Les plantes de mon jardin


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Les plantes de mon jardin

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Sandrine Chabert | Paru dans Mieux-Être Édition Août 2016

Les plantes de mon jardin

Avez-vous déjà pensé que vous pouviez remplacer votre thé par une infusion de plantes sauvages? Certes, un thé vert est plus attirant qu’une tisane à l’ortie. Pourtant, quelle plante merveilleuse! Sans être phytothérapeute, j’ai beaucoup étudié les plantes, et je suis d’avis que les meilleures alliées de notre santé et de notre beauté se trouvent sous nos pieds, dans nos jardins et dans les champs. Alors certes, elles ne sont pas obligatoirement belles, ni même odorantes, et parfois de nombreuses épines se dressent entre elles et vous, mais elles ont une efficacité extraordinaire. Il suffit qu’on se documente sur ces merveilleuses Simples (c’est le terme utilisé depuis le Moyen-âge pour désigner les plantes médicinales). Alors, suivez-moi au jardin, que je vous explique comment utiliser ces merveilles de la nature!

Avant toute chose, vous devez ramasser les plantes à la campagne, loin de la pollution des villes, entendons-nous. Jamais sur les trottoirs ni dans les parcs urbains. Le ramassage doit être respectueux : ne prélevez jamais plus que ce dont vous avez réellement besoin, car il faut que la nature puisse se régénérer. Toutes les plantes peuvent être utilisées fraiches ou séchées. Même si elles sont séchées, elles perdent un peu de leurs propriétés, mais elles n’en sont pas moins efficaces. Je vous invite également à faire valider vos cueillettes par un herboriste ou un phytothérapeute si vous avez le moindre doute. Savez-vous, par exemple, que la carotte sauvage ressemble à s’y méprendre à la Ciguë? Ne prenez jamais de risque lors de vos cueillettes, vous pourriez y laisser des plumes.

Pour faire sécher mes plantes, j’utilise une grande plaque en métal. J’y dépose les plantes non lavées sur un linge et je place le tout au-dessus de mon réfrigérateur. Ainsi, la chaleur du moteur fait sécher les plantes plus rapidement et naturellement. Vous pouvez également utiliser un déshydrateur électrique qui diffuse une chaleur constante pendant de longues heures. Comptez huit heures pour un séchage efficace.

Une fois cueillies et séchées, les plantes peuvent être utilisées de différentes façons, en voici quelques exemples :

  • En infusion : il s’agit de verser de l’eau préalablement bouillie sur quelques grammes de plantes et de laisser infuser pas plus de cinq minutes. On filtre au travers d’un filtre à café ou d’un linge et on peut alors utiliser l’infusion pour un soin du visage ou des cheveux ou, tout simplement, pour la boire. Ajoutez une petite cuillère de miel, c’est délicieux et on bénéficie de toutes les propriétés de la plante. La menthe fait une délicieuse tisane rafraichissante et anti-ballonnement, par exemple.
  • En décoction : ici, on verse l’eau sur la plante et on porte le tout à ébullition, trois minutes au maximum. On filtre et on boit lentement sa tisane tout au long de la journée selon la plante et la pathologie.
  • En macération huileuse : j’adore les macérations, car elles sont simples à réaliser et permettent d’obtenir des huiles très riches en propriétés. Pour ce faire, vous devez remplir un bocal de plantes séchées sans les tasser, puis recouvrir l’ensemble d’une huile de bonne qualité, idéalement biologique. Il faut alors fermer hermétiquement le bocal, placer celui-ci dans un sac de papier brun et déposer le tout sur un bord de fenêtre très éclairé. Laissez la préparation reposer ainsi pendant deux mois en agitant le bocal régulièrement (je le retourne tous les deux jours). Au bout de deux mois, il suffit de passer la préparation au travers d’un coton-fromage et on récupère l’huile chargée des propriétés de la plante.
  • En teinture (Alcoolature) : on obtient des extraits très puissants à l’aide des teintures alcooliques qui sont davantage utilisées comme médicaments. Placez la plante sans la tasser dans une bouteille et recouvrez-la d’alcool de grain à 40 degrés ou de vodka. Laissez ainsi macérer la plante pendant quatorze jours, puis passez au travers d’un linge propre. La teinture peut être appliquée directement sur la peau, par exemple, la teinture d’arnica pour les ecchymoses, ou prise à l’interne. Quelques gouttes dans un verre d’eau, pour certaines plantes seulement, et il faut toujours vérifier les interactions avec les médicaments que vous prenez.
  • En enveloppements : il faut suspendre la plante dans un linge au-dessus d’une casserole remplie d’eau bouillante quelques minutes pour ramollir la plante puis placer le linge sur la partie du corps à apaiser pendant plusieurs heures.

En tisane de bain : très facile à réaliser, la tisane de bain permet de profiter des propriétés de la plante sans aucune préparation. Il suffit de placer la plante dans une boule à thé ou de fabriquer un petit sachet réutilisable, le remplir de plantes séchées ou fraiches, puis de placer le sachet dans le bain pendant que l’eau coule. Vous pouvez laisser le sachet pendant toute la durée de votre bain.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com