Accueil   Recherche   

english


Art de Vivre

Le 11 septembre 2012 - 13:13  | Texte: Cassandra Poirier Photos : Manon Boyer
Outils

Marina Orsini et l'art de vieillir en beauté

Marina Orsini et l'art de vieillir en beauté

Belle et bien dans sa peau, Marina Orsini n’appréhende pas le fait de vieillir. Au contraire, chaque année apporte son lot de bonheur à la comédienne et animatrice qui profite pleinement des petits plaisirs de la vie. Son secret de beauté? Le bonheur… et quelques petits pots bien choisis!

Vous êtes entrée dans le monde du show-business par la porte du mannequinat. 
J’avais 15 ans lorsque je me suis inscrite au concours Mannequin numéro 1 du Québec. Ma mère avait vu ce concours dans le Journal de Montréal. C’est ainsi que tout a commencé et que j’ai rencontré mon agent, Ginette Achim. À la demande des gens de distribution, je suis allée aux auditions de Lance et compte. C’est à ce moment que j’ai rencontré Jean-Claude Lord pour la toute première fois. Aujourd’hui, quand je regarde en arrière, je pense que j’ai toujours été une comédienne, une communicatrice. Je faisais partie des spectacles de fin d’année à l’école, j’aidais ma mère dans sa boutique de vêtements. J’avais 8 ans et je servais les clientes. Elles riaient, car j’étais haute comme trois pommes. Le destin m’a tracé une ligne assez claire. 

Vous êtes ambassadrice de la gamme de soin anti-âge IDC depuis 2 ans. Qu’est-ce qui vous a séduit? 
J’ai essayé les produits un an avant de devenir la porte-parole. C’est très délicat d’embarquer dans des produits pharmaceutiques, surtout anti-âges. Je ne donnerais jamais mon nom à n’importe quoi, juste pour donner mon nom à quelque chose, ni pour l’argent, ni pour le prestige. 
Je connais les deux frères qui sont derrière IDC,  Éric Dupont et Luc Dupont, depuis une quinzaine d’années. Ils ont une expertise et se sont prêté toute leur vie à la recherche, la biologie et la médecine. Ce sont deux Québécois absolument brillants et passionnés avec de bonnes valeurs. Il y a 5 ans de recherche active et intense derrière IDC qui signifie Intégral Dermo Correction. Ils sont arrivés avec un brevet REGEN-16 et qui est unique au monde. Les produits ont jusqu’à 43% d'ingrédients cosmétiques dans la bouteille. Cela commence à être du concentré! Les gens sont très informés alors il faut être à la hauteur des demandes du public. Faire croire aux gens qu’on ne vieillira pas avec les produits, c’est complètement faux. Mais avec IDC, on peut jouer sur le temps. On peut contrôler le vieillissement de la peau. Certes vieillir, mais en beauté. En plus de tout cela, ce sont des produits québécois, fait par des Québécois, ici même, chez nous. C’est une notion très importante pour moi. 

Comment voyez-vous le fait de vieillir? 
Je suis chanceuse, car j’ai une très bonne génétique. Je regarde ma mère qui a aujourd’hui 74 ans et même si elle est très malade, elle reste une femme extrêmement belle. Selon moi, la beauté est un tout. Ce qui fait que l’on est beau ou que l’on plait a quelqu’un, c’est aussi ce qui se passe en dedans. C’est notre pensée, notre philosophie, notre regard sur la vie. Je viens d’une famille de femmes et elles vieillissent toutes plus belles les unes que les autres. Prendre de l’âge n’est pas quelque chose qui me stresse. Quand j’ai eu 30 ans, cela a été merveilleux. C’est comme si je sentais qu’à cet âge, je pouvais laisser tomber ce qui m’angoissait à 20 ou 25 ans. Et à 40 ans, c’est encore meilleur. J’ai eu 45 ans au mois de janvier et c’est de mieux en mieux. 

La cinquantaine ne vous fait donc pas peur. 
Je suis une fille très heureuse de nature. J’adore la vie. Je suis extrêmement curieuse, et je cherche toujours à me renouveler. Je suis une comédienne, mais pas seulement cela. J’ai besoin de communiquer. J’ai mon émission de radio qui me passionne au plus haut point et IDC m’amène dans des sphères encore inconnues. Je pense que c’est une clé par rapport au vieillissement. Il faut développer d’autres passions. Il faut regarder la vie autrement. Je ne dis pas de se refaire une carrière. Faire du bénévolat, de la peinture, de la danse, des voyages, être curieux sur le monde; c’est ça, ultimement, qui garde jeune. 

Quelle est votre routine bien-être? 
Je pense que dans la vie tout est bon. Tout ce qui est interdit est bon. C’est plutôt l’excès qui ne l’est pas. J’aime tout, mais je ne suis pas une excessive. J’aime la bonne bouffe, les bons vins, faire la fête, me coucher tard une fois de temps en temps. Oui, il m’arrive de manger une poutine ou un hot-dog, mais je ne pourrais pas me nourrir que de ça. On le sent quand on se nourrit mieux et quand on se tient physiquement actif. L’énergie n’est pas la même, c’est évident. On peut faire des excès de temps en temps. Pourquoi pas? L’important, c’est l’équilibre et surtout, de nourrir sa vie pour être heureux. 
Ma campagne est un grand lieu de ressourcement. Les voyages sont également importants pour moi, tout comme les lectures. Il y a des lectures qu’on a besoin de faire, parce qu’elles nous gardent branchés sur le monde. Elles nous amènent à réfléchir. L’entourage est également primordial. Je pense qu’il y a des gens qui sont nocifs pour notre santé, et d’autres qui sont bons. Un des éléments clés dans une vie est les gens qui t’entourent, et ce, tout au long de la vie. Il faut s’entourer de gens qui veulent toujours le meilleur de nous-mêmes. 
Pour moi, tout cela fait partie de mon mieux-être. C’est un tout, et pas juste un rituel de beauté. Oui, le soir je me démaquille. Oui,  le matin je me lave le visage. J’essaie surtout de boire beaucoup d’eau. Mais mon hygiène de vie, c’est une philosophie, une façon de penser. Je veux être heureuse dans ma vie. Ce n’est pas compliqué et je vais faire ce qu’il faut pour y arriver. Quand on aime la vie, on reste jeune. Et moi, j’adore la vie! 

Avez-vous des modèles, des sources d’inspiration? 
Ma mère et mes tantes. Ce sont des femmes courageuses. Ma mère était la plus vieille des 4 sœurs et à 10 ans, elles ont perdu leur mère. Elles ont eu une enfance difficile, mais ce sont des survivantes qui sont restées très soudées, malgré le fait qu’elles ont été divisées. Ce sont des femmes avec une force de vie et du caractère. J’ai de belles sources d’inspiration. Ginette Achim, mon agent, est une femme exceptionnelle. Céline, de chez Tel-jeunes, avec qui je travaille depuis 20 ans, est extraordinaire. Francine Allaire, directrice des variétés à Radio-Canada, est une grande amie. Je suis entourée de gens avec des valeurs extraordinaires. J’ai un amoureux merveilleux que j’adore et qui m’adore. On choisit les gens dans nos vies. Pourquoi ne pas choisir les meilleurs pour nous rendre meilleurs en tant qu’individu? 

Questionnaire Mieux-être

Quelque chose dont vous ne pourriez vous passer: 
La musique. Elle est extrêmement présente dans ma vie et pas seulement à cause de la radio. Ça aussi d’ailleurs, je ne pourrais pas m’en passer. C’est un grand bonheur de pouvoir en faire.
La chanson que vous écoutez en ce moment: 
Il y en a tellement… Adèle est merveilleuse. Son album joue en boucle dans ma voiture. J’adore aussi Fred Pellerin, autant en musique que sur scène. C’est une relève exceptionnelle et un grand poète de chez nous. J’écoute aussi Susie Arioli et Sophie Beaudet, un gros coup de cœur. 
Votre livre de chevet: 
La biographie de Steve Jobs. C’est exceptionnel. Il faut lire ça! C’est une grande leçon de vie et d’humanité. 
Votre péché mignon: 
Une bonne poutine une fois de temps en temps, ou bien un hot-dog avec un Pepsi. J’adore ça! Mon fils et moi adorons aussi un bon morceau de gâteau au chocolat. C’est notre gâterie de la journée. 
Les essentiels à avoir dans son sac à main: 
Oh mon dieu! Mon mascara, mon rouge à lèvres, mon cache-cerne et Eternel, ma crème à main d'IDC.. Je ne pars jamais sans ça. 
Que faites-vous pour vous détendre? 
Je vais à la campagne en Estrie. J’adore me ressourcer et me recueillir, collée sur la nature. Tout est différent à la campagne. J’ai mis beaucoup d’énergie dans ma maison. Je l’ai rénovée, embellie; c’est mon havre, c’est moi. C’est sans doute le plus bel endroit au monde, tout pays confondu! 
Votre ville préférée? 
J’adore New York et Paris. J’aime beaucoup la France et bien sûr l’Italie. Mon père est italien et j’ai de la famille là-bas. C’est très «à l’italienne» d’ailleurs chez nous. Il y a toujours quelque chose qui est en train de cuir sur le poêle! 

 





 Article précédent  Retour  Article suivant


AUSSI À LIRE

12 idées d'escapade sur la route des vins
Parcours champêtre de Lac Brome à Dunham
«Israël? Vous allez là? Mais n'est-ce pas dangereux? 
Avec tout ce qu'on entend dire… »
Geneviève Guérard danse la vie
Safari au Kenya




PARTENAIRES