Composer avec les situations hors de 
notre contrôle


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Composer avec les situations hors de 
notre contrôle

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Marie Portelance

Composer avec les situations hors de 
notre contrôle

Ni la vie ni les autres ne s’accordent toujours au diapason de nos désirs ou de nos besoins. Il pleut pendant nos vacances ; notre maison, à vendre depuis des mois ne trouve pas d’acheteur ; des coupes budgétaires nous font perdre notre emploi ; quelqu’un nous traite injustement par rancune; un proche nous trahit; notre enfant reçoit un diagnostic inquiétant ; nous apprenons que nous souffrons d’une maladie incurable ; notre conjoint nous quitte ; une personne importante meurt… Il arrive à tout le monde d’être dépassé et chaviré par des situations qui sont complètement hors de notre contrôle. Certaines sont banales et ont peu d’impact sur notre vie, comme des orages passagers. Cependant, d’autres sont difficiles à traverser alors que d’autres encore sont carrément dramatiques et nous donnent l’impression qu’un tsunami vient de tout ravager notre vie.

Voyons ce qui se passe en nous quand la vie ou les autres ne vont pas dans le même sens que nos volontés; puis comment mieux composer avec les situations qui sont hors de notre contrôle.

Lutter contre ou abdiquer
Quand un vent trop fort s’abat sur notre vie, quand les autres ne se comportent pas comme on le souhaiterait, et ce, à notre détriment, les émotions désagréables ressenties peuvent être si puissantes, qu’elles deviennent difficiles à supporter. Le réflexe de l’humain qui souffre est de mettre en place des mécanismes de défense inconscients, qui ont pour but d’amoindrir le mal, mais qui, au bout du compte, nous enlisent dans davantage de problèmes. Dans le cas des épreuves sur lesquelles nous n’avons aucun pouvoir, nous pourrions classer ces mécanismes de défense en deux catégories : ceux qui entretiennent la « lutte contre » et la résistance puis ceux qui nous font abdiquer et nous maintenir dans une position de victime.

Que nous mettions notre énergie à nous battre contre la vie, à ramer contre le courant ou encore que nous la perdions à nous apitoyer sur notre sort, aucune de ces deux stratégies ne nous donnera du contrôle là où nous n’en avons pas. Se plaindre et s’apitoyer n’a jamais arrêté la pluie, les vents ou guéri une maladie. Lutter contre ce que la vie nous envoie comme défi ou chercher à contrôler les autres n’a jamais effacé une blessure de trahison, une manipulation ou un abandon. Bien sûr, il ne s’agit pas de nous soumettre aux évènements et aux autres sans broncher. S’engager à prendre soin de soi et à se respecter soi-même n’est pas seulement permis, mais c’est un devoir.

Actions destructrices 
face à une situation qu’on ne contrôle pas
- 
Se plaindre, s’apitoyer
- Ne pas se remettre en question et responsabiliser les autres de notre douleur
- S’isoler des autres, se taire
- Positiver et nier la souffrance
- 
Jouer les forts, faire comme si nous sommes au-dessus de la situation
- 
Se blâmer, se juger pour ce qui arrive
- Blâmer, juger et faire des reproches
- Chercher à contrôler les autres
- 
Chercher à comprendre de façon compulsive, faire des recherches, 
des liens sans cesse
- Chercher à changer la situation
- 
Harceler, se débattre, partir en Croisades, 
s’acharner contre quelque chose ou quelqu’un
- 
Se venger, nourrir la rancune
- Compulser dans l’alcool ou autres
- 
Passer tout notre temps sur des activités qu’on contrôle, le ménage, 
l’organisation familiale, le travail…
- 
Etc.

Néanmoins, on dit qu’il faut choisir ses batailles. Distinguer la bataille réactive qui détruit, de la bataille constructive est essentiel pour poser les actions justes au bon moment. Face aux épreuves, la volonté, la discipline, la force intérieure, un certain esprit de combattant, de l’endurance et de la persévérance sont des qualités primordiales. Toutefois, si ces qualités sont mises au service de nos mécanismes de défense d’attaque, de blâme, de culpabilisation, de rejet, de violence, de vengeance, de rationalisation, etc., elles risquent de détruire les autres, nos relations ou nous-mêmes.

Persévérer à blâmer une personne qui nous a abandonnés, combattre dans un esprit de vengeance celui qui nous traite injustement, se servir de notre force intérieure pour nier notre souffrance quand notre proche vient de mourir, s’acharner à comprendre les tenants et aboutissements d’une maladie jusqu’à en devenir plus malade, ou encore endurer l’intolérable dans une relation toxique sans rien faire, se culpabiliser sans relâche pour ce qui nous arrive; rien de tout cela ne nous apportera le contrôle tant espéré, bien au contraire. Au bout du compte, on se rend compte qu’on s’épuise à ramer contre le courant de la vie et qu’on met notre énergie dans des actions qui ne nous rapportent pas.

Toutes les qualités nommées plus haut doivent plutôt se canaliser pour servir le respect de soi, l’amour de soi et la quête de paix intérieure, à travers des actions justes. Mais comment trouver quelles actions justes poser pour soi, pour être en paix, dans une situation qui nous fait souffrir et qui est hors de notre contrôle ?

Se calmer et prendre soin de notre corps
Face aux situations difficiles, la peur s’installe. La peur de souffrir regroupe toutes les autres : peur de sombrer, d’être abandonné, malmené, de perdre quelqu’un ou quelque chose, d’être rejeté, d’être humilié… Plus on a peur, plus on cherche à contrôler. Et notre mental ne manque pas de faire aller sa petite voix pour nous rappeler les blessures passées et nos croyances limitatives par des pensées d’horreur. « Si tu ne t’acharnes pas sur lui, tu vas te faire avoir ENCORE ; alors, bats-toi, crie, venge-toi. » « Si tu te laisses pleurer ton deuil, tu vas sombrer dans le désespoir comme quand ta mère est morte quand tu étais enfant ; alors, ne bronche pas cette fois. » Malheureusement, si on se laisse mener par nos peurs, dans de telles situations, nous risquons de passer à côté de nos besoins réels du présent.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com