Le collagène, un nutriment essentiel à notre santé !


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le collagène, un nutriment essentiel à notre santé !

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Jean-Yves Leroux | Paru dans Mieux-Être, Édition Octobre 2018

Le collagène, un nutriment essentiel à notre santé !

Nous entendons parler de plus en plus du collagène comme produit naturel contribuant à garder la peau et les articulations en bonne santé. Mais qu’en est-il véritablement et en quoi le collagène se distingue-t-il des autres suppléments et médicaments ?

Pour commencer… voici une petite leçon d’histoire, ou de préhistoire, devrait-on dire. Le collagène représente l’une des plus anciennes molécules du monde vivant. Apparu il y a plus de 800 millions d’années, il a servi à la composition des premiers organismes simples constitués de plusieurs cellules tels que les métazoaires : éponges, hydres, anémones, vers… Le collagène a permis de relier des amalgames de cellules spécialisées pour ainsi former des tissus et des organes primitifs. Il est pour ainsi dire non seulement la colle ou le ciment, mais également la structure de soutien chez tous les animaux, y compris chez l’homme.

Du collagène ? Mais de quoi parle-t-on au juste ?
Le collagène est une glycoprotéine. Il est présent dans notre corps, dans tous nos tissus et organes, et il forme ce qu’on appelle le tissu conjonctif (ou le tissu de soutien). En excluant l’eau, le collagène représente 30 % des molécules du corps. C’est en quelque sorte le squelette chimique qui forme toute l’armature de notre corps et qui lui permet d’avoir la forme qu’il a, de façonner nos organes, notre système musculo-squelettique, notre système cardio-vasculaire, etc.

Le collagène est en réalité une famille de 28 molécules différentes que l’on qualifie de type I à type XXVIII. Le type I constitue environ 90 % du collagène dans notre corps. D’autre part, l’ensemble du collagène dans notre corps se présente sous forme fibrillaire (type I, II, III, V, XI et XXIV) et non fibrillaire. Les collagènes fibrillaires sont de grandes molécules qui se superposent pour former les fibres de collagène. Dans tous les cas, le collagène forme une triple hélice qui lui est propre et unique (un peu comme l’ADN). Il est riche en glycine et en proline. Certains acides aminés sont modifiés chimiquement grâce à la vitamine C afin de rendre la triple hélice plus stable.

Quel est son impact sur notre corps ?
En plus d’être la colle et le soutien des tissus et organes de notre corps, le collagène joue un rôle biomécanique au sein des tissus. Il est impliqué dans la réparation et la régénération des tissus par des contacts et signalisations cellulaires. Il contribue avec d’autres molécules à l’architecture, à la forme et au développement des tissus et organes ainsi qu’à la croissance de notre corps.

Où se retrouve-t-il ?
Le collagène dans la peau représente 90 % des protéines, et la façon dont les fibres sont intercalées vient donner à l’épiderme sa tonicité et son élasticité. Le collagène est en grande partie responsable de l’apparence de notre peau. En vieillissant, celle-ci devient plus flasque, et on voit apparaître des rides et des ridules. C’est la conséquence visible de l’effet des différentes agressions chimiques et physiques provenant de notre environnement, qui viennent altérer notre peau et détruire la fibre de collagène.

La fibre de collagène dans l’os (50 % des protéines) lui fournit la trame nécessaire pour que le calcium (phosphate de calcium) s’y dépose et qu’il donne à l’os la rigidité nécessaire au squelette.

Au niveau des cartilages, le collagène fibrillaire est tissé de façon plus serrée à la surface et moins serrée près de l’os. Le collagène représente une sorte d’acier, d’armature intimement liée à des molécules comme l’acide hyaluronique, la chondroïtine sulfate et la glucosamine (molécule qu’on appelle glycosaminoglycane), lesquelles représentent le mortier. Le tout forme un cartilage avec une surface lisse qui vient réduire le frottement de l’articulation (à l’image de ce que l’on peut observer entre un os de poulet et son cartilage). Cette structure permet aussi de résister aux forces de compression et de cisaillement. Le cartilage est ainsi un véritable amortisseur de choc humain et permet de conserver l’intégrité des os longs, qui seraient autrement friables dès que l’on pose le pied, en marchant ou en courant.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com