La peau miroir de soi


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
La peau miroir de soi

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Dominique Paradis | Paru dans Mieux-Être, Édition Août 2018

La peau miroir de soi

La peau, le plus grand organe du corps humain, est extraordinaire. Elle nous protège de plusieurs types de parasites et de bactéries. Mais saviez-vous qu’elle affiche aussi la map de ce que nous ne disons pas ? C’est le reflet de qui nous sommes à l’intérieur, émotionnellement et biochimiquement.

En effet, par différentes réactions cutanées, la peau reflète ce que nous n’exprimons pas ; elle nous avise en quelque sorte de ce qui se passe à l’intérieur de nous, de ce que nous ne voulons pas exprimer, de ce que nous avons du « mal à dire ». Étant considérée comme un troisième poumon et un troisième rein, la peau nous permet de respirer, d’excréter, mais aussi d’absorber et de ressentir. De par sa couleur, ses taches, sa douceur ou sa texture, la peau nous permet en quelque sorte de voir certaines carences nutritionnelles, des traces laissées par la vie, ainsi que différents manques sur le plan de la détoxication, puisque le corps n’est pas capable d’éliminer naturellement ce qui est synthétique. « Comme les additifs alimentaires chimiques et les produits qu’on trouve dans plusieurs cosmétiques ne sont pas reconnus moléculairement par le corps, ils restent dans notre organisme », mentionne le Dr Clark de l’Université du Wisconsin.

Cet organe précieux, que nous tenons trop souvent pour acquis, exprime énormément de choses relativement à notre état général de santé, puisque notre circulation sanguine passe par lui pour joindre tous les systèmes du corps. Plusieurs réponses se trouvent dans l’observation de la peau et des différentes sensations ressenties lors de stimulations extérieures, telles que l’effleurement, la pression, la température et la douleur. Le système nerveux cutané reçoit continuellement une variété de stimulations physiques, chimiques et thermiques et y répond.

La peau et l’élimination
Les fonctions de cet organe qu’est la peau ne sont pas isolées. Associée au côlon, la peau reflète le fonctionnement de la fonction d’élimination du corps. Augmenter sa consommation de fruits et de légumes apportera l’eau et les fibres nécessaires au transit. Éviter de consommer des aliments transformés et diminuer sa quantité de sucre et d’alcool permettront une meilleure santé digestive et « colonique », et un bon fonctionnement de l’ensemble des systèmes.

De même, la transpiration est une voie d’évacuation importante des toxines qui sont dans notre organisme. Sucres, gras trans, alcool et tabac saturent la peau, entravent la transpiration et affectent les fonctions intestinales ; c’est alors qu’apparaissent les boutons. Pour éviter ce problème, pensez aux tisanes qui activent l’élimination et réduisent les boutons, à base de bardane, de pissenlit, d’aubier ou de tilleul.

Tout comme l’ensemble du corps et des différents systèmes qui le composent (nerveux, hormonal, circulatoire, digestif, etc.), la peau a besoin de nutriments, de nourriture, pour assurer ses fonctions et remplir son rôle de barrière immunitaire de façon optimale.

La vitamine A
Elle aide à créer les pigments de la peau (ce qui favorise le bronzage) et normalise les fonctions cutanées. Elle est particulièrement recommandée pour les différents troubles de la peau tels que l’acné, l’eczéma, le psoriasis, la rosacée. La création de pigments permet de combattre les symptômes de l’âge, puisque les cellules se renouvellent plus rapidement et favorisent la production de collagène.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2018 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com