Les carnets des Augustines; ces herboristes apothicairesses


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Les carnets des Augustines; ces herboristes apothicairesses

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Krystine St-Laurent, herboriste | Paru dans Mieux-Être Édition 80

Les carnets des Augustines; ces herboristes apothicairesses

Le 1er août 1639, trois jeunes religieuses hospitalières Augustines du Monastère de Dieppe (France) débarquent à Québec après une longue et pénible traversée sur le navire Saint-Joseph; traversée qui a duré plus de trois mois.

À la demande de la duchesse d’Aiguillon (nièce du Cardinal Richelieu), Marie Guenet (29 ans), Anne le Cointre (28 ans) et Marie Forestier (22 ans) devront établir un hôpital pour soigner les autochtones et les quelque 300 colons venus s’installer en Nouvelle-France. L’histoire est passionnante. Les colons sont de plus en plus nombreux, le défi des Augustines plus grand que nature. C’est le début de la
colonie et la fondation de la Nouvelle-France.

Prendre soin des corps et des âmes, telle était la vocation des Augustines, mais les conditions de vie difficiles, les épidémies de variole, rougeole, choléra et autres maladies menaceront le projet de coloniser la Nouvelle- France et mettront à rude épreuve les méthodes de soins, les connaissances et la vie au quotidien dans un nouveau monde.

Dans un contexte aussi précaire, la connaissance des plantes médicinales est capitale. Les simples (comme on appelait les plantes médicinales aux vertus thérapeutiques), ou les composées (préparation de plusieurs simples), constituaient la base des traitements pour favoriser la guérison, réduire la fièvre, enrayer les infections, nettoyer l’air ou désengorger les poumons. Il faut se rappeler que les installations sanitaires étaient pauvres et que les conditions de vie plus que rustiques.

Sirops, oxymels (mélanges de miel et de vinaigres), infusions, décoctions, tisanes, huiles infusées, vins médicinaux, cataplasmes, onguents, baumes, élixirs; la transformation des plantes pouvait prendre plusieurs formes selon la recette, l’effet désiré, et le mode d’administration choisi.

Les Augustines étaient de vraies herboristes apothicairesses. Elles apportaient avec elles de France leur lot de connaissances de la botanique, du corps humain et surtout, de remèdes à base de plantes aromatiques et médicinales transmises de génération en génération. La pharmacopée herboriste de ce temps ainsi que les livres de référence sur les plantes médicinales et leurs propriétés
impressionnent par la quantité d’informations et de connaissances dont certaines demeurent extrêmement justes et à propos en 2016.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com