Donnez un peu et vous recevrez beaucoup


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Donnez un peu et vous recevrez beaucoup

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Peggy Béland alias La Benevoliste | Paru dans Mieux-Être Édition 78

Donnez un peu et vous recevrez beaucoup

On reconnaît une grande civilisation aux soins 
qu’elle porte aux nécessiteux. 
- Pearl S. Buck

Un proverbe chinois dit et je me permets de le citer : « Celui qui possède la santé est riche. » Je suis entièrement en accord avec ce dernier. D’ailleurs, le bénévolat fait partie intégrante des éléments de base dans ma vie comme étant une source de plaisir, de satisfaction et par le fait même de mieux-être. Je retrouve un sentiment de bien-être en aidant les autres. Actuellement, j’ai à faire face à la maladie dans ma vie puisqu’au moment de vous écrire ces quelques lignes, certains de mes proches en souffrent. Pourtant, j’ai trouvé une manière d’apporter du positif à travers celle-ci dans mon quotidien en acceptant d’y faire face tout en redonnant bénévolement de moi-même dans le milieu de la santé. Je m’implique pour la Fondation hospitalière de ma région et cela m’aide à trouver des outils, des solutions afin de trouver l’énergie nécessaire pour y faire face tout en me permettant de rencontrer des personnes qui vivent une situation similaire à la mienne. Je retire un sentiment d’accomplissement immense et les profits sont directement alloués à la santé de ma communauté. J’ai l’impression de contribuer au mieux-être des gens que j’aime et au-delà. Et vous, comment contribuez-vous personnellement à la santé de votre communauté ? Y avez-vous déjà pensé ?

Connaissez-vous l’importance et le rôle de votre fondation hospitalière dans votre région ? Il est fort probable que non. De plus, personne ne désire fréquenter son hôpital et juste le fait de prononcer ce mot, cela nous donne une multitude de frissons qui traversent tout notre corps. Pourtant, nous avons tous à le faire à un moment ou à un autre de notre vie : pour une naissance, un petit accident et parfois pour un problème de santé plus grave. Ce n’est jamais pour nous, mais seulement pour les autres, jusqu’à ce que le destin nous frappe. Le rôle de la grande majorité des fondations hospitalières consiste à contribuer au soutien de leur milieu hospitalier tout en développement des technologies et des soins prodigués en rapport au mieux-être de leurs patients sur leur territoire. Souvent, c’est grâce à la fondation d’un hôpital qu’il est possible d’améliorer les soins et services prodigués aux patients en faisant l’acquisition d’équipements médicaux spécialisés et en développant la recherche.

LE BÉNÉVOLAT ET LA SANTÉ EN CHIFFRES

Nous pouvons dire que les organisations à but non lucratif qui œuvrent en ce sens sont un prolongement du système de santé. Dans un certain ordre d’idées, le système 
public de santé est responsable de rendre accessibles les traitements et les soins aux personnes malades et les organismes communautaires luttent contre l’exclusion sociale, travaillant ainsi pour la prévention en accompa-gnant des milliers de personnes démunies et vulnérables. D’ailleurs, la population québécoise donne généreusement pour la santé, les hôpitaux et les services sociaux, soit près de 46 % de l’ensemble des dons, selon Statistique Canada en 2010. Au Québec, nous avons également l’association des Fondations d’établissements de santé du Québec qui est une belle ressource pour soutenir la santé de nos gens. Leur mission : unir les fondations du secteur de la santé et des services sociaux, représenter leurs intérêts, initier et encourager le maillage et favoriser une culture d’excellence, d’éthique et d’intégrité en gestion philanthropique. Plus de 123 fondations hospitalières sont membres de cette association.

Les femmes sont-elles plus touchées par les causes reliant la santé ? Les femmes étaient, de façon générale, plus sujettes que les hommes à faire des dons à des orga-nismes de bienfaisance ou sans but lucratif (respectivement 86 % et 82 %). Des écarts plus importants apparaissaient lorsqu’on s’intéressait à certains types d’organismes spécifiques. Par exemple, en 2010, 57 % des femmes avaient effectué au moins un don à un organisme de santé, comparativement à 49 % des hommes. Les femmes étaient aussi plus susceptibles que les hommes d’avoir donné à des organismes qui œuvraient dans le secteur des services sociaux et aux hôpitaux. Étude de statistique Canada en 2010.

Un dernier chiffre intéressant que je partage avec vous, 13 % ou 1,7 milliard de dollars ont été donnés à des orga-nismes de santé, selon Statistique Canada, étude de 2013. On peut dire que les Québécois ont le cœur sur la main.

LE BÉNÉVOLAT ET VIEILLIR EN SANTÉ

Serez-vous peut-être surpris d’apprendre que faire du bénévolat peut réellement avoir un rôle primordial sur le plan du vieillissement en santé. Le fait que vous soyez actif et engagé dans votre communauté peut avoir un impact positif sur votre bien-être physique, social et émotionnel. Du moins, plusieurs études récentes le prétendent.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com