Le pouvoir des sirops


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le pouvoir des sirops

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Natacha Imbeault | Paru dans Mieux-Être Édition Juin 2016

Le pouvoir des sirops

Il y a quelques années, j’ai découvert le pouvoir des sirops. En herboristerie, selon la personne qui a besoin d’un traitement, il existe une multitude de façons d’offrir les plantes (tisane, bain, concentré liquide, pastille, capsule, sirop, enveloppement, etc.). Bien sûr, chacune de ces façons possède ses forces et faiblesses (le degré et la rapidité d’absorption, la facilité d’application, etc.). Mais personnellement, je me dis qu’il vaut mieux qu’une personne prenne des capsules (ce qui est l’un de mes derniers choix, car plus long à être absorbé) qu’elle ne prenne rien du tout.

Par exemple, j’ai eu un client qui n’aimait pas avaler des capsules ou pilules, ce qui fait qu’il les oubliait. Les concentrés liquides ou vinaigres médicinaux, il n’aimait pas ça. Les tisanes, oubliez ça, il ne buvait même pas un verre d’eau par jour. Les bains, il est parti à rire! Par contre, un sirop qui a un goût sucré, il a trouvé que c’était une bonne idée. Il était ouvert à essayer.

J’ai donc pris le mélange de plantes qui était approprié à son problème et je lui ai expliqué comment se faire un sirop. Comme c’est relativement simple, il l’a fait, l’a pris et a eu de bons résultats. Il était tout content et moi aussi.

Ça peut paraître drôle, mais en fait, je pense que c’est en partie ce qui fait le succès d’un bon herboriste/thérapeute; trouver la bonne formule pour un client sous une forme qui sera efficace et surtout qu’il prendra. Cela donne une bonne expérience tant au niveau du processus que du résultat à la personne. Par la suite, la porte est ouverte pour d’autres étapes, car on peut s’appuyer sur une réussite. Un bon thérapeute saura partir de là où le client se situe pour doucement le mener, étape par étape, vers un mieux-être.

Ce client que j’ai eu ne prendra peut-être jamais autre chose que des sirops, mais en fait, est-ce vraiment important? Je préfère qu’il commence à boire un peu d’eau, qu’il fasse de l’exercice, qu’il remplace, pour commencer, un ou deux repas par semaine par des repas plus santé et tranquillement l’amener à changer avec douceur les habitudes de vie qui l’ont mené à avoir un désordre de santé. On ne peut pas demander à quelqu’un qui ne bouge pas de courir le marathon tout d’un coup. Malheureusement, c’est ce que beaucoup de thérapeutes demandent à leurs clients. Et comme les humains sont bien ancrés dans leurs habitudes, la plupart du temps, ils abandonnent et ajoutent cela à la liste des choses qu’ils n’ont pas réussies. Et souvent, ils voient même cela comme un échec personnel. La confiance en soi, en la vie, dans son corps, ça se bâtit une marche à la fois. Que vous soyez thérapeute ou une personne sur le chemin de la guérison et du mieux-être, vous aussi, n’oubliez pas ça.

Pourquoi prendre en sirop des plantes?

  • Habituellement agréables au goût, les sirops sont appréciés par plusieurs assez facilement.
  • L’eau est un bon solvant, particulièrement pour aller chercher les minéraux et les mucilages contenus dans les plantes. Par contre, comme on fait une décoction pour faire le sirop, certains principes actifs sensibles à la chaleur seront perdus.
  • Si on prend le temps d’insaliver le sirop un peu avant de l’avaler, il est immédiatement absorbé au niveau des muqueuses de la bouche et est directement assimilé. Selon le type de sirop, il arrive même que l’on sente son effet dans les secondes qui suivent, directement dans la zone du corps que l’on veut traiter. Cet aspect est particulièrement intéressant auprès des personnes qui sont épuisées, dévitalisées ou encore qui ont un système digestif faible ou dérangé. Ils pourront, par le sirop, assimiler plus facilement davantage de propriétés médicinales.
  • Le sirop est également intéressant pour les personnes qui sont sensibles ou ne tolèrent pas bien le vinaigre ou l’alcool et qui ne boiraient pas assez de tisane pour avoir l’effet thérapeutique recherché.
  • Un autre beau côté avec les sirops qui sont faits sur mesure avec les plantes les plus utiles pour le client, c’est que le client peut prendre une part plus active à son traitement. En fabriquant sa médecine, il s’approprie énergétiquement sa guérison, un pas de plus vers le mieux-être.

Que peut-on traiter avec des sirops?

On peut bien sûr se faire des sirops pour la toux, rhumes et cie. Mais on peut aussi faire un sirop minéralisant, un tonique ou encore un sirop pour le système nerveux, digestif, aider la mémoire, etc. En fait, il n’y a pas vraiment de limites, sauf peut-être certaines plantes au goût plus amer qui seront efficaces, mais beaucoup moins agréables au goût.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com