscience corporelle, la reconnaissance de l’activité mentale et les émotions qui leur sont liées. Il s’agit de prendre conscience des éléments de notre réalité pour ensuite les associer aux sensations vécues. En constatant souvent que telle pensée ou tel acte la mène au mal-être, une personne peut, grâce à la connaissance de son processus psychologique, accéder à de plus en plus de ressources intérieures pour l’aider à se mobiliser et à adopter un nouveau comportement.

Le développement d’une conscience mobilisatrice peut nous aider à reconnaître les pensées empreintes de jugement, vis-à-vis de soi-même ou des autres, les croyances irréelles, ou les distractions qui nous empêchent de garder le cap sur nos vrais besoins.

La conscience est une voie incontournable pour accéder à un mieux-être plus profond. Que ce soit pour alléger la réalité du surpoids, l’activité mentale ou pour changer tout comportement qui entrave notre bien-être, une conscience accrue peut mener à une perte de poids, à une meilleure confiance en soi, ou à une sensation de paix et d’harmonie intérieure.

C’est le travail de toute une vie que de vouloir atteindre la pleine conscience. Mais tous les petits gains sont appréciables et ont une répercussion positive sur notre santé physique et psychologique. Et ce sont ces petits gains qui nous permettent de vivre intensément le moment présent et de savourer le merveilleux bien-être qui l’accompagne.

SOURCE
Joane Duquette, Psychothérapeute, IPCI, SQPP
Approche spécialisée dans les comportements liés au surpoids
www.joaneduquette.com

Texte tiré du magazine Mieux-Être no.57 Avril 2012, en kiosques jusqu’au 26 avril 2012.

Prec
Suite

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com