Être bien dans sa peau avec son psoriasis


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Être bien dans sa peau avec son psoriasis

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Être bien dans sa peau avec son psoriasis

Pour la plupart d’entre nous, avoir un bouton sur le visage ou un feu sauvage sur les lèvres peut paraître une catastrophe! Imaginez alors les personnes vivant au quotidien avec le psoriasis, une maladie cutanée chronique et récidivante qui a des effets physiques et émotionnels importants. À cet effet, un récent sondage, mené auprès des jeunes Canadiens atteints de psoriasis ou de rhumatisme psoriasique, âgés de 18 à 30  ans, arrive à la conclusion que le psoriasis a des répercussions importantes pouvant limiter les activités de ces jeunes adultes au quotidien.

Audrey Brouard, 28 ans et résidente de Lévis, à Québec, a accepté de se confier au magazine Mieux-Être pour sensibiliser les lectrices et encourager les personnes atteintes de psoriasis à prendre en main leur maladie et à surmonter les défis de tous les jours.

Quelle a été ta première réaction face au diagnostic?

Lorsque j’ai reçu mon diagnostic, je savais déjà en quoi consistait la maladie, car mon père en est atteint également. Dans un sens, j’étais contente de savoir ce qu’était cette maladie, mais de l’autre côté, j’étais inquiète, car j’en faisais beaucoup plus que lui.

La maladie a par contre progressé avec le temps? 

Oui, j’étais loin de me douter qu’avec le temps, mon état s’empirerait et que je vivrais des épreuves aussi difficiles. Je m’attendais à affronter la même chose que mon père au quotidien, et je me disais que ça ne pouvait pas être si pire. J’étais bien loin du compte!  

Lorsque le médecin nous diagnostique, il nous fait part de notre état actuel et des traitements offerts selon notre situation, mais nous ne savons pas ce que le futur nous réserve. Au départ, je ne souffrais pas de rhumatisme psoriasique, j’en ai été seulement atteinte quelques années plus tard. J’ai alors appris à apprivoiser la maladie et à la comprendre au fur et à mesure qu’elle se développait. 

D’après le sondage1, parmi les personnes atteintes de psoriasis modéré ou grave, 52 % ont affirmé que tout type de contact physique les rendait mal à l’aise à cause de leur maladie, et 62 % ont avoué avoir envie de s’isoler en raison des symptômes physiques incommodants. As-tu, toi aussi, dû faire face à ces mêmes obstacles? 

Effectivement, les choix vestimentaires ne sont plus les mêmes. J’hésite encore à mettre une jupe ou une robe, car j’ai souvent des plaques sur les jambes et elles sont visibles même avec des bas de nylon. Je dois aussi avouer que je fréquente très peu les piscines en raison du regard que les gens posent sur mes lésions cutanées, sans compter que le chlore cause beaucoup d’inconfort à la peau.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com