Créer pour se sentir en vie et pour laisser sa trace


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Créer pour se sentir en vie et pour laisser sa trace

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Créer pour se sentir en vie et pour laisser sa trace

Créer est un besoin fondamental de l’être humain et une fonction naturelle chez lui. C’est donc dire que, sans la satisfaction de ce besoin, une partie de notre être meurt en nous. 

Créer, c’est donner existence à quelque chose de nouveau. Et pour que créer soit un acte réellement nourrissant pour soi, nos créations doivent donner naissance à quelque chose qui part de nous-mêmes, de notre identité. Créer à partir de qui on est, c’est aussi laisser notre trace dans notre monde.

Les enfants créent spontanément, pourquoi pas nous?
Les enfants ont naturellement le réflexe de créer. Ils découvrent à partir de leurs créations, ils apprennent à partir de celles-ci, ils comprennent le monde avec elles. Ils s’expriment aussi à travers elles. Rares sont les enfants qui ne sont pas inspirés soit par une feuille et des crayons de couleur ou par une boîte de blocs ou plus vieux soit par une fête à organiser, un style vestimentaire à parfaire ou une recherche à effectuer. La spontanéité qui caractérise les enfants et l’encouragement qu’ils reçoivent à laisser exprimer leur pulsion ludique et créative font d’eux des créateurs à temps presque plein. Nous avons tous été enfants, que s’est-il donc passé pour qu’on arrête de créer?

C’est malheureusement les jugements reçus, les expériences d’humiliation, de moquerie ou de dévalorisation de ce que nous sommes et de ce que nous faisons ou créons, qui font qu’au fil du temps, notre pulsion créatrice s’affaiblit pour aller, pour certains, jusqu’à s’éteindre complètement. Le manque d’estime de soi et le manque de confiance en soi s’installent puis augmentent au point de nous éloigner de ce qui nous fait vibrer. 

À titre d’exemple personnel, je peux vous citer mon histoire avec le chant. 

Ma mère chantait de l’opéra dans la maison quand j’étais jeune. Sa voix puissante, libre et la joie qu’elle semait autour quand elle chantait m’ont inspirée. Dans ma chambre, devant mon miroir, je chantais du René Simard autant que des extraits de Carmen de Bizet. J’aimais découvrir ma voix et en améliorer l’amplitude. Un jour, en revenant de l’école avec mes amis, nous chantions tous en chœur. J’étais heureuse, car j’aimais chanter. Puis, un garçon de la bande s’est mis à rire du trémolo que je mettais dans ma voix. Je me suis sentie humiliée devant tous mes amis. Pendant des années, j’ai arrêté net de chanter devant des gens autres que ma famille immédiate. Ce n’est qu’au milieu de mon secondaire, dans un cours de musique, lors d’un rassemblement avec l’enseignante après la classe, que j’ai osé discrètement rechanter avec trémolo. Le sourire doux de cette enseignante quand elle s’est retournée, surprise, vers moi pour me complimenter sur ma voix, reste inoubliable. Cette femme ignore combien, par ce geste et ces quelques mots, elle a mis de la valeur là où j’avais été ridiculisée, transformant ainsi ma propre image de moi-même face au chant et débloquant ma spontanéité et par le fait même, ma créativité.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com