L'art de la relaxation: le yoga Nidra

Yoga

Comment relaxez-vous ? Êtes-vous de ceux qui pensent pouvoir faire une journée de 16 heures remplie, sans se restaurer ? Relaxer, pour la plupart d’entre nous, c’est regarder une vidéo, faire un cours de yoga, surfer sur le web, lire, fumer une cigarette, courir cinq kilomètres, manger une sucrerie ou prendre un café avec un ami.

En réalité, ce sont des diversions sensorielles. 
Cela permet de se changer les idées, ce qui peut être fort plaisant. Pourtant, ce n’est jamais une détente en profondeur. On fait fi des tracas quotidiens sans pour autant les évacuer.

Même si on recherche souvent des endroits paisibles pour vivre le calme, la relaxation est d’abord intérieure. Le Yoga Nidra est une technique à la fois simple, douce et profonde pour développer cette aptitude. Saviez-vous qu’une heure de Nidra vaut quatre heures de sommeil ?

Pourquoi a-t-on tant besoin de relaxer ?
Indéniablement, nous accumulons au quotidien quantité de tensions : éveillés ou endormis, tant au travail que durant les activités de détente. 

Ces tensions s’observent à plusieurs niveaux :
• Physique : notre vie quotidienne par ses sollicitations incessantes nous amène naturellement vers un déséquilibre. Notre environnement exige une adaptation continuelle des systèmes nerveux et endocriniens, qui accumulent de la tension en recréant un équilibre temporaire, par homéostasie. 

• Émotif : au quotidien, nous avons une tendance à réprimer certaines émotions et parfois même à ne plus les reconnaître. Une fois accumulées, ces tensions émotives ne peuvent être libérées lors du sommeil.

• Mental : nous avons une tendance à l’hyper activité mentale, qui crée de la tension ne pouvant pas non plus être évacuée pleinement lors du sommeil.

Accumuler des tensions n’est pas une mauvaise chose en soi, c’est même un phénomène naturel. Il est néanmoins essentiel d’apprendre à évacuer ces tensions, si vous souhaitez tendre vers un certain équilibre intérieur. 

Qu’est-ce que le Yoga Nidra ?
Les dernières minutes de chaque cours de Yoga sont généralement consacrées au Yoga Nidra. Couché sur le dos, l’attention consciente est guidée dans la relaxation du corps. Beaucoup s’endorment, certains ronflent.

Cette partie d’une classe de yoga est aussi importante que le reste du cours. Le Yoga Nidra est le moment durant lequel il n’y a plus rien à faire. Les plans physique, émotif et mental sont petit à petit déchargés de l’accumulation de tensions, afin de laisser place à une harmonie et une paix profonde.

Le Yoga Nidra est la porte vers l’autre versant du yoga : celui qui se déroule à l’intérieur de nous même. Si nous passons la majeure partie de notre temps vers l’extérieur, dans l’action, il est nécessaire de savoir diriger notre attention vers l’intérieur, dans l’inaction.

La sagesse du Yoga affirme que notre capacité à agir est à la mesure de notre capacité à nous détendre. Donc, plus on sait se détendre en profondeur et avec efficacité, plus notre action sera soutenue et efficace !

Comment faire ? 
Un Yoga Nidra se pratique généralement pendant vingt minutes. Bien sûr, il peut durer plus longtemps ou moins longtemps selon le temps dont vous disposez et selon votre réceptivité.

Idéalement, le Yoga Nidra se pratique à partir d’un enre-gistrement audio ou avec un enseignant afin d’être guidé vers les différents paliers de détente. L’idée est de ne pas avoir à réfléchir ni même à penser aux étapes de la détente profonde. Éventuellement, lorsque le chemin vers la détente est plutôt familier, il est possible de se guider soi-même dans de longues détentes profondes.

Phases du Nidra
1 - Pratyara
Dans un premier temps, il est nécessaire de se détacher de ses sens. Tout ce qui se passe à l’extérieur de votre personne (les bruits, les odeurs, les lumières) perd de son importance. L’attention est dirigée vers ce qui se passe à l’intérieur de soi, ce qui est ressenti, les pensées qui émergent. 

Quelques moments peuvent être nécessaires pour y parvenir. Tranquillement, l’activité cérébrale et l’activité des différents systèmes (respiratoire, nerveux, endocrinien) s’apaisent. 

Pratyara, le retrait des sens, est aussi la première étape de la méditation.

2- Témoin
Dans un second temps, il est nécessaire d’apprendre à devenir un simple observateur en soi. Aucun effort de concentration n’est employé, l’esprit est dirigé vers certaines zones du corps, puis vers certains états. 

Il n’y a rien à faire. Rester attentif aux divers mouvements intérieurs est l’essentiel : les pensées qui passent, les sensations qui émergent, les émotions qui font surface. Sans discrimination, sans jugement, sans commentaires. Tout ce qui surgit a sa place momentanée et repart. 

Rester simplement conscient de ce qui circule est un grand défi en soi. Ce sont les vagues de l’océan, vous les regardez monter et descendre, sans chercher à les suivre, à les transformer ou à les arrêter. Vous n’avez pas à comprendre ou à démystifier ce qui doit repartir. 

Le Yoga Nidra, c’est apprendre à diriger son esprit, sans effort. En réalité, cette technique vous amène dans un état de réceptivité profonde devant ce qui prend place en vous-même.

3- Aux portes de l’inconscient
Dans un troisième temps nait un état de relaxation entre le rêve et l’éveil. Yoga Nidra veut dire « dormir avec cons-cience ». À force de suivre les mouvements intérieurs, il est possible que votre attention s’égare vers des espaces où il n’est plus clair si c’est l’éveil, le rêve ou le sommeil. 

Les tensions inconscientes sont relâchées, leur contenu fait surface sous le regard du témoin, c’est un état de rêve éveillé. Éventuellement, des images, des symboles, des informations apparaissent dans l’esprit de celui qui pratique. Grâce à cela, les couches profondes de tensions sont libérées et laissent un état d’harmonie.

À la différence de l’hypnose, vous apprenez vous-même à induire un état de relaxation et l’activité cérébrale est entière. 

Un Nidra ici et maintenant! 
Idéalement, un Nidra se réalise dans Shavasana (sur le dos, paumes vers le ciel, bras et jambes ouverts), sur une surface ferme. C’est la posture qui génère le moins de tensions d’entre toutes!

Voici une version simple :
• Une fois les yeux fermés, écoutez le monde extérieur. 
• Quelques instants plus tard, ramener votre attention en vous-même. Observez ce que vous ressentez.
• Déposez votre attention dans votre corps, puis laissez votre attention se déposer dans votre pied droit, puis dans votre jambe droite et dans chaque partie du corps du côté droit jusqu’au sommet du crâne. Faites de même avec le côté gauche. Prenez le temps de ressentir.
• Observez votre respiration sans chercher à la modifier et comptez 14 respirations, peut-être 28.
• Observez enfin le calme qui s’est déposé en vous.

Vous pouvez toujours adapter votre Nidra aux brefs moments de pause dans votre vie : entre deux rencontres ou en attendant l’autobus. Le chemin intérieur vers la relaxation est le même, la détente sera là. Si l’idéal est d’être couché pour la pratique d’un Nidra, cette expérience peut se pratiquer en assise ou même debout. Dans ce cas, l’expérience touche les premières phases du relâchement.

Soyez patient
Au début, il est possible de constater qu’il y a tant de pensées, d’émotions et d’énergie accumulées en soi que cela donne le tournis. Certains ont l’impression que cela les tend plus que cela ne les détend. Un peu de patience est requis.  

Nous n’avons pas l’habitude de nous regarder être. Parfois, on a du mal à lâcher prise, d’autres fois on s’endort, et cela fait partie du chemin.

Le Yoga Nidra est une clé en or pour l’équilibre au quotidien.

NOÉMIE CRÉPEAU
Yogalavie.com

Par Noémie Crépeau

À lire aussi

Par ­Andréanne ­Thibeault