La technique neuro cutanée. Soulager les douleurs par la peau


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
La technique neuro cutanée. Soulager les douleurs par la peau

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

François Vachon | Paru dans Mieux-Être, Édition Octobre 2018

La technique neuro cutanée. Soulager les douleurs par la peau

La technique ne présente aucun danger ni aucune contre indication, et tout le monde peut tirer profit de ses bienfaits, que ce soit un nourrisson, une personne âgée, un athlète, un musicien, etc. Certains praticiens l’utilisent même pour soigner des animaux. Comme c’est souvent le cas dans le domaine des thérapies manuelles, il est recommandé de traiter les femmes enceintes uniquement après trois mois de grossesse.

Un praticien qui « lit » la peau
L’une des découvertes fondamentales de Stéphane Delalande, c’est que tous les désordres tissulaires, les stress et les déséquilibres physiques se projettent à la surface de la peau. S’appuyant sur l’analyse des mouvements cutanés, le praticien apprend donc à « lire » la peau, à percevoir et à décoder les signaux cutanés liés à un déséquilibre particulier. On lui montre également dans quels contextes utiliser les différents gestes correcteurs, lesquels consistent principalement en des étirements cutanés. Par la pratique, il aiguise son acuité sensorielle et développe sa capacité à détecter les zones touchées. Il peut ensuite corriger les déséquilibres qui affectent le fonctionnement du corps au moyen du geste approprié. Selon Stéphane Delalande : « À l’heure actuelle, aucune autre forme de thérapie manuelle ne permet de repérer ces déséquilibres et de comprendre leur nature avec une aussi grande précision. Ce sont principalement ces propriétés qui procurent à la TNC sa puissance et son originalité. » Et c’est probablement pour les mêmes raisons que la technique connaît une popularité grandissante auprès de thérapeutes expérimentés, notamment des ostéopathes, des massothérapeutes et des acupuncteurs.

Le saviez vous ?
Le tissu conjonctif soutient, lie ou distingue différents types de tissus, de muscles et d’organes. Les cicatrices lacèrent ou sectionnent le tissu conjonctif, et parfois même les nerfs, les ligaments et les tendons qu’il soutient.

Les adhérences cicatricielles
À la suite d’un traumatisme, il arrive que le tissu conjonctif des cicatrices ne retrouve pas son élasticité. Cela est causé par la formation d’adhérences cicatricielles, soit des accolements inhabituels entre des tissus normalement distincts et mobiles. En plus d’engendrer de la douleur et des raideurs, ces adhérences peuvent affecter la circulation et l’innervation dans les parties touchées.

Il arrive souvent que des cicatrices de césarienne ou d’appendicectomie soient liées à des douleurs dorso-lombaires, des sciatalgies, des gonalgies (douleurs aux genoux), ou encore à des problèmes de pieds, de vertèbres cervicales et de posture1. Parfois, elles peuvent même causer des dysfonctions respiratoires, ainsi que des problèmes digestifs ou urinaires.

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com