Le collagène, un nutriment essentiel à notre santé !


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Le collagène, un nutriment essentiel à notre santé !

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Jean-Yves Leroux | Paru dans Mieux-Être, Édition Octobre 2018

Le collagène, un nutriment essentiel à notre santé !

Le collagène se retrouve également dans les vaisseaux sanguins, venant former la base de leur architecture.

Que se passe-t-il quand on vieillit ou qu’on a certaines maladies comme l’arthrose ?
Lorsqu’on vieillit, nos cellules et notre tissu conjonctif s’altèrent. Les agressions chimiques causées par les déchets produits lors de la transformation de nos aliments ainsi que par toutes les formes de toxines présentes dans notre environnement, le tout couplé à l’effet des rayons UV et cosmiques, finissent par altérer l’intégrité de nos cellules. Les mécanismes de réparation s’avèrent également moins efficaces avec l’âge. Des bris dans la matrice de collagène s’accumulent. Son rôle de soutien s’atténue. La peau perd ainsi de son élasticité, et des rides apparaissent. Des phénomènes similaires se produisent dans tous les autres tissus de notre corps, y compris nos cartilages et nos os. On ne les voit pas, mais on finit par en ressentir les effets avec l’apparition, par exemple, de l’arthrose et de l’ostéoporose.

La nutrition pour nous venir en aide
C’est dans nos aliments que nous puisons nos sources de protéines et d’acides aminés. Ces derniers sont acheminés à travers le corps pour être métabolisés par les différentes cellules de nos tissus et organes, afin de pouvoir remplacer nos cellules et molécules (matrice) qui sont continuellement endommagées. Nous connaissons maintenant l’importance de l’apport de chaque nutriment, l’influence que chacun a sur la santé de notre corps ainsi que son impact sur la maladie ; prenons, par exemple, l’effet de la vitamine C sur le scorbut.

Nous avons appris au cours des dernières décennies que le collagène jouait un rôle majeur dans le processus du vieillissement. En fait, le collagène hydrolysé (le terme hydrolysé signifiant prédigéré par enzymes) est une source de protéines ayant exactement le bon profil d’acides aminés pour venir appuyer la nouvelle synthèse du collagène dans les tissus conjonctifs tels que la peau, les os, les cartilages, les tendons, les ligaments, etc.

De plus en plus d’études montrent que l’utilisation du collagène hydrolysé en supplémentation est bénéfique pour diminuer la douleur et l’inflammation, et pour améliorer la mobilité articulaire chez les personnes souffrant d’arthrose.

Le collagène sous une forme hydrolysée et pris oralement semble également jouer un rôle dans le processus de guérison des fractures osseuses, selon des études de laboratoire. Nous comprenons maintenant que le collagène hydrolysé (provenant de collagène de type I, par exemple) incite les cellules qui forment le cartilage à réassembler les chaînes de collagène et à former la matrice cartilagineuse, alors que d’autres protéines semblent moins efficaces pour effectuer ce processus.

En vue de cerner avec plus d’exactitude l’ampleur de l’impact du collagène dans les processus de réparation des tissus conjonctifs, davantage de recherches scientifiques et cliniques devront évidemment être menées.

Dans quels aliments en retrouve-t-on ?
Le collagène étant une protéine strictement animale, on le retrouve principalement dans la viande (bœuf, porc, volaille) et dans les poissons et crustacés. En consommant de la viande ou du poisson, on ingère ainsi un peu de collagène. Il est toutefois difficilement assimilé lors de la digestion. Puisque le collagène se retrouve en abondance dans la peau et les os des animaux, l’une des meilleures façons de l’extraire est de faire braiser des pièces de viande de second choix (ayant donc un surplus de tendons et de ligaments) ou des os (telle l’épaule de bœuf), ou encore de faire bouillir du poulet (avec la peau et les os, ou entier). Lorsqu’on conserve le bouillon au réfrigérateur, on peut constater sa gélification. Il est préférable d’enlever la couche de gras qui se trouve sur le dessus. On peut consommer la gelée qui se trouve sous cette couche de gras. La consommation de cette gélatine, soit du collagène dénaturé par la chaleur, est une façon toute simple d’intégrer du collagène dans notre alimentation. Un tel bouillon de collagène est particulièrement riche en nutriments.

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com