S'occuper de sa santé émotionnelle à l'approche des fêtes


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
S'occuper de sa santé émotionnelle à l'approche des fêtes

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par: Joane Duquette

S'occuper de sa santé émotionnelle à l'approche des fêtes

La période des fêtes apporte son lot d’émotions. Souhaitons qu’elle procure plus de bien-être que de souffrance à la majorité d’entre nous. Il faut tout de même reconnaître que ces réunions sont souvent plus «désorganisantes» que soutenantes sur le plan psychologique. Les orchestrer avec un peu de recul peut s’avérer une bonne stratégie pour franchir le mois de janvier avec un peu plus d’énergie et de paix intérieure, et moins de blessures à panser encore une fois.

Nous parlons rarement de l’état de fragilité émotive qui se manifeste année après année, avant, pendant et après les fêtes. Nous aimons penser que c’est une période magique et que tout le monde s’aime et cohabite avec joie. Mais les relations entre les membres d’une famille sont parfois si tendues qu’elles peuvent nous rendre très vulnérables.

En effet, chaque famille a son histoire. Nos parents ont fait de leur mieux pour combler l’essentiel de nos besoins durant notre évolution vers l’âge adulte. Ils ont accompagné leurs enfants en fonction de leurs connaissances, de leurs propres enjeux, de leur disponibilité émotive et de leur maturité du moment. Malheureusement, peu de parents ont été parfaits. C’est trop demander. Ils sont humains et ont leur histoire eux aussi.

C’est dans un contexte familial imparfait que nous avons grandi. Nous avons développé nos propres stratégies relationnelles dans le but d’obtenir une réponse favorable à nos besoins de lien et minimiser les risques de blessures émotives, comme la perte de l’amour de nos parents. Ces stratégies ayant souvent peu évolué à l’âge adulte, nous avons gardé des comportements et des réactions qui s’apparentent à ceux d’autrefois. Et c’est ainsi pour chaque membre d’une famille. Lors des rencontres familiales, nous revivons les dynamiques relationnelles de chacun avec un air de déjà-vu. Il ne faut donc pas se surprendre de voir les blessures antérieures se réactiver.

Prendre du recul

Alors que faire à l’approche des fêtes? Nous avons juste assez de temps pour prendre un peu de recul et préparer un petit plan d’action émotif en guise de soutien.

Tout d’abord, nous pouvons reconnaître que nous sommes tentés, la plupart du temps inconsciemment, d’entretenir certaines attentes affectives. Elles découlent d’un besoin important non comblé par le passé et qui s’inscrit en nous comme une zone de vulnérabilité. Malgré le fait que ces attentes soient légitimes et souhaitables, il est peu probable que nous obtenions un soutien affectif de la famille, puisque c’est dans ce noyau familial que nous avons intériorisé nos manques.

Une autre bonne stratégie est de tenter de définir quelques structures relationnelles du clan familial et leurs effets sur nous. Ces observations peuvent nous parler des dynamiques relationnelles heureuses et soutenantes tout comme elles peuvent nous indiquer celles qui sont conflictuelles, insatisfaisantes et même heurtantes. Nous pouvons comprendre nos dynamiques relationnelles à la façon dont les conflits ou les malaises se construisent en notant, entre autres, le type ou le ton des échanges et des interactions, les sujets tabous, les occasions de fuite dans l’alcool et la nourriture, ou encore, les règles et les attentes implicites.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com