Liberté, plaisir et… discipline


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Liberté, plaisir et… discipline

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Colette Portelance | Paru dans Mieux-Être, Édition Août 2018

Liberté, plaisir et… discipline

Il peut paraître paradoxal d’intégrer la discipline aux facteurs de liberté, puisque ce mot, souvent associé à la contrainte et à l’obligation, est aussi perçu comme générateur de limitation et de restriction plutôt que comme une forme de libération. Le paradoxe est d’autant plus justifié que la discipline se définit comme un ensemble d’exigences que l’on s’impose pour atteindre un but. En quoi alors peut-elle être un facteur de liberté dans la relation amoureuse ? 

Ce qui rend deux personnes heureuses dans leur relation amoureuse, c’est d’abord qu’elles s’aiment, qu’elles communiquent authentiquement, qu’elles sont engagées et que, par conséquent, elles conçoivent des projets communs. Ces personnes cultivent le goût d’être ensemble. Sans projets communs, les partenaires trouvent chacun leurs intérêts en dehors de la relation et deviennent rapidement moins présents l’un à l’autre. S’ensuit un manque de motivation qui atténue considérablement leur besoin d’engagement.

Cependant, rêver ne suffit pas aux gens qui s’aiment pour qu’ils se sentent libres ensemble. Il est essentiel qu’ils actualisent leurs rêves. Cette actualisation suppose que chacun des deux ait la volonté de participer à la concrétisation du projet commun et qu’il ait assez de discipline pour traverser une à une les étapes de sa réalisation. Sans cette volonté et cette discipline, il n’y a pas d’engagement possible.

Comme l’engagement qui implique l’attachement, l’investissement et la fidélité procurent la sécurité essentielle à la satisfaction du besoin de liberté ; il en résulte qu’il n’y a pas non plus de vraie liberté sans volonté et sans discipline.

Si les personnes engagées dans une relation amoureuse développent des projets communs et sont motivées à les rendre à terme parce que chacune d’elles s’est donné la liberté de respecter ses priorités, ses valeurs et ses besoins, elles ne pourront concrétiser ces projets sans manifester de la volonté. Sans cette faculté de prendre librement, en toute conscience, en pleine connaissance de cause et après réflexion des décisions fermes, et de choisir délibérément, résolument et librement d’en actualiser la concrétisation, il s’avérera impossible de réussir.

Les décisions étant prises et le choix de les mettre à exécution étant arrêté, il est nécessaire de se discipliner, de s’imposer des exigences pour franchir les étapes qui mènent de la décision à l’accomplissement.

Carpe diem
Écarter ainsi le passé et l’avenir au profit d’une satisfaction immédiate, c’est oublier une réalité bien particulière, la réalité psychique. Cette dernière résulte de l’action synergique du passé, du présent et de l’avenir, lesquels trouvent leur pôle unificateur dans l’instant présent. Élaborer un projet est une action présente, et le franchissement de chacune des étapes pour l’accomplir s’effectue dans une suite d’actions présentes délibérément choisies. Nous pouvons choisir aujourd’hui de succomber au désir de dépenser au restaurant, par exemple, ou de continuer à investir dans notre projet. Il faudra alors en assumer les conséquences. Des choix s’imposent ainsi successivement, et la liberté se situe dans ces choix.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2018 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com