Rhumes, grippes et plantes 
médicinales!


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Rhumes, grippes et plantes 
médicinales!

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Marie Provost

Rhumes, grippes et plantes 
médicinales!

Nous vivons dans une époque exceptionnelle où les transports internationaux sont fluides et accessibles; les avions sillonnent le ciel et la planète entière est à notre portée. Par contre, cette mobilité nouvelle ouvre la voie à une plus grande circulation des agents pathogènes, heureux de circuler dans ces voyageurs affaiblis par le décalage horaire et les variations brusques de climat. En conséquence, la saison des rhumes et grippes ne se limite pas aux mois d’hiver. L’est et l’ouest, le nord et le sud, l’hiver et l’été se mélangent et forment une soupe propice à une très longue saison de la grippe. 

On ne le dira jamais assez, et toutes les approches médicales sont d’accord sur ce point, la meilleure tactique pour ne pas être malade reste la prévention. On néglige parfois ces consignes élémentaires, mais combien efficaces pour se protéger des infections respiratoires, comme se laver les mains souvent et se tenir loin des collègues et amis malades, sortir dehors et faire de l’exercice, éteindre les écrans et aller se coucher plus tôt quand on est fatigué. On le répète une fois de plus, pour éviter d’être malade il faut dormir, bien manger, jouer dehors et se laver les mains. Mais ce n’est pas toujours suffisant et il fait parfois bon d’y ajouter quelques ingrédients botaniques pour nous aider à résister à l’infection.

Si la fatigue et l’épuisement nous guettent, on emploiera la tisane d’ortie (Urtica dioica). Populaire depuis longtemps en Europe, la feuille d’ortie est à mi-chemin entre l’aliment et le médicament. Traditionnellement cuisinée en soupe, elle se prépare comme de l’épinard ou de la bette à carde. Si le printemps est arrivé et que vous avez un petit coin de potager, vous avez sans doute un peu d’ortie sauvage qui borde votre tas de compost ou la clôture au fond du jardin. Récoltez la partie supérieure de la plante (en prenant soin de mettre des gants, ça pique!), coupez grossièrement et incorporez à votre bouillon, votre omelette ou vos légumes sautés, laissant cuire une toute petite minute. En hiver, à moins d’avoir été très prévoyant et d’en avoir garni le congélateur, on peut se tourner vers la tisane de feuilles séchées, un magnifique tonique énergisant qui nous aide à mordre dans la vie et à résister aux méchants microbes.

L’astragale (Astragalus membranaceus) est une plante importante de la pharma-copée chinoise dont on emploie la racine. Adaptogène, les Chinois disent que l’astragale est le ginseng des jeunes (les moins de 70 ans). L’astragale nous aide à résister à la fatigue, l’infection et la contagion. On la prend en prévention durant les périodes fragiles, quand on est fatigué, que tout le monde est malade autour de nous ou si on arrive à ce moment de l’année où on tombe toujours malade. On peut l’utiliser de plusieurs façons, en bouillon (mélangée à des champignons séchés, la racine mijotée et tamisée fait une délicieuse base de soupe), en infusion (on met quelques bâtons dans une théière et on laisse infuser une quinzaine de minutes avant de boire 2 à 3 tasses par jour) ou en teinture (un extrait de racines fraîches à base d’alcool qu’on peut fabriquer ou trouver en boutique). Si on veut agir rapidement, la teinture (25-30 gouttes) sera efficace tandis que si on veut bâtir la résistance, on choisira la tisane ou le bouillon.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com