Survivre dans un monde d'apparence


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Survivre dans un monde d'apparence

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Karine Verpillot | Paru dans Mieux-Être Édition 77

Survivre dans un monde d'apparence

L’apparence est un mot galvaudé et tellement d’actualité ! Et qui veut dire :

Aspect, conforme ou non à la réalité, sous lequel quelque chose, quelqu’un apparaît à la vue ou à l’esprit.

Lorsqu’on parle d’apparence, les premières choses qui viennent à l’esprit sont le physique, le bien paraitre, l’éternelle jeunesse, le jugement immédiat lorsqu’on voit une situation précise ou quand on rencontre une personne, le besoin de plaire, les opinions tranchées que l’on donne à tout et à rien, les masques que l’on porte selon les circonstances...

Quand on parle de survivre dans un monde d’apparence, la question qui se pose derrière cette phrase est la suivante : pourquoi survivre et pourquoi se cacher derrière une apparence ?

C’est clairement un constat ; nous vivons dans une société d’apparence où il faut être toujours à son meilleur, en mode consommation, vente, performances élevées, compétences supérieures, que ce soit dans notre vie, nos loisirs, notre vie professionnelle, notre vie sociale.

Vous savez aussi bien que moi que souvent les apparences sont trompeuses.

Nous n’avons jamais été autant des survivants dans un monde d’apparence, non seulement, dans notre ère de communication, d’avancées technologiques et médicales et de découvertes, mais aussi, à cause de la sollicitation de toutes parts, qui impose ce qu’il est bien de faire, de dire et de choisir. Publicités, courriels, télévision, fondations, dons... Il faut absolument avoir le dernier gadget à la mode, ne plus avoir de rides, se montrer en train de faire des dons pour une cause, porter des vêtements et des bijoux prestigieux pour faire partie d’une certaine élite, faire savoir au monde entier que nous sommes à tel lieu, avec telle personne, rouler en voiture de luxe et être vu.

Et cette volonté d’apparence constante et exigeante à tous les niveaux ne va pas sans un revers de médailles.

À court, moyen et long terme, l’organisme en souffre, car nous sommes toujours en mouvement et avec un flux de cortisol élevé à longueur de journée pour rester dans ce faux semblant, alors que notre corps a aussi besoin de repos. Il a besoin de temps, de silence, de simplicité, d’authenticité, d’arrêter, de souffler et de respirer.

On constate ces effets nocifs avec toutes les maladies dites de société, comme la dépression, le suicide, le présentéisme, l’absentéisme, un système immunitaire déficient, le stress, l’insomnie, la faible estime de soi, l’incapacité à se connecter avec soi-même et les autres.

La réalité est que notre organisme nous envoie constamment des signaux que nous refusons d’écouter, de ressentir, car nous avons peur de nous arrêter et de découvrir ce qu’il y a derrière ce besoin de paraitre, ce besoin d’être hors réalité.

Être sans fard, se mettre à nu, se dévoiler sans le fameux tailleur professionnel, sans parler de diplômes pour cautionner notre intelligence, sans tous ces amis ou connaissances que l’on ne connaît que par cartes professionnelles, ou par divers médias sociaux, sans ce fameux jugement instantané et sans toutes ces couches qui obstruent et cachent le Vrai Moi.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com