Se faire plaisir en toute légitimité


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Se faire plaisir en toute légitimité

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Marie Portelance | Paru dans Mieux-Être Édition Octobre 2017

Se faire plaisir en toute légitimité

Il y a ceux qui choisissent le plaisir au détriment de leurs responsabilités et des tâches à faire. Mais, il y a aussi ceux pour qui le sens du devoir est si fort qu’ils se privent du plaisir et qu’ils se sentent coupables de se faire du bien, surtout s’il reste quelque chose à faire sur la liste des obligations. Vous vous reconnaissez dans ces derniers… cet article est pour vous.

Voyons ensemble ce qui crée obstacle à parsemer vos journées de ces bulles de bonheur pourtant essentielles à une vie équilibrée!

Suivre un modèle sans le vouloir
Je suis de celles pour qui se faire plaisir sans raison est ardu. Mon sens du devoir est aiguisé, comme il l’était pour mes deux parents, tous deux abatteurs de travail sans relâche et comme étaient mes grands-parents faits sur le même modèle! J’ai entendu mille fois ma grand-mère vanter les gens «travaillants», j’ai vu mes parents travailler, étudier, construire des entreprises, écrire, créer sans relâche, apprendre et travailler encore. Je suis donc une pomme tombée tout près du pommier. J’ai été reconnue très jeune pour mon sens des responsabilités exceptionnel et j’ai associé une immense partie de ma valeur à mon sens du devoir, de la discipline et du travail bien fait.

Je suis réellement reconnaissante des qualités que j’ai développées grâce à ces modèles que j’ai suivis à mon insu. Je suis consciente de tout ce que cela m’a permis de réaliser dans ma vie et je ne rejette pas du tout cette influence. Le problème pour moi se situe uniquement dans mon manque d’équilibre entre le sens du devoir et le sens du plaisir. J’ai eu longtemps du mal à faire autre chose que de travailler, étudier, créer, bâtir mon entreprise, m’occuper de ma marmaille et des obligations qui viennent avec la parentalité. À part les moments de vacances, je ne décrochais que rarement de mes responsabilités, et quand je le faisais, je me sentais coupable, comme si prendre un arrêt du travail était quelque chose d’inadmissible. Pourquoi?

Parce que, comme vous, si vous vous reconnaissez dans ce comportement, j’ai développé de fausses croyances en lien avec le travail et les responsabilités. Non seulement à partir de ce que j’ai interprété en regardant vivre mes modèles, mais également à partir de ce qui est valorisé par la société. Je me suis mise à croire que «être quelqu’un de bien, c’est avoir plein de responsabilités», «notre valeur personnelle passe par les heures de travail qu’on abat», «le plaisir n’est pas si utile et surtout pas très constructif».

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com