Le stress sans détresse… Prendre en charge 
mon bien-être


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le stress sans détresse… Prendre en charge 
mon bien-être

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Hélène Renaud et Michel-Jacques Bergeron

Le stress sans détresse… Prendre en charge 
mon bien-être

Dans nos sociétés modernes, le stress est considéré comme le mal du siècle! Des équipes de chercheurs, des universitaires, partout à travers le monde, se penchent sur le sujet et proposent des moyens – exercices, marches, yoga, respirations, sports, loisirs, etc. —, pour atténuer les effets de ce mal qui ronge un grand nombre de femmes et d’hommes d’aujourd’hui. Est-ce vraiment ces actions qui nous permettront d’être bien dans notre peau, de déstresser ? Partiellement et temporairement oui, mais honnêtement, la réponse est non… Parce que si c’était le cas, il n’y aurait pas autant de stress… Plusieurs de ceux qui emploient ces moyens extérieurs sont quand même anxieux, angoissés et tombent malades.

Nous observons que le taux de stress tant chez les individus qu’à l’intérieur des équipes de travail n’arrête pas d’augmenter et les antidépresseurs battent des records de vente. L’insomnie, la dépression, la détresse psychologique, les conflits relationnels, l’épuisement professionnel et l’absentéisme sont les protagonistes à l’avant-scène dans nos vies personnelles et dans les milieux de travail. Le stress affecte le bien-être individuel, celui des relations de couple et de la vie familiale.

La question à se poser : est-ce que nous regardons le problème par le bon côté de la lorgnette ? Le stress est perçu comme étant causé par des agents extérieurs (à cause du manque de temps, à cause de toutes mes responsabilités, de mon conjoint, de mes enfants, de mon insécurité financière, etc.) qui justifient notre tension, alors qu’il est causé par nous-mêmes : par ce qu’il y a dans notre esprit. On croit qu’on n’a pas de pouvoir là-dessus, alors que nous avons tout pouvoir sur notre vie intérieure. Chacun de nous a son propre élastique de tension et c’est nous qui le tenons, qui avons le pouvoir de faire ce que l’on veut avec.

Il est primordial d’observer que ce qui m’empêche de bien fonctionner et m’amène une baisse d’énergie – stress – est le fait que je me laisse aller dans des « façons de penser » et des « façons de faire » qui me maintiennent à ce niveau. Je porte avec moi ce fardeau (valises), dans ma vie personnelle et professionnelle. Si je m’alimente à la source du négatif et de la peur — mon ego —, je serai évidemment fatigué. Si je m’alimente à la source de ce qui est aimant pour Moi et pour l’Autre, cela fera monter mon niveau d’énergie. Je devrai développer le réflexe de refuser – mettre un stop — au débit de pensées négatives qui alimentent cette partie de mon esprit.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com