La cannelle… pas juste pour les tartes aux pommes


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
La cannelle… pas juste pour les tartes aux pommes

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par: Mélanie Routhier

La cannelle… pas juste pour les tartes aux pommes

La cannelle n’est pas juste bonne à mettre dans les tourtières, les pains d’épices ou encore les tartes aux pommes. Elle s’avère être une alliée à se procurer pour festoyer à sa guise et éloigner la fatigue, mais surtout, elle désamorce de façon remarquable l’indésirable «gastro».

La cannelle fait partie de la famille des Lauracées. Beaucoup de sortes de cannelle existent, mais deux d’entre elles sont plus connues:

  • La cannelle de Ceylan (Inde) – Cinnamomum zeylanicum ou verum
  • La cannelle de Chine – Cinnamomum cassia

Ces deux espèces sont assez proches. Et pourtant, quelques détails feront, comme nous le verrons, que leur emploi sera différent.

Origine
Dans son pays d’origine, la Chine, l’usage médicinal de la cannelle remonte à aussi loin que 2500 ans avant Jésus-Christ. La cannelle fait partie des épices de luxe les plus renommées. Elle est aussi utilisée depuis longtemps en Inde, en Égypte et dans certaines régions d’Europe où les Grecs et les Romains emploient déjà les deux sortes de cannelle, qu’ils utilisent entre autres pour aromatiser le vin. Les Égyptiens l’associaient à l’aloès, à la myrrhe et à d’autres substances pour l’embaumement des cadavres ou aux parfums et plus tard, à celle de l’huile sainte. Elle sera aussi utilisée pour ses propriétés excitantes et aphrodisiaques.

Au moyen-âge, en Europe, on y découvrira davantage de talents, notamment pour soigner les maladies du foie et l'angine de poitrine. Certains l’utiliseront dans une boisson tonique faite de vin sucré dans lequel on fait infuser de la cannelle, du gingembre et des clous de girofle. D’autres porteront sur eux des petites boites remplies d’aromates – dont la cannelle, pour se préserver des maladies contagieuses.

En 1887, Chamberland, physicien et biologiste français, attestera selon lui que trois essences ont un puissant pouvoir antiseptique, soit celles de la cannelle de Ceylan, de la cannelle de Chine, et de l’origan.

Les parties utilisées

Les parties utilisées sont l’écorce intérieure des nouvelles pousses, que l’on exploite tous les deux ans, et les feuilles. On procède à la distillation à la vapeur d’eau pour en extraire l’huile essentielle.

Il faut environ 60 kg de feuilles pour obtenir 1 kg d’huile essentielle de cannelle et 150 kg d’écorce séchée donnera, 1 kg d’huile essentielle d’écorce de cannelier. Ces deux huiles sont jaune clair et ont une odeur douce, chaude, épicée, qui rappelle le clou de girofle.

La composition

L’huile essentielle d’écorce de cannelle de Ceylan (Cinnamomum zeylanicum) est composée de 65 à 75% d’aldéhyde aromatique cinnamaldhéhyde, de 4 à 10% d’eugénol, de carbures et d’alcool terpénique. 

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com