Mes premiers pas vers le zéro déchet


       

Copier/Coller le code suivant à l'endroit voulu

Vous êtes sur le point d'acheminer cet article à un ami :
Mes premiers pas vers le zéro déchet

 Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Mes premiers pas vers le zéro déchet

Le monde dans lequel on vit nous a tranquillement et sournoisement conduit à en avoir « jamais assez » ou à ne pas être satisfait de ce que l’on possède. « Il faut changer ce divan de cuir brun ! C’est le gris qui est beau. Oh non, c’est le marine, oh non, c’est le vert forêt. Out ce sac à main, out cette monture de lunettes, out ces bottes d’hiver. » C’est de la pure folie.

Et on jette, on jette, on n’en revient pas combien la poubelle et le bac à recyclage se remplissent vite. Alors, on emballe nos lunchs dans des sacs Ziploc, on s’arrête boire un café dans un verre non réutilisable, on termine chacun de nos lunchs avec une belle grosse quantité de déchets et on continue, parce que c’est comme ça. Il faut que ça aille vite, il faut que ce soit simple.

Quand je m’arrête pour y penser, ça m’attriste. Qu’est-ce que je vais dire à ma fille qui va un jour me demander : « Maman, pourquoi vous n’avez rien fait ? Maintenant, on va disparaître »? À ce moment, je vais sans doute la regarder, la mine basse, et lui répondre : « Je ne savais pas quoi faire, je me sentais impuissante, on se sentait tous impuissants. » Mais le sommes-nous vraiment, impuissants ?

On commence par où ?
Ce que j’ai choisi de faire devant ce sentiment d’impuissance, c’est de commencer par le commencement, à petite échelle, chez moi. Réduire, petit à petit, une chose à la fois. Concernant les meubles et les vêtements, je me suis tournée vers l’usagé, il y a environ sept ans de cela. Dans la cuisine, j’ai éliminé les sacs à sandwich, jus et yaourts individuels ainsi que les pellicules plastiques. Je me suis équipée d’une bonne et belle gourde d’eau et d’une tasse à café réutilisable que j’ai appris à traîner avec moi. Une fois qu’on a décidé de réduire sa consommation – et donc ses déchets – et une fois les premières solutions appliquées, le reste vient tout seul. On simplifie de plus en plus nos habitudes de consommation et on a de moins en moins envie d’acheter. J’en suis venue à avoir vraiment de la difficulté à acheter des objets neufs. Alors, je me tourne vers l’usagé et je trouve des trésors. Par contre, si je ne trouve pas, je me donne le droit d’acheter du neuf, sans me sentir (trop) mal, et après m’être assurée de la provenance du produit.

C’est trop difficile !
L’idée n’est pas d’atteindre de la perfection. L’idée est de prendre conscience de la situation et de se demander chaque fois si on en a vraiment besoin et s’il n’y a pas une solution de rechange à l’achat de neuf. Par exemple, si j’ai besoin de tabourets pour l’îlot de la cuisine, je cherche d’abord sur les réseaux sociaux si quelqu’un veut en donner ou en vendre. Je regarde également les groupes d’échange de meubles. Je fais le tour des magasins d’articles usagés. Si je ne trouve pas, je me tourne vers les sites d’achat et de revente. Si après quelques semaines, mon besoin est toujours là (parce que, oui, je change parfois d’idée, ou je me rends compte que je vis bien sans l’objet) et que je ne trouve pas en usagé, je vais opter pour l’achat de neuf. Dans ce cas, une deuxième série de questions survient : dans quel commerce vais-je acheter ? Où est fabriqué l’objet ? Dans quelles conditions et avec quel impact sur l’environnement ? Oui, tout ça est plus compliqué que simplement me rendre à la première grande surface venue. Mais c’est ce que moi, j’ai décidé de faire pour reprendre le contrôle (à petite échelle, mais quand même) de la situation.

Défi : 21 jours sans plastique
Afin de vous plonger dans l’aventure zéro déchet, je vous propose un défi : 21 jours sans plastique. En effet, on dit que ça prend 21 jours pour adopter de nouvelles habitudes. Durant ces trois semaines, éliminez de votre vie les pailles, les sacs, la pellicule et les bouteilles en plastique. En faisant des choix éclairés chaque jour, vous ferez une différence sur l’état de notre planète et pour les générations à venir. Afin de réaliser votre défi avec succès, nous vous proposons des options efficaces, simples, peu coûteuses et écolos !

Les pailles
La façon la plus efficace est de simplement prendre l’habitude de demander à ce qu’il n’y ait pas de pailles dans votre boisson. Il suffit d’apprendre à y penser ! Mais la paille peut être pratique. Par exemple, sur la route pour boire une boisson avec des glaçons, ou pour les enfants. Traînez donc avec vous des pailles réutilisables en bambou, en acier inoxydable ou en silicone.

Les sacs
Bien que plusieurs établissements offrent aujourd’hui leurs propres sacs réutilisables, il y a de chouettes compagnies locales qui proposent des produits écoresponsables et tellement plaisants à montrer ! Équipez-vous ! Pour vous assurer de ne pas oublier vos sacs à la maison lors de vos emplettes, accrochez-les à un joli crochet ou à une poignée de la porte dans l’entrée, ou bien gardez-en dans votre sac à main et dans votre voiture.

Les bouteilles d’eau
De nos jours, les bouteilles réutilisables écologiques, pratiques et belles pullulent ! Il ne reste qu’à choisir votre style : verre muni d’une protection en silicone ou stainless steal. Si vous avez déjà votre gourde en plastique, continuez de l’utiliser. Mais si vous devez en acheter une, évitez tous les types de plastique. Vous pouvez aussi laisser une bouteille au bureau et une autre dans la voiture. Ainsi, vous aurez toujours votre bouteille à portée de main. Aimez votre gourde, choisissez-la bien, une fois pour toutes. Quand y’a de l’amour, on a le goût… Ou avez-vous pensé apporter un verre de la maison au bureau ? Une solution économique et facile.

La pellicule plastique
Ça peut sembler difficile de se débarrasser de la pellicule plastique à la maison, mais une fois l’habitude prise, vous ne voudrez plus y revenir ! Il y a plusieurs solutions de rechange aux pellicules qui ne se biodégradent pas, telles que les pots Mason et autres plats à lunch de ce monde. De nouvelles initiatives ont également vu le jour ces dernières années au Québec. Pensons aux couvre-plats réutilisables qui s’ajustent à l’aide d’un cordon afin de bien épouser les formes de vos bols, aux sacs de style « sacs à sandwich » faits de tissu, ou même aux pellicules fabriquées à partir de coton biologique et de chanvre infusés d’un mélange de cire d’abeille, d’huile de jojoba biologique et de résine d’arbre.

Prec

PARTENAIRES

Partenaire
Partenaire
Lexis Media

7750, boulevard Cousineau, bureau 103, Saint-Hubert (Québec) J3Z 0C8

Gouvernement du Canada
© 2019 - Tous droits réservés - Lexis Média inc.
Design graphique, programmation et hébergement: VisionW3.com