Au bar de la vie


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Au bar de la vie

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par: Guy Corneau

Au bar de la vie

Accoudé au bar d'un restaurant bruyant, je discutais avec une amie qui contemplait avec nostalgie ses années d'innocence.

- Comment se fait-il qu'il y ait tant de gens qui sont heureux sans se poser de questions, s’interrogea-t-elle? Je voudrais simplement vivre de façon spontanée et légère en arrêtant de me prendre la tête.

- Mais qu'est-ce qui te dit que ces gens sont heureux? Pour moi, lui dis-je, la spontanéité et la légèreté ne sont pas au début, ils viennent à la fin. Ils sont le résultat d'une culture de soi.

- Une culture?

- Oui, une culture, comme dans «cultiver son jardin». Et l'on pourrait dire que les fleurs de ce jardin ont pour nom légèreté et spontanéité.

- Je ne savais pas que tu étais poète. Allons! Vite à nos bêches et à nos râteaux! Vivement la thérapie, les jus verts et la méditation. Cap sur la légèreté!

- Oh, tu peux choisir les outils qui te semblent adéquats, lui répondis-je amusé. Il s'agit essentiellement de s'ouvrir.

- Nous y voici, tu veux dire que je ne suis pas ouverte?

- Plutôt un peu paresseuse, si je peux me permettre. Le travail sur soi consiste en la culture d'une attitude d'ouverture au soi profond, aux autres et à l'univers. Et comment se rappeler l'ouverture si on n'y met pas un peu d'effort et de constance?

Prec
Article précédent

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com