Aller vers une plus grande autonomie de sa santé


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Aller vers une plus grande autonomie de sa santé

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Dr Martin Moisan

Aller vers une plus grande autonomie de sa santé

Lorsque se présentent des malaises physiques ou psychologiques, est-il possible d’être plus autonome vis-à-vis de sa santé? Peut-on moins dépendre de l’industrie pharmaceutique et se prendre davantage en main, autant sur le plan individuel que sur le plan collectif?

Ces questions touchent à un enjeu fondamental qui est celui de la responsabilisation de chacun vis-à-vis de sa propre santé. Au Québec, nous avons la chance de vivre dans une société où la médecine moderne a développé une grande expertise dans les cas d’urgence (crise cardiaque, traumatisé de la route, appendicite…) permettant ainsi une réponse médicale rapide lors de situations où la vie d’une personne est en danger. Mais au-delà de ces urgences, y a-t-il moyen de développer une plus grande autonomie de sa santé? Si oui, comment faire? Par où commencer?

En fait, une plus grande autonomie de sa santé passe d’abord par la prévention. Il est bien connu qu’une saine alimentation, des exercices réguliers, l’arrêt du tabagisme et la consommation modérée d’alcool sont des éléments importants à considérer pour maintenir la forme au fil des années. Mais pourrait-on considérer autre chose pour favoriser une meilleure prise en charge de sa propre santé ? 

Pour mieux prévenir les malaises et maladies, il semble également important de tenir compte de sa santé émotive. D’ailleurs, de plus en plus d’études démontrent un lien entre les émotions (tristesse, colère, sentiments d’abandon, honte, culpabilité…) et les symptômes physiques (maux de ventre, tensions musculaires…). Cela signifie que plus on perçoit la composante émotive de ses symptômes, plus on devient autonome vis-à-vis de sa santé, et plus il est possible d’agir par soi-même pour apaiser certains malaises. Une meilleure connaissance des causes qui mènent jusqu’à des dysfonctions organiques peut donc permettre de se responsabiliser davantage et même favoriser une diminution de la surconsommation de certains médicaments.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com