Faire face à la maladie...de l'autre


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Faire face à la maladie...de l'autre

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Manon Blondin, coach d'affaires et conférencières | Paru dans Mieux-Être Édition 78

Faire face à la maladie...de l'autre

Oh que je suis maladroite… Je ne sais pas pour vous, mais j’ai de la difficulté à accueillir une personne proche qui m’annonce le pire. Je me sens tellement impuissante. Quoi d’autre que « je suis désolée. » 
Cela me semble insipide et pas très utile…

C’est d’autant plus difficile, car il y a un mécanisme de protection qui se met en place, consciemment ou pas. Comme l’être humain ne veut pas souffrir, il a l’habileté à minimiser la chose et faire comme si tout allait rapidement bien se passer. J’ai moi-même la tendance à devenir une motivatrice hors pair.

Ici, c’est le respect de ce qui est et l’ouverture à l’autre et à son cheminement qui vous aidera à ne pas sombrer dans ce mécanisme naturel. Il est recommandé de suivre le rythme de la personne, car elle aura plusieurs stades à vivre avant d’accepter son état : choc, refus, colère, remise en question, tristesse, et j’en passe.

Il faut donc être en état d’alerte et suivre le courant sans pour autant « embarquer » dans l’émotion de l’autre. Donc, être présent, mais assez détaché émotionnellement pour l’accompagner. Si toutefois, c’est trop difficile, il faut l’amener à consulter les bonnes ressources. Nous ne sommes pas obligés de les connaître, mais au moins, l’inviter à faire ses démarches pour qu’elle puisse trouver l’aide et le soutien appropriés.

Évidemment, c’est le rôle d’un professionnel qui peut facilement réaliser ça. Ainsi, quand j’exerce ma profession de coach, cela m’est facile d’accompagner mes clients. Cela s’explique, entre autres, par mon expertise et aussi parce que je ne suis pas impliquée émotionnellement. Par contre, lorsque je suis auprès d’êtres chers, j’ai curieusement la manie d’ôter mes mécanismes professionnels et là, je suis comme je suis fondamentalement, une personne sensible aux personnes proches qui l’entourent.

Donc, si je veux être plus efficace auprès de ceux que j’aime, je dois reprendre mes réflexes de coach et miser sur le recul et le détachement émotionnel. Cela me permettra de vivre ces moments plus « facilement ». Cela ne veut pas dire de ne pas avoir d’émotions et ne pas les vivre sainement. Cela veut simplement signifier une certaine forme de détachement envers l’autre. Cela implique donc une forme de préparation avant d’aborder et d’accompagner l’autre. Plus facile à dire qu’à faire… surtout dans le domaine personnel.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com