Colette Portelance, le coeur sur la main


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Colette Portelance, le coeur sur la main

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Cassandra Poirier, journaliste | Paru dans Mieux-Être Édition 77

Colette Portelance, le coeur sur la main

Le nom de Colette Portelance n’est plus à faire dans le domaine des relations humaines. Thérapeute en relation d’aide, pédagogue, auteure et conférencière chevronnée, elle détient un doctorat en Science de l’éducation de l’Université de Montréal de même que de l’Université de Paris. Auteure de nombreux bestsellers, c’est à elle que l’on doit la création de l’Approche non directive créatrice (l’ANDC) dans le champ de la psychologie. Mais loin de s’en tenir qu’à la théorie et aux bouquins, Colette Portelance est avant tout une femme authentique, passionnée par les relations humaines et surtout, soucieuse du bonheur des autres.  


La route semblait être toute tracée pour Colette Portelance. Enfant, et ainée de la famille, elle se préoccupe déjà beaucoup de ceux qui l’entourent et les tensions relationnelles l’affectent. Adolescente, c’est la cause des lépreux qui attire son attention. « Je me souviens aussi qu’à l’adolescence, je me suis mise à prier tous les jours pour avoir une relation amoureuse satisfaisante et heureuse, raconte la thérapeute. C’était important pour moi d’avoir une vie de couple, une vie de famille. C’était une valeur et un rêve de vie. » Aujourd’hui mère de quatre enfants, grand-mère de douze petits-enfants et après 52 ans de vie commune avec son conjoint, elle peut affirmer que son plus grand rêve a été accompli. Pourtant, des difficultés, des tensions et des crises, il y en a eu, comme dans chaque couple, admet-elle. « Cela m’a ouvert à tout ce qui touche les difficultés relationnelles, les relations de couple, les gens qui se séparent ou qui souffrent dans une relation, parce que j’ai vécu des difficultés moi aussi. » Et c’est bien le message qu’elle veut faire passer : on rencontre tous des difficultés, mais il y a moyen de s’en sortir.


Comme une vocation, depuis des années, Colette Portelance nourrit ce désir d’aider les autres. Cela se traduit par la création d’une approche originale, l’Approche non directive créatrice, et par la création du Centre de relation d’aide de Montréal et de l’École internationale de formation à l’ANDC, dont elle est cofondatrice. « Le but, c’est d’apprendre aux gens à ÊTRE en relation. AVOIR des relations est facile, mais ÊTRE en relation, pouvoir communiquer avec les autres, c’est autre chose », explique-t-elle. Pour ce faire, un travail introspectif sur soi est fondamental, selon les bases de l’ANDC. Voilà la mission de Colette Portelance. « Parce que souvent, on met l’accent sur les théories, la méthode, ou les connaissances théoriques de la personne humaine. On sait beaucoup de choses sur l’être humain, mais on n’apprend pas aux gens à s’accueillir, à s’accepter, à se connaitre et à être présents. Le travail sur soi ne passe pas par des techniques magiques. Il consiste à faire face à la partie de soi qu’on a toujours rejetée, parce qu’on a peur de ne pas être aimé », explique-t-elle.


Dans son tout dernier livre, De quel système relationnel êtes-vous prisonnier, Colette Portelance se penche sur nos blessures profondes, celles qui influencent et teintent, bien souvent malgré nous, nos relations. « Le système relationnel est créé à partir de nos blessures. On a tous été blessé et on ne peut pas blâmer personne, parce que nos éducateurs aussi ont été blessés, soit par l’humiliation ou la culpabilisation, l’infériorisation, l’abandon, l’exclusion, le rejet, l’indifférence, l’incompréhension, la trahison… Quand on est blessé et qu’on n’est pas conscient de nos blessures, on s’en défend, explique l’auteure. C’est ce qu’on fait la plupart du temps. On refoule, on fait semblant ou on nie. La négation c’est l’envers de la communication et de la relation qui marche. » Ce livre se penche donc sur ces systèmes relationnels que l’on instaure, mais il nous apprend aussi comment s’en débarrasser et faire en sorte que nos relations soient plus harmonieuses, comme le veut aussi l’ensemble de son œuvre qui porte surtout sur les relations amoureuses, la communication authentique, le lâcher-prise et évidemment l’amour de soi.  


Pourtant, avant de devenir thérapeute, Colette Portelance enseigne le français au secondaire. « Ce sont de belles années de ma vie, car j’ai un amour particulier pour les adolescents. Ils sont à une période de leur vie où ils doivent défendre le droit à ce qu’ils sont, et souvent on leur demande d’être autrement. » C’est au contact de ces adultes en devenir que Colette Portelance développe ce qui deviendra un peu plus tard l’ANDC. « Mon approche est non directive dans le contenu. Ce que tu vis, ce que tu penses, tu as le droit de l’exprimer. Les enfants et les ados ont besoin de savoir qu’on les aime, qu’on est capable de les écouter et de les comprendre, ce qui constitue un besoin fondamental. Mais il y a des règles, des cadres, des encadrements. Alors j’ai appris à être directive dans le contenant et non directive dans le contenu. » C’est également au contact des adolescents que Colette Portelance s’intéresse aux différents types d’intelligences, ce qui sera sans doute le sujet de son prochain livre, nous avoue-t-elle. Intelligence rationnelle, pragmatique ou artistique; la clé de la réussite réside dans leur compréhension. « Ima-ginez la différence que ça ferait au niveau de l’approche des étudiants… Ça change tout », s’exclame-t-elle.  


Réellement animée d’un désir de compréhension des autres et soucieuse d’améliorer leurs relations, Colette Portelance a réellement le cœur sur la main. Si aujourd’hui elle en a fait son métier, c’est aussi un peu grâce à son père : « Mon père a été toute ma vie mon idole. Il était loin d’être parfait, mais c’était un homme qui avait le sens de la relation, une capacité d’écoute exceptionnelle et qui était capable de s’excuser quand il faisait des erreurs. J’ai beaucoup appris de lui. Je me suis sentie aimée et notre relation m’a beaucoup propulsée. Elle m’a donné la base de ce que j’ai développé dans ma vie. »

Prec
Suite

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com