Des alliées sur votre route


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Des alliées sur votre route

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Natacha Imbeault | Paru dans Mieux-Être Édition Août 2017

Des alliées sur votre route

Saviez-vous que sous vos pas se trouvent plusieurs plantes sauvages médicinales utiles au quotidien, mais aussi en randonnée? Découvrons donc les plantes à avoir dans sa trousse de randonneur, et pourquoi pas, éveillons votre curiosité à identifier certaines d’entre elles. Plusieurs poussent tout à côté!

Ainsi, sur nos pelouses, dans les prairies et les champs ou en forêts, de petites merveilles se dressent, chacune pouvant s’avérer une véritable alliée lors de vos randonnées estivales ou vos virées en camping. En voici quatre qui à elles seules prennent des allures de pharmacie.

Achillée millefeuille (Achillea millefolium, sommités fleuries et feuilles)
On peut mâcher ou écraser légèrement les feuilles fraîches et les appliquer sur une blessure. L’achillée millefeuille aidera à arrêter le sang. Bien mâcher et insaliver plusieurs feuilles peut même arrêter une hémorragie. L’infusion de sommités fleuries sera utile pour faire baisser la fièvre ou encore aider à diminuer une enflure légère des membres (mains, chevilles), présente pour certaines personnes après une plus longue randonnée.

Plantain (Plantago major, feuilles et graines)
C’est une excellente plante de premiers soins, puisqu’on le retrouve partout. Il soigne les piqûres, les brûlures, les coupures et autres blessures de la peau, grâce à ses actions calmantes, cicatrisantes et antiseptiques. Il aide la peau à se régénérer rapidement. De plus, il est expectorant et émollient, ce qui en fait un bon allié du système respiratoire. Le plantain est aussi très riche en vitamine et minéraux en plus d’être très adoucissant et émollient pour tout le corps. Il apaisera également un système digestif perturbé. On le boira pour ces cas en infusion ou on «chiquera» des feuilles de façon à absorber le suc de la plante. En cas d’indigestion, on peut y combiner le sapin et le piment de Cayenne (ne pas le chauffer sinon il devient irritant pour le système digestif). Si on a une ampoule, une éraflure ou une irritation cutanée, on peut prendre quelques feuilles de plantain et les insérer dans le bas ou encore les faire tenir avec un bandage pour couvrir un peu plus grand que la zone irritée. Cela sera d’un grand soulagement. Vous vous faites piquer, même par une abeille ou une guêpe! Ramassez quelques feuilles de plantain, mâchouillez-les rapidement ou écrasez-les fortement pour ramollir la feuille et faire sortir le jus, appliquez-le sur la piqûre après avoir retiré le dard (pour les abeilles) et laissez en place. Après quelques minutes, la douleur sera partie, et dans la plupart des cas, l’inflammation presque nulle. Attention! Si vous avez besoin d’un Épipen toutefois, cela ne le remplace pas. Le plantain est couramment utilisé pour les hémorroïdes, varices et ulcères variqueux, il redonne du tonus aux veines. On l’utilise seul ou combiné à l’achillée millefeuille ou le piment de Cayenne pour diminuer l’élancement que l’on peut ressentir dans le corps après un gros effort.

Sapin baumier (Abies balsamea, résine et jeune branche avec épines)
Plutôt méconnu sur le plan médicinal, le sapin baumier est polyvalent. Il est antiseptique, stimulant, il favorise la guérison et réchauffe. Il est surtout utilisé pour les affections respiratoires, mais il travaille aussi très bien pour les blessures de la peau, les douleurs articulaires et même pour la digestion. Un bon allié d’hiver, pendant lequel le système immunitaire est souvent plus sollicité. En randonnée, il m’arrive régulièrement de croquer les bourgeons situés sur les extrémités. Je trouve cela rafraîchissant et stimulant. Les bulles de résines peuvent être percées et appliquées sur une plaie au besoin. Attention, par contre, c’est vraiment très collant. Un onguent ou de l’huile aideront à nettoyer. On frotte avec le corps gras et ensuite on finalise avec un savon et de l’eau. On peut aussi prendre une jeune branche et la mettre dans une tasse d’eau chaude pour se faire une infusion.

Saule (Salix alba, feuilles, écorce)
C’est l’aspirine végétale par excellence. Il est anti-inflammatoire et analgésique, utile pour soulager les douleurs musculaires ou articulaires, les rhumatismes et les maux de tête, autant que les crampes menstruelles. Il aide aussi à faire tomber la fièvre grâce à son action diaphorétique qui favorise la sudation et l’élimination des toxines du corps. Son action astringente le rend intéressant dans les cas d’hémorragies de toutes sortes. C’est aussi un tonique digestif qui aidera à soulager les brûlures d’estomac. On fait une infusion concentrée avec l’écorce que l’on prélèvera sur les jeunes rameaux. On peut aussi prendre des feuilles lorsqu’elles sont encore bien vertes, c’est un peu moins puissant que l’écorce, mais cela ne blesse pas l’arbre. Par contre, les feuilles restent rarement belles longtemps.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com