Le danger de l'épuisement : Êtes-vous une superwoman?


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le danger de l'épuisement : Êtes-vous une superwoman?

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Marie Portelance | Paru dans Mieux-Être Édition Juin 2016

Le danger de l'épuisement : Êtes-vous une superwoman?

Vous croulez sous la quantité de responsabilités que vous avez, au travail, à la maison ou les deux, mais n’entrevoyez aucune façon de vous en dégager? Vous êtes tellement occupés que même votre agenda a du mal à respirer? Les invitations, même les plus alléchantes, deviennent des fardeaux dans votre horaire? Vous avez tellement les besoins des autres à cœur, que vous n’avez plus d’idée de ce que sont les vôtres, à part celui de réussir à atteindre la liste de tous vos objectifs quotidiens? Vous êtes fatigués, bien sûr, mais vous n’avez surtout pas le temps d’en parler?

Si vous vous reconnaissez, vous êtes sans doute prisonnier du rôle de superhéros que vous vous êtes forgés avec le temps. Mais être une superwoman ou un superman, c’est épuisant! Et bien que ça nous donne l’impression d’aider et d’être indispensables, cette façon de vivre notre vie ne peut pas durer éternellement sans conséquence sur nous-mêmes. Prenons garde avant de devenir un superhéros en détresse!

Qui sont ces superhéros?

Animées d’un idéal de performance et de perfection irréaliste et grandiose, les personnes qui fonctionnent en superhéros ne peuvent jamais être satisfaites d’eux-mêmes. Et même quand elles le sont, ça ne dure pas longtemps et elles en profitent alors pour pousser leur standard de réussite plus haut. Comme ces personnes associent leur valeur personnelle à leurs réalisations et au nombre de responsabilités qu’elles ont, il leur est impossible, même si elles croulent sous leurs tâches, qu’elles sont malades ou épuisées, qu’elles n’ont plus une minute à elles, de renoncer à leur visée sous peine de voir s’écrouler leur estime de soi. Donc, elles s’exigent toujours plus.

De nature anxieuse, incapable de déléguer, de ressentir leurs limites, encore moins de les fixer, elles nouent des relations personnelles et professionnelles où elles acceptent de plus en plus de charges. Les besoins des autres passent toujours avant les leurs, ainsi que ce qu’elles considèrent comme des tâches essentielles. Tout leur semble pressant et urgent de la même manière, et elles n’arrivent pas à voir que certaines choses pourraient être laissées tombées sans drame. Elles peuvent ressentir une immense culpabilité à la simple idée de laisser de la vaisselle sale dans l’évier.

Elles s’entêtent à réussir tout ce qu’elles s’imposent, même quand leur agenda risque d’exploser, refusant d’entendre les signaux d’alarme de plus en plus nombreux donnés par leur corps, leur tête, leur cœur et leurs proches. Elles se servent même de la fatigue comme carburant pour foncer toujours la tête première dans ce qu’elles considèrent comme un devoir. Leur incapacité à arrêter le mouvement les poussera à s’adapter de manière incroyable, à une quantité de stress de plus en plus forte et/ou de plus en plus fréquente, augmentant leurs responsabilités de plus en plus, car elles se font croire qu’elles sont « encore capables » d’en prendre et d’en donner! D’ailleurs, elles ont une capacité étonnante à abattre une somme de travail qui semble inhumaine aux yeux de leurs proches ou de leurs collègues.

Les superhéros sont pris dans une spirale qui les aspire de plus en plus loin dans leur fonctionnement, mais malheureusement, de plus en plus près du gouffre ou du point de rupture! Ou, pour les plus chanceux, à une prise de conscience in extremis!

La négation des signaux d’alarme

Les effets d’un tel acharnement, de cette façon presque violente de se traiter soi-même, ne sont pas négligeables, au contraire. Certains se rendent à un épuisement qui les rend dysfonctionnels (burn-out), ou à des problèmes de nutrition, de dépendances à l’alcool, la drogue ou les médicaments, à une dépression, une souffrance émotionnelle intolérable ou même une maladie, qui semble être pour le superhéros, la seule forme acceptable d’arrêt.

Parfois, c’est un coup dur, comme un divorce ou une perte d’emploi, qui a le pouvoir d’éveiller le superhéros et le mettre face à lui-même en l’obligeant à sortir de la négation.

En effet, malgré les signes de plus en plus persistants et nombreux que son propre corps lui envoie, malgré les efforts de ses proches à lui faire voir son comportement inquiétant face à lui-même, la personne prisonnière de ce fonctionnement ignore ou nie les sonnettes d’alarme. Spécialiste de la justification et la rationalisation, elle utilise des phrases qui les convainquent qu’elle est indispensable et capable.

  • « Je suis la mieux placée pour le faire. »
  • « Déléguer me prend plus de temps que de le faire moi-même. »
  • « J’ai plus de travail à corriger les erreurs des autres que de le faire moi-même. »
  • « Je dois faire le ménage même si je fais 40 degrés de fièvre, sinon, je ne peux pas me reposer de toute façon. »
  • « C’est absolument impossible et inimaginable d’annuler ce rendez-vous. »
  • « Ça va aller, ça va aller, je vais me reposer ce week-end. »

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com