Les médecines alternatives, Quand, comment et pourquoi?


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Les médecines alternatives, Quand, comment et pourquoi?

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Pascale-Julie Robinson, D.O. | Paru dans Mieux-Être, Édition février 2019

Les médecines alternatives, Quand, comment et pourquoi?

Pour une problématique de santé, une douleur ou une dysfonction, on se demande souvent qui consulter. Il est vrai que, depuis les 10 dernières années, les approches complémentaires en santé ont beaucoup évolué; par le fait même, il devient difficile de bien choisir le professionnel à consulter pour nos bobos du quotidien. Petit guide des médecines alternatives.

Commençons par une mise en situation: Éloïse s’est réveillée un matin avec une douleur invalidante au bas du dos. La veille, elle a fait un faux mouvement en voulant prendre une charge lourde dans sa voiture. Le repos et la glace ont aidé à diminuer la douleur, mais la gêne fonctionnelle est toujours présente. De fait, son dos est toujours resté fragile des suites d’un accident d’auto, survenu cinq ans auparavant. De plus, elle remarque que, depuis quelque temps, son transit intestinal est ralenti et présente des signes de constipation. Avec l’arrivée de l’automne, la fatigue se fait sentir et le manque d’énergie s’avère de plus en plus présent. Ses allergies saisonnières présentes normalement en septembre se sont même «transformées» en laryngite, et elle s’en sort difficilement. Éloïse aimerait bien reprendre ses cours de yoga, mais tous ces symptômes l’en empêchent. Après avoir consulté son médecin et reçu un bilan dans les limites de la normale, elle décide donc de consulter en médecine alternative pour donner un coup de pouce à sa santé.

La grande question… vers quel professionnel s’orienter?

L’ostéopathie
Tout d’abord, Éloïse pourrait consulter un ostéopathe. Selon le site d’Ostéopathie Québec1, «l’ostéopathie est une approche manuelle, dont l’objectif est de rétablir la fonctionnalité des structures et des systèmes du corps humain afin d’optimiser sa capacité d’autorégulation. Cette pratique est basée sur des connaissances approfondies des sciences de la santé et des interactions propres à l’équilibre de l’organisme. Grâce à une palpation fine et précise, une évaluation complète et globale permet d’investiguer sur la cause des dysfonctions neuro-musculo-squelettiques, viscérales et crâniennes. Chaque traitement est spécifique et individualisé».

L’ostéopathie peut s’avérer un choix judicieux pour Éloïse, qui présente différents symptômes. Par son approche globale, l’ostéopathe pourra réaliser un grand débroussaillage en allant améliorer la posture et la mobilité du bassin, de la colonne vertébrale, du système viscéral (l’intestin, par exemple) et travailler au niveau de la sphère crânienne, une spécificité de l’ostéopathie pour aider à rétablir les mécanismes de santé. Par la suite, l’ostéopathe pourra diriger Éloïse vers un autre professionnel, dans le but d’aller travailler certains aspects de façon plus spécifique.

La profession d’ostéopathe n’est pas encadrée par un ordre professionnel, mais elle est en voie de l’être. Par contre, Ostéopathie est l’association professionnelle regroupant le plus grand nombre d’ostéopathes ayant une formation qui répond aux standards de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) et au Référentiel de compétences de la profession d’ostéopathe.

L’acupuncture
L’approche complémentaire qui se marie très bien à l’ostéopathie est sans contredit l’acupuncture. Geneviève Goulet, acupuncteure,2 nous explique que l’acupuncture est une branche de la médecine chinoise, au même titre que la pharmacopée chinoise (les herbes) et le Tuina (le massage). Le thérapeute travaille les points d’acupuncture situés sur la peau, à l’aide de fines aiguilles, de la chaleur (moxibustion), de la pression (acupression, ventouses) et de stimulations (laser, stimulateur électrique). L’objectif est de soulager la douleur et d’améliorer la santé. En choisissant l’acupuncture, Éloïse ira chercher un effet analgésique, relaxant, harmonisant, modulateur et réparateur.

Selon la vision de cette médecine chinoise, l’acupuncteur prend le temps d’observer le patient — il examine son teint et sa langue, il prend son pouls chinois — puis il l’interroge afin de déterminer l’origine de la douleur et de la dysfonction.

En ostéopathie et en acupuncture, chaque patient est considéré dans sa globalité: aspect physique, mental et émotionnel. Son historique médical, son milieu de vie, son environnement de travail, ses relations interpersonnelles et son hygiène de vie sont autant de facettes qui sont pris en considération en vue d’un traitement efficace.

Au Québec, c’est l’Ordre des acupuncteurs du Québec (OAQ)3 qui règlemente l’exercice de cette profession depuis juillet 1995. Seul cet ordre peut octroyer le droit d’exercer l’acupuncture au Québec.

La diététique et la nutrition
Éloïse aimerait se remettre en forme et recommencer à faire du yoga. Un bilan alimentaire pourrait lui être grandement utile. Les diététistes et nutritionnistes sont, pour leur part, les spécialistes de l’alimentation et de la nutrition humaine. Cette profession de la santé est la seule reconnue par le Code des professions4 dans ce champ d’expertise. Par leur solide bagage scientifique, les diététistes et nutritionnistes participent activement au maintien et au rétablissement de la santé. La profession de diététiste est réglementée au Canada; il faut être membre d’un ordre pour pouvoir exercer et utiliser ce titre5.

La naturopathie
Si Éloïse veut pousser un peu plus loin en ce qui a trait à l’alimentation naturelle, si elle se questionne au sujet de ses allergies saisonnières, s’inquiète de possibles intolérances alimentaires qui pourraient nuire à son transit intestinal ou si elle veut améliorer son système immunitaire, une consultation avec un naturopathe pourrait être tout indiquée. La naturopathie peut aider à améliorer les habitudes de vie en intégrant des facteurs naturels de santé qui aideront à soutenir les fonctions physiologiques grâce aux outils naturopathiques, soit l’alimentation, la nutrithérapie (vitamines, minéraux, probiotiques, superaliments, etc.), l’homéopathie, la phytothérapie (plantes médicinales), l’aromathérapie (huiles essentielles) et des techniques de gestion.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com