Ralentir et ressentir avant d'agir


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Ralentir et ressentir avant d'agir

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Imane Lahlou | Paru dans Mieux-Être, édition Février 2018

Ralentir et ressentir avant d'agir

Nous souhaitons tous vivre dans l’harmonie, la paix et la sérénité. Ce désir profond émerge du plus profond de notre être. Il enveloppe nos rêves de douceur et de tendresse. Il est sans aucun doute au centre de notre quête de sens. Combien de temps consacrons-nous à le nourrir pour lui donner vie dans notre quotidien? Nos actions sont-elles réellement en cohérence avec nos intentions?

Prenez le temps, l’espace d’un instant, de vous transformer en oiseau et observez votre quotidien, votre vie personnelle, familiale et professionnelle, votre entourage, votre langage, votre horaire, etc. Le stress détient le trophée — qu’il partage sans aucune confrontation avec sa jumelle, la fatigue — du terme le plus souvent employé quotidiennement par la plupart d’entre nous. Qui est donc ce personnage qui semble envahir la scène, au grand désespoir des petits et des ainés, des écoliers et des enseignants, des employés et des employeurs, des artistes et des ingénieurs, des salariés et des millionnaires, des malades et des professionnels de la santé, etc.? Comment est-il possible qu’il s’octroie le droit de changer le scénario de notre vie? Comment peut-il tant nous épuiser et réduire nos plus grands rêves en films parfois insipides et insignifiants, voire même tragiques et dramatiques?

Je me suis souvent questionnée à propos de ce personnage invisible et pourtant si tangible. D’un point de vue physiologique le stress est une réaction d’adaptation du corps face au danger. Il déclenche une succession de réactions physiologiques nécessaires à notre survie. Nous sommes tous conscients que ce n’est certainement pas ce stress ponctuel, tellement précieux pour la protection de l’humain, qui perturbe tant notre équilibre au quotidien. Nous parlons de ce stress chronique qui s’immisce parfois même à notre insu dans nos pensées, nos émotions, nos intentions et nos actions. Qui est-il? Comment se déploie-t-il dans notre quotidien? Quel est son rôle dans le scénario de notre vie?

Mon parcours personnel et la richesse des rencontres cliniques m’ont amenée à définir le stress comme le fossé qui sépare ce que nous souhaitons être au plus profond de notre cœur et notre perception de nous dans notre quotidien. L’être humain développe au fil de son vécu un automatisme d’auto-évaluation quasi permanent. Nous cherchons, à travers le regard des autres, le succès et les mille et un projets, une réponse positive nous assurant que nous sommes aimés et reconnus. Mais est-ce réellement cohérent de s’ajuster de mille et une façons pour plaire aux parents, enseignants, enfants, amis, amoureux, collègues, clients, voisins... tout en souhaitant être aimé pour ce que nous sommes réellement? Plus nous nous éloignons de ce qui nous anime profondément, plus le gouffre devient grand, plus nous devenons des humains fonctionnels et performants et nous oublions que nous sommes des êtres aimants et bienveillants. On peut comparer le stress au fossé qui nous sépare de l’amour de soi et donc de l’amour des autres.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2018 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com