Julie Bélanger - Le coeur sur la main


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Julie Bélanger - Le coeur sur la main

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Cassandra Poirier | Photos: Andréanne Gauthier | Paru dans Mieux-Être Édition Décembre 2017

Julie Bélanger - Le coeur sur la main

Depuis dix ans, sa voix rythme les journées au travail. Elle partage aussi sa générosité et sa bonne humeur à la télé comme sur le web, à travers sa plateforme. Julie Bélanger est une source d’inspiration et d’authenticité. Rencontre avec une amoureuse de la mer et des gens.  

Julie Bélanger fête ses 20 ans de carrière. Pourtant, à l’adolescence, la jeune fille ne se prédestinait pas à faire carrière en communication et encore moins à la télévision et à la radio en tant qu’animatrice. «J’ai toujours eu la fibre très artistique, sans savoir quelle tournure ça allait prendre. À ma première année d’étude universitaire, je suis allée étudier à Rimouski, en enseignement primaire et préscolaire. Je ne me connaissais pas vraiment, et je n’avais aucune idée de quoi faire. Mais à un moment donné, j’ai réalisé que c’était l’aspect communication que j’aimais dans l’enseignement.» À 19 ans, Julie est embauchée pour l’été au Café-Théâtre Graffiti de Port-Cartier, sa ville natale, pour y faire de la communication: «Ça a changé ma vie, affirme-t-elle. Je me suis inscrite à l’université Laval en plein été en croisant les doigts, j’ai eu une place et j’ai commencé mes études en communication.» Elle était enfin à sa place.

Cette année, Julie prend les rênes de son émission Rythme au travail sur les ondes de Rythme FM pour une 10e année consécutive. Un travail qu’elle n’échangerait pour rien au monde. «Animer à la radio me recentre vraiment. J’ai grandi dans la musique, alors d’en entendre à longueur de journée, c’est normal et c’est un plaisir. Et d’en faire un métier en plus, c’est le summum. Je le fais aussi pour le contact avec les gens. Il y a des auditeurs qui sont là tous les jours. Il y a une relation réelle qui se crée avec plusieurs de ces personnes.» Elle entreprend également la 5e saison de Ça finit bien la semaine avec son acolyte et ami José Gaudet, le rendez-vous des vendredis soirs sur les ondes de TVA. «Je me trouve très choyée et privilégiée, parce que la longévité dans notre métier, il n’y en a pas beaucoup, c’est rare. Et d’avoir 10 ans à la radio et 5 ans à la télé, dans la même émission, c’est un vrai cadeau.»

L’influence de ses racines
Julie a grandi à Port-Cartier sur la Côte-Nord. Sa jeunesse, elle la passe à jouer sur les rochers sur le bord de la plage derrière chez elle avec ses cousines. Et à la maison, le quotidien était en musique. «Il y a toujours eu de la musique chez moi. Mon père jouait souvent avec son band dans le sous-sol, alors elle fait partie intégrante de ma vie.» Des souvenirs qui restent bien ancrés et qui ramènent le plus souvent possible l’animatrice dans son coin de pays. «D’avoir grandi là-bas et d’être partie, c’est comme s’il y avait un bout de moi qui était toujours là. Je me sens vraiment complète quand je suis là, sur le bord de l’eau, entourée de ma famille et des gens que j’aime. C’est le summum du bonheur pour moi.»

Le bord de l’eau, une véritable thérapie pour l’animatrice qui ne peut s’en passer. «Cela fait 15 ans maintenant que j’habite à Montréal, et 15 ans que je recherche toujours les bords de mer. Quand je suis stressée ou ­angoissée, j’ai besoin d’aller m’asseoir sur le bord de l’eau. C’est quelque chose d’apaisant, de méditatif même. C’est une fois installée en ville que je me suis rendu compte à quel point l’horizon me manquait. J’ai grandi dans un endroit où le ciel occupe vraiment la moitié du paysage. Voir loin… C’est comme si ça m’avait permis de rêver, et de savoir que tout était possible.»

Avec des rêves plein la tête, Julie a toujours tout osé. Faire de la télé, de la radio, et même de la chanson avec l’enregistrement d’un album en 2010, S’il n’y avait pas toi. Un autre rêve qu’elle chérissait, celui de créer son site web, une plateforme où elle pourrait donner libre cours à ses envies, partager des bouts de vie bien humblement. «J’anime à la radio, j’anime à la télé, j’ai fait un album, mais aucune de ces plateformes ne me permettaient d’être complètement moi-même. Quand j’anime, je suis là pour mettre en valeur l’autre. C’est parfait, j’adore avoir ce rôle, mais il y avait des choses que je trouvais importantes à dire, alors j’ai créé ma plateforme. Parce que ça prenait une place pour que ça sorte de moi. J’étais en ébullition.»

Une plateforme où Julie donne du sien, en toute authenticité. Ce qui reste sans doute l’une des choses les plus importantes. «Je trouve qu’on est dans une aire d’authenticité. C’est sûr qu’il y a encore du fake et des versions léchées grâce aux réseaux sociaux. On se met en scène, on essaie de se mettre à notre avantage, mais je trouve aussi qu’il y a aussi un courant d’authenticité qui fait du bien. Ça vient beaucoup des milléniaux d’ailleurs. Je trouve qu’il y a quelque chose de très vrai qui sort d’eux.»

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Média inc.
1428, rue Montarville, bureau 202, Saint-Bruno-de-Montarville (Québec) J3V 3T5
T +1 514 394-7156
Gouvernement du Canada
© 2018 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com