Digérer les défis...pour vivre joyeusement


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Digérer les défis...pour vivre joyeusement

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Natacha Imbeault | Paru dans Mieux-Être Édition 77

Digérer les défis...pour vivre joyeusement

Digérer les défis, les difficultés de la vie, les imprévus et conserver son équilibre… pas toujours évident. Il est fréquent d’entendre quelqu’un dire « je ne digère pas ce qu’il m’a fait, ce qu’elle m’a dit, fait subir… les absurdités que sont les décisions des gouvernements, etc. »

Qu’est-ce que mal digérer ? C’est de ne pas être capable de bien absorber et de transformer ce qui nous traverse pour en retirer ce dont nous avons besoin et éliminer complètement le reste qui ne nous est pas utile, le tout de façon satisfaisante, saine et sereine. 

Lorsqu’on n’arrive pas à bien digérer, cela crée dans le corps des déchets qui parfois s’accumulent pour éventuellement créer divers problèmes. Il en est de même avec les « défis » que la vie nous apporte. Nos corps émotionnel et mental deviennent surchargés et vient un moment où l’on n’en peut plus. À ce moment-là, c’est soit le système nerveux qui flanche, le corps de façon plus globale ou une maladie qui se manifeste. 

L’idéal est d’apprendre à mieux gérer la tension et le stress qu’apportent ces événements dans notre vie, de façon à garder ou retrouver l’équilibre.

Vivre joyeusement ! Ça vous tente ?

Oui, mais plus concrètement : qu’est-ce que cela veut dire pour vous ?

Il y a l’idéal et ce qui nous correspond en fonction de qui nous sommes, de nos aspirations et de notre vie.

L’idéal serait : être bien, serein et joyeux à chaque instant !

Est-ce possible? Peut-être pas à chaque instant, mais la majorité du temps, oui, je le crois.

Voici quelques outils qui aideront à avoir une vie saine, sereine et surtout joyeusement vivante.

L’exercice ! Eh oui, l’exercice est un outil très puissant ! Chaque période d’activité physique libère une dose appréciable d’endorphines, euphorisants naturels, qui réduisent la douleur, augmentent la joie de vivre, contrent la dépression et apportent un sentiment de bien-être général. Certains aliments comme le chocolat stimulent aussi la libération d’endorphines.

Toutes les techniques de relaxation et de gestion du stress sont de mise ici, si l’on veut rester enligné et ne pas subir le stress qui engendre en fin de compte son lot de maladies plus complexes : yoga, méditation, tai-chi, visualisation, thérapie par le rire, etc.

Faire un exercice d’enracinement matin et soir sera également souverain. Pratiquer l’observation vivante face à la situation qui se présente, c’est-à-dire observer cette situation comme si c’était la première fois, ceci permet de changer notre point de vue et aide à trouver des solutions qui autrement resteraient inaccessibles. (Ces deux points sont expliqués dans d’anciennes parutions du journal Terre de vie et disponibles gratuitement en PDF dans la section Herbo-Vie du site Internet de l’Herbothèque.)

Le sommeil réparateur est également primordial pour rester sain sur le plan nerveux. Rester actif sur le plan cérébral ralentit le vieillissement du cerveau et permet de demeurer plus alerte, plus longtemps. Nourrir le système nerveux de pensées positives, visualiser le corps en santé, rire tous les jours, connaître ses limites et les respecter, choisir le bonheur tous les jours. Faire au quotidien des choses qui nous nourrissent et qui sont satisfaisantes pour nous.

Autant que possible, il est également important de s’occuper de situations bénignes (quelles qu’elles soient) avant qu’elles ne deviennent graves. Prévenir plutôt que guérir.

Une bonne alimentation de base est à adopter, mais voici quelques aliments qui sont de véritables alliés des nerfs et du cerveau : bons gras (huiles, noix et graines, poissons gras), les antioxydants pour contrer le stress oxydatif (tout ce qui est vivement coloré), les aliments riches en vitamine du groupe B (grains entiers, légumineuses, levure alimentaire). Les aliments suivants sont à réduire puisqu’ils épuisent le système nerveux : café, sucre, alcool.

Saviez-vous que plusieurs additifs chimiques présents dans l’alimentation sont neurotoxiques ? Sulfites, BHT-BHA, nitrites, résidus de pesticides sur les aliments, gras hydrogénés, certains métaux lourds, etc. Bien sûr, dans un seul produit, ils se retrouvent en quantité minime, mais plusieurs de ces produits agissent justement à faible dose ou encore, il est difficile de compter exactement ce qui est consommé si on additionne tout… Ainsi, il faut opter pour des aliments naturels les moins transformés que possible et qui ne contiennent pas de ces substances.

Vérifier s’il y a des intolérances alimentaires, plusieurs d’entre elles abaissent notre niveau d’énergie et, dans plusieurs cas, jouent sur notre humeur. Dans ces cas, éliminer l’aliment irritant fera une grande différence dans votre vie. Lorsqu’on élimine ces aliments de notre alimentation, il est important d’en ajouter d’autres qui contiennent des nutriments similaires pour garder un équilibre au niveau nutritionnel.

Les vitamines du complexe B sont les vitamines du système nerveux. Elles contribuent au bon fonctionnement du cerveau et des neurotransmetteurs et elles agissent positivement sur l’humeur.

Les oméga-3 participent au bon développement du cerveau et comme le système nerveux est composé de beaucoup de gras, un apport suffisant de bon gras favorisera une bonne santé nerveuse et la meilleure circulation des influx nerveux.

Quelques plantes et 
champignons médicinaux utiles

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com