Cultiver son jardin secret


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Cultiver son jardin secret

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Par Johanne Gagnon | Paru dans Mieux-Être, Édition Août 2018

Cultiver son jardin secret

Une vie sexuelle épanouie, se découvrir l’un et l’autre, « sex-plorer » et se faire plaisir favorisent l’équilibre du corps et de l’esprit. Faire l’amour sécrète des hormones procurant joie, bonne humeur, plénitude et même fierté. Certaines sont également reconnues pour apaiser et favoriser le sommeil. Mais avec le temps, il arrive que ces moments d’intimité soient dérangés, pour ne pas dire évités, pour diverses raisons, entre autres physiques. Comment cultiver son « jardin secret » de façon naturelle ? 

Ainsi, il est désolant de constater que beaucoup de femmes souffrent de sécheresse vaginale, et ce, bien malgré l’intensité du désir éprouvé. Quand on a des démangeaisons, des irritations, des sensations de brûlure ou des douleurs durant les relations sexuelles… il est plutôt difficile de s’abandonner au plaisir ! Plusieurs facteurs peuvent en être la cause : l’anxiété, la prise de certains médicaments (contraceptifs oraux, antidépresseurs…), les débalancements hormonaux et les infections vaginales.

Bien souvent, les solutions proposées ne règlent rien et peuvent même devenir l’élément déclencheur d’une problématique. Nous sommes de plus en plus conscients du potentiel toxique de certains ingrédients contenus dans nos produits cosmétiques, mais qu’en est-il de ce qu’on applique sur nos muqueuses internes ? La plupart des lubrifiants proposés sur le marché contiennent des allergènes et des perturbateurs endocriniens, tels que les parabènes, les parfums, les dérivés de pétrole… Ce cocktail n’est pas « ré-jouissant » ! Lorsqu’ils sont appliqués directement sur la muqueuse, ils perturbent l’équilibre du pH de la flore vaginale, nous rendant ainsi plus vulnérables aux désordres de toutes sortes et aux infections.

Vos parties féminines demandent une attention toute particulière, au même titre que votre peau ou vos cheveux. Que votre problème soit passager ou chronique, nous vous proposons donc ici des solutions sans danger, 100 % naturelles, pour que vous puissiez profiter d’une vie intime triomphante, respectueuse de votre corps et de l’environnement.

Une flore vaginale en santé
Les vaginites ou une hypersensibilité de la région vulvaire provoquent de l’inconfort, voire de la douleur, et, trop souvent, génèrent un cycle sans fin : douleurs, peur, contraction = stress et sécheresse chronique. La flore vaginale est naturellement constituée de bactéries ayant pour mission de maintenir un environnement stable, nous protégeant des germes pathogènes (mauvaises bactéries). Cet équilibre est toutefois fragile. Il est indispensable d’avoir une bonne hygiène intime pour éviter certains désagréments et préserver l’équilibre naturel du microbiote vaginal. Voici quelques suggestions :

· Utilisez des serviettes hygiéniques en coton réutilisable ou une coupe menstruelle. Sachez que même les serviettes ou tampons hygiéniques dits « non parfumés » contiennent des ingrédients irritants.
· Évitez les vêtements serrés et les sous-vêtements en fibres synthétiques, car ceux-ci retiennent l’humidité et font naître un milieu favorable à la prolifération des bactéries. Favorisez les sous-vêtements     de coton.
· N’utilisez que des savons et des gels douche sans parfum et 100 % naturels.
· Pour le bain, évitez à tout prix les produits parfumés (boules effervescentes, huiles, mousse).
· Les douches vaginales ne sont pas recommandées, car elles perturbent l’équilibre de la flore ; de plus, elles contiennent souvent du parfum.
· En cas d’infections vaginales à répétition, ayez recours à des probiotiques sous forme d’ovules pour rétablir rapidement l’équilibre de la flore.

Des perturbateurs là où on s’y attend le moins !
Les lubrifiants commerciaux comportent aussi certains inconvénients. Pour être efficace, un lubrifiant doit garantir une bonne glisse et garder cette propriété assez longtemps pour que les gens qui l’utilisent puissent bien profiter du plaisir charnel.

Les lubrifiants à base d’eau
Ils sèchent rapidement et sont particulièrement fragiles à la prolifération des bactéries et champignons ; c’est pourquoi ils contiennent plusieurs conservateurs, potentiellement irritants.

Les lubrifiants à base d’huile ou de silicone
Ils sont plus populaires, car ils offrent une glisse durable, malheureusement obtenue grâce à des silicones ou des polymères, suspectés d’interférer avec les fonctions hormonales. De plus, à cause d’un risque de rupture, ils sont incompatibles avec l’utilisation de préservatifs de latex et de polyisoprène. Toutefois, ils seraient compatibles avec les préservatifs en polyuréthane.1

Dame Nature vous fait plaisirrr…
Voici donc quelques options naturelles pour remplacer ces lubrifiants qui apportent leur lot d’inconvénients.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2018 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com