Combattre les méfaits du soleil sans agents chimiques néfastes


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Combattre les méfaits du soleil sans agents chimiques néfastes

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Dali Sanschagrin | Paru dans Mieux-Être Édition Juin 2016

Combattre les méfaits du soleil sans agents chimiques néfastes

SOLEIL SAIN

La relation que nous entretenons depuis quelques décennies avec l’astre solaire est complexe. Une relation amour-haine, dirons-nous. On l’aime ardemment. Mais il nous effraie tout autant. Normal, puisque l’on n’a de cesse de nous répéter qu’il est dangereux pour nous. Toxique même! Mais comme dans tout, il y a deux côtés à la médaille et comme pour tout, dans notre relation avec le soleil, la modération a bien meilleur goût!

Il faut souvent prôner l’extrême pour trouver le juste milieu. Depuis que nous sommes tous au fait des potentiels dangers des expositions aux rayons UV, nous ne pouvons plus faire l’autruche ou plutôt les « snow birds » écervelés! C’est-à-dire qu’il faut « gérer » le soleil avec intelligence. Basta les « je saute dans l’avion vers Cuba en plein mois de janvier et me dore la couenne toute la journée! »

J’ai récemment eu la chance d’interviewer Ginette Reno au sujet de ses habitudes beauté. Sublime, basanée, elle revenait de la Floride. Je lui ai demandé si elle n’était pas méfiante face au soleil, elle qui rayonnait de l’intérieur et de l’extérieur et elle m’a répondu : « Je n’en peux plus d’entendre qu’il ne faut jamais prendre de soleil! Moi, je me connais, je connais ma peau et je ne suis pas assez stupide pour me faire bronzer à midi! Si les gens ne savent pas encore comment prendre du soleil, b’en c’est ridicule! Mais je suis contre de ne pas en profiter intelligemment! »  Ça, c’est du Ginette pur et dur. Vraie. Comme elle l’est. Et je suis certaine que plusieurs d’entre nous partagent son opinion. Elle préconise une adaptation, avec protection solaire, mais surtout des expositions entre 8 et 10 heures et 16 et 18 heures. La logique, quoi!

La génétique entre bien entendu en ligne de compte lorsque l’on souhaite préserver non seulement son capital beauté, mais surtout le capital santé de notre peau. Selon notre phototype de 1 à 6, nous savons tous un peu d’instinct à quel niveau le soleil est risqué pour nous. « Si le soleil était toxique, la race humaine n’existerait pas », peut-on lire sur le site de Jean Yves Dionne, pharmacien « vert » et consultant. « Bien sûr, les effets néfastes du soleil sont aggravés par la réduction de la couche d’ozone, mais la peau a ce qu’il faut pour se défendre contre une exposition modérée », ajoute-t-il! Comme il dit, le seul hic… c’est de brûler!

Cependant, nous sommes aussi aujourd’hui très au fait que tout rayon est responsable du photo-vieillissement de la peau. Ainsi, même si nous apprécions notre petit hâle doré négocié intelligemment avec sieur sol, nous savons aussi qu’il nous coûte tout de même quelques ridules : un épaississement de l’épiderme et une dégradation du collagène au niveau du derme!

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com