Le besoin de reconnaissance, piège ou élan créateur?


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le besoin de reconnaissance, piège ou élan créateur?

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Marie Portelance | Paru dans l'édition Décembre 2016

Le besoin de reconnaissance, piège ou élan créateur?

La performance malsaine
La performance, qui signifie «réussir de manière remarquable, se surpasser, exceller…», n’a rien de négatif en soi. Loin de moi l’idée de nier l’influence positive des performances saines sur l’estime de soi, car elles rehaussent le sentiment de valeur personnelle et le sentiment d’être importants.

En fait, la performance devient malsaine quand une personne associe sa valeur personnelle seulement à ses réussites et qu’elle érige son estime personnelle principalement sur les appréciations reçues quant à ses performances. Dans ces cas-là, cette personne s’identifie à son insu à ce qu’elle fait et non à ce qu’elle est. Ainsi, elle cherche désespérément à être aimée et reconnue pour ses exploits, alors qu’au fond, son besoin réel est de se sentir aimée et reconnue pour la personne qu’elle est. Sa vie et sa valeur deviennent, dans ces moments, centrées sur le «paraître» et non sur l’«être». Et son drame est qu’elle finit par croire avec certitude que les personnes de son entourage lui accordent leur affection et leur attention uniquement parce qu’elle réussit ce qu’elle fait et non parce qu’elle-même, dans son essence, en vaut la peine.

Alors, cette personne peut se retrouver dans un cercle vicieux. On la voit augmenter toujours plus ses performances, s’étourdir de plus en plus dans tout ce qu’elle fait, réussir souvent très bien, même exceller dans ses domaines de prédilection, comme un athlète olympique, mais n’être jamais comblée fondamentalement sur le plan de la reconnaissance. Au fond, toutes ses performances cachent un sentiment de médiocrité, de manque d’estime personnelle. Face à ses performances, cette personne peut soit se valoriser elle-même de façon à rendre les autres mal à l’aise de l’entendre, se vanter, exposer régulièrement ses réussites pour attirer des mots de félicitations, et cela, sans exprimer directement son besoin de valorisation. Ou encore, elle peut être de type à se dévaloriser, à ne pas voir son mérite, à ne jamais être satisfaite d’elle-même, à toujours vouloir plus de perfection dans ce qu’elle fait. Ces types de comportements cachent tous deux une piètre estime personnelle, malgré que ces personnes ont des talents réels et une valeur réelle. Alors, elles pourraient se servir de ceux-ci dans un dépassement de soi qui augmenterait leur estime. Quelle serait la différence?

Le dépassement de soi
À vue d’œil, il n’y aurait peut-être pas beaucoup de différences entre les deux comportements, mais les motivations aux comportements seraient complètement à l’opposé l’une de l’autre.

Le problème avec la performance malsaine est que la personne qui a intégré ce mode de fonctionnement part de ce qu’elle pense devoir FAIRE et ACCOMPLIR pour ÊTRE quelqu’un qui a de la valeur; plutôt que de partir de ce qu’elle EST, d’y accorder de la valeur, pour ensuite FAIRE et ACCOMPLIR quelque chose avec.
- Elle peut être virtuose en violon, sans s’être posé la -question: est-ce que j’aime vraiment ça, jouer du violon?
- Elle peut s’entrainer à un sport au point de se faire mal physiquement. 
- Elle peut nier plusieurs de ses besoins, pour se concentrer seulement sur l’activité dans laquelle elle brille.

Pour elle, arrêter ou ralentir n’est pas une option, puisque la réussite de la performance visée représente la confirmation (bien illusoire) de sa valeur personnelle.

Le dépassement de soi est tout autre. Il prend sa source dans l’unicité de la personne, ses besoins réels actuels, il tient compte de ses limites, de ses zones de vulnérabilité autant que de ses forces, de ce qu’elle aime ou n’aime pas. 

Se dépasser peut consister à demander à notre professeur de danse sociale de nous faire une place dans le spectacle de fin d’année, par envie de vivre une expérience de scène, par amour de la danse, par besoin de dépasser sa gêne et de vaincre sa timidité, et non pour performer ou pour prouver aux autres quelque chose.

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com