Être synchro avec la nature


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Être synchro avec la nature

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Krystine St-Laurent | Paru dans Mieux-Être Édition Octobre 2017

Être synchro avec la nature

Avez-vous l’impression qu’à l’automne votre corps a de la difficulté à suivre le rythme? Avez-vous parfois l’impression de vous éveiller aussi fatigué qu’au coucher? Avez-vous besoin durant la journée d’un boost de sucré/salé ou de caféine pour terminer votre journée? Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état. L’une d’entre elles… peut-être n’êtes-vous pas tout à fait synchro avec les rythmes de mère Nature.

Ce que la médecine moderne appelle la chronobiologie, l’ayurveda (la branche médicale du yoga) rappelle depuis des millénaires que pour vivre en harmonie et en état d’équilibre, nous devons lier nos rythmes avec ceux de la nature.

Le merveilleux corps humain est régi par des cycles internes ­assurant l’homéostasie (équilibre) en continu. Silencieux, mais hyper importants, ces rythmes, influencés par l’alternance luminosité/noirceur, varient tout au long de la journée. Le matin, juste avant le réveil par exemple, la pression et le rythme cardiaque augmentent, la sécrétion de cortisol augmente entre autres pour préparer le corps à la journée qui s’annonce. Le soir, un processus inverse se produit: la sécrétion de cortisol diminue et c’est la sécrétion de mélatonine qui augmente, pour préparer le corps au sommeil. Ce ne sont que quelques petits exemples de la grande symphonie de réponses biologiques ayant lieu dans le corps humain, à l’intérieur d’un cycle de 24 heures.

Pour démontrer à quel point nous sommes influencés par les cycles circadiens (24 heures), dans son livre The Body Clock Guide to Better Health (Guide de l’horloge interne pour une meilleure santé), le Dr Michael Smolensky parle d’études ayant démontré que les symptômes de certaines maladies apparaissaient plus fréquemment le matin. C’est le cas entre autres des allergies, de la fièvre des foins, des crises d’arthrite rhumatoïde ou d’infarctus. Le soir, il semblerait que ce soit les crises d’asthme, la goutte, les coliques chez les enfants, les ulcères gastriques et les brûlements d’estomac qui soient plus fréquemment rapportés.
Le lien avec les cycles lumière/noirceur est clairement établi.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2017 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com