La fleur de la vie 
à fleur de peau… ou l'art de vivre sereinement sa ménopause


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
La fleur de la vie 
à fleur de peau… ou l'art de vivre sereinement sa ménopause

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Nancy Richard

La fleur de la vie 
à fleur de peau… ou l'art de vivre sereinement sa ménopause

La ménopause sous toutes ses coutures. Il est crucial de savoir distinguer la préménopause de la ménopause en tant que telle.

D’abord, expliquons ce qu’est le cycle hormonal chez la femme. Toute la sécrétion hormonale est commandée via l’hypothalamus et l’hypophyse. Les deux hormones en question : l’œstrogène et la progestérone. Les œstrogènes sont sécrétés par les ovaires pendant la première phase du cycle et décroissent ensuite. La progestérone, quant à elle, est sécrétée dans la seconde phase pour s’effondrer avant les règles. La ménopause est donc caractérisée par la baisse puis l’arrêt de la sécrétion de la progestérone et enfin des œstrogènes.

En ce qui concerne la préménopause, son étendue peut durer de plusieurs mois voire plusieurs années. Le tout commence par une irrégularité de fréquence des cycles menstruels, ponctué d’une ovulation non régulière. Côté hormonal, la sécrétion de l’œstrogène continue, mais celle de progestérone est en diminution marquée.

La ménopause se définit donc comme étant une interruption physiologique des cycles menstruels depuis un minimum de six cycles consécutifs. Il y a donc cessation de sécrétion hormonale via les ovaires de progestérone et d’œstrogènes. La ménopause survient en général entre 40 et 55 ans, la moyenne tournant autour de 52 ans.

Les fameux symptômes… qui nous incombent !
Même si les femmes peuvent se réjouir de ne plus avoir de saignements mensuels/menstruels, d’autres inconforts peuvent faire leur apparition durant la période de la ménopause. On peut penser notamment :
• Aux bouffées de chaleur ;
• Aux troubles sexuels ;
• À l’ostéoporose ;
• Aux troubles psychiques.

D’abord, les bouffées de chaleur surtout nocturnes touchent entre 75 et 85 % des femmes ménopausées.

En ce qui concerne les troubles dits sexuels, on peut parler de baisse du désir, de sécheresse vaginale, d'une diminution du volume des seins et d’atrophie vulvaire. Ce dernier symptôme peut entraîner une augmentation d’incidence des infections urinaires et vaginales et également une douleur liée à la pénétration.

L’ostéoporose, quoique les hommes peuvent en souffrir, touche plus les personnes de la gent féminine. La baisse de la densité osseuse, donc de la solidité intrinsèque des os, engendre une fragilité osseuse généralisée. Vous avez juste à penser aux personnes âgées trébuchant et se fracturant du coup une hanche…

En dernier lieu, les troubles psychiques ne sont pas négligeables. Ces derniers s’apparentent à ceux présents lors du syndrome prémenstruel, sauf que dans cette circonstance, ces derniers peuvent être présents en continu… Il s’agit entre autres de :
• Irritabilité ;
• Insomnie ;
• Anxiété ;
• Vertiges ;
• Fatigue ;
• Lacune de concentration et troubles de la mémoire.

La symbolique de la ménopause
Si l’on se penche du côté symbolique derrière la ménopause, il est essentiel de considérer cette période de la vie d’une femme comme une période très émotionnelle. La femme est en perpétuel questionnement à savoir si elle est encore aimable et désirable. Les bouffées de chaleur peuvent alors être interprétées comme étant un sentiment de suffocation envers ses conflits intérieurs, un besoin de chaleur humaine…

Conseils pratico-pratiques
Si vous comptez parmi celles incommodées par tous ces petits et grands inconforts, pensez à porter des vêtements légers et en fibres naturelles. Ces types de tissu respirent mieux et font moins suer. Si les bouffées deviennent également diurnes, pensez à vous procurer un mini-ventilateur portatif.

Si votre structure osseuse vous inquiète quant à sa solidité, un excellent facteur protecteur de l’ostéoporose est le fait de demeurer active physiquement pour une durée de 20 minutes. La marche et le vélo sont deux activités locomotrices adéquates.

Si vous souffrez de sécheresse vaginale importante, pensez immédiatement à l’huile d’émeu. Cette huile naturelle est un excellent lubrifiant naturel pour diminuer les inconforts liés à la pénétration vaginale.

Finalement, si vous n’en pouvez plus de souffrir de bouffées de chaleur, certaines substances ont tendance à les exacerber. Éliminez donc de votre alimentation l’alcool, la caféine, la nourriture très épicée et les boissons très chaudes.

Et les phytoestrogènes ?
Définissons d’abord le terme phytoestrogènes. Phyto signifie plante et œstrogène en raison de sa capacité à influer sur l’activité œstrogénique du corps. Ce ne sont néanmoins pas des hormones, mais des polyphénols. Les phytoestrogènes se répartissent en 4 groupes principaux : les isoflavones de soja, les lignanes, coumestranes et les lactones de l’acide résorcylique. Donc, les phytoestrogènes sont des substances végétales analogues aux œstrogènes.

Les peuples asiatiques consomment beaucoup de soja depuis toujours. L’incidence des phytoestrogènes est plus efficace si la personne a consommé du soja toute sa vie et n’a pas attendu la cinquantaine avant de débuter sa consommation. Les femmes enceintes devraient néanmoins éviter d’en consommer. On peut en consommer de diverses formes : graines (edamame), yaourt ou pudding, boisson de soja, tofu, complément alimentaire et autres produits dérivés. Toutefois, les produits à base de soja fermenté (tempeh, natto, miso, shoyu, tamari, etc.) n’auraient aucune activité œstrogénique. Le soja apporte beaucoup de protéines, de magnésium et d’acides gras essentiels, dont les lécithines.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com