Geneviève Guérard: Chérir l'équilibre

Entrevue

Depuis qu’elle a quitté les Grands Ballets canadiens en 2006, c’est un peu comme une deuxième vie qui s’est offerte à l’ex première danseuse originaire de La Prairie. Autant Geneviève Guérard a dansé avec passion pendant près de 15 ans, autant elle embrasse son quotidien d’aujourd’hui qui allie sa vie d’entrepreneure, sa vie de communicante, à la télé comme à la radio, et sa vie de maman de deux enfants. Son secret pour tout mener de front? L’équilibre! 

Une passion pour le yoga 
Lorsque Geneviève Guérard raccroche ses chaussons de ballerine, elle recherche rapidement une activité qui la ferait bouger. «J’ai fait l’erreur d’arrêter de danser quarante heures par semaine pendant quinze ans, pour m’assoir sur une chaise toute la journée et écrire. Je suis devenue rapidement très mal dans ma peau, dans mon corps et dans ma tête. J’ai réalisé que bouger, c’est important. Des endorphines, je n’en créais plus du tout et je ne voulais plus danser.» Elle découvre alors le yoga, une activité qui lui permet de retrouver en quelque sorte ses repères, sans toutefois replonger dans la danse. «Danser à nouveau? C’est comme si j’avais travaillé sur moi pendant un an après avoir laissé un chum... pour finalement revenir avec, lance Geneviève sur le ton de la rigolade. Mais avec le yoga, je me sentais chez moi. J’ai vécu toute ma vie dans des studios, alors c’est un environnement “normal” pour moi. Il y a aussi une forme de discipline à laquelle je suis quand même attachée.»

Depuis, le yoga rythme la vie de Geneviève et en fait même partie intégrante. Son coup de cœur pour le yoga est si fort qu’elle ouvre avec son associé, Erik Giasson, le premier studio de yoga Wanderlust, avenue Laurier, il y a quelques années. «On est tombé en amour avec le groupe Wanderlust, parce qu’ils ont compris que le yoga pouvait être tellement frais et actuel en y alliant de la musique contemporaine. Le yoga libère beaucoup de joie. C’est sérieux comme pratique, mais ce n’est surtout pas plate, au contraire.» Au studio, la musique prend alors toute son importance. DJ et band de musique s’y croisent pour envelopper la cinquantaine d’étudiants rassemblés dans une salle. «Je crée aussi des playlists pour tous mes cours que je travaille vraiment comme un chorégraphe qui va ponctuer le voyage et qui va accompagner toute la pratique. C’est quelque chose que j’aimais beaucoup dans la danse, l’effet de la musique qui crée comme une enveloppe qui te permet de te concentrer davantage, et qui permet aussi de donner de l’énergie. La musique, c’est une autoroute vers des sentiments ou un état d’esprit… Je passe des heures à construire mes playlists, mais j’adore ça!» 

Avec le succès que remporte le studio Wanderlust, Geneviève Guérard et Erik Giasson ont décidé d’en ouvrir un second dans Grinffintown, en août dernier. «Nous sommes très heureux, mais cela représente énormément de travail. Quand tu arrêtes de pédaler, malheureusement, ça ne fonctionne plus. Mais j’ai la chance d’être associé à un gars solide.» Un festival du même nom a également lieu tous les étés en août, à Mont-Tremblant. Une occasion unique de faire des découvertes en tous genres et de tester de nouvelles formes de yoga. «Chaque année, ça prend de l’ampleur et c’est de plus en plus solide, mais tout en gardant son authenticité», souligne Geneviève.   

Outre les studios Wanderlust, Geneviève Guérard s’implique aussi dans de grandes manifestations de yoga, comme le Lolë White Tour, où elle s’est retrouvée devant plus de sept mille adeptes. «C’est un événement complètement fou! Ce n’est pas un cours de yoga ordinaire», lance Geneviève. Elle s’associe également à Expo Yoga qui aura lieu en février prochain, et où elle y donnera des leçons de yoga. «Et c’est aussi une chance de rencontrer la communauté et d’échanger!», précise-t-elle.   

Une vie diversifiée 
En parallèle du yoga, Geneviève Guérard maintient également une présence à la télévision de même qu’à la radio. C’est en tant que juge du Match des étoiles qu’elle fait ses premières armes dans ce monde qui lui était encore inconnu à l’époque. «Quand j’ai quitté les Grands Ballets, j’ai commencé directement à la télé. J’étais vraiment heureuse d’avoir l’occasion de parler, parce que j’ai quand même passé plusieurs années en silence, à m’exprimer autrement. Mais plus jeune, je faisais des concours d’art oratoire et des cours de théâtre pour le fun. J’aime tout simplement communiquer!»

Les tournages pour les séries Voulez-vous danser et Voulez-vous fêter restent mémorables pour Geneviève. «Ça m’a emmenée jusqu’en Polynésie Française, pour apprendre des danses traditionnelles. À part tourner pour Almodovar, je ne vois pas ce qu’il y a de plus le fun, s’exclame l’animatrice. Quand on me l’avait proposé, j’étais un peu réticente. Je venais juste d’arrêter de danser, mais rien ne ressemblait à ce que j’avais fait dans ma carrière, j’ai fait des danses plus populaires ou traditionnelles. Quelqu’un me demandait, as-tu tout dansé? J’ai pris quelques minutes pour y penser, et finalement, après 30 épisodes, je pense que j’ai tout dansé!»

Aujourd’hui, elle présente sa chronique sur le mieux-être à Salut, Bonjour! et fait partie du club de lecture Plus on est de fous, plus on lit, sur les ondes de Radio-Canada Première. «J’ai quand même un peu le syndrome de l’imposteur, car je ne suis pas allée à l’université, parce que j’ai dansé professionnellement dès l’âge de 19 ans… Qu’on me fasse confiance pour lire un livre et dire ce que j’en pense, j’en suis très honorée et je prends ce travail très au sérieux. Je ne lis rien en diagonale! J’adore et j’admire beaucoup Marie-Louise Arsenault, à la barre de l’émission. J’admire son parcours, son intelligence, son audace.» 

Malgré des horaires souvent chargés, pour rien au monde Geneviève Guérard ne mettrait une croix sur ces activités. «Ce sont des à-côtés auxquels je tiens beaucoup, parce que j’aime avoir une vie assez diversifiée. J’ai toujours été curieuse d’un milliard de choses… C’est fondamental pour mon équilibre. C’est aussi le fait d’avoir dédié ma vie à 20 ans de ballet. Mes étés, mes fins de semaine… tout était tourné vers le ballet. J’ai comme vécu une crise d’adolescence quand j’ai arrêté, parce que tout d’un coup, la vie s’ouvrait à moi. J’étais tellement excitée de faire autre chose! Cette envie ne m’a pas quittée et ne me quittera pas.»

Prendre soin de soi et des autres
Malgré une présence à assurer aux deux studios de yoga et son implication à la télé comme à la radio, Geneviève Guérard réussit tout de même à conserver un équilibre, qui est quelque chose de fondamental pour cette maman de 2 enfants. Et prendre le temps d’être en famille est aussi une nécessité. «Ma priorité, c’est mes enfants. Je trouve qu’il est important d’être à la maison le soir, pour faire les devoirs… j’aime bien cette qualité de vie.» 

Et pour rester en forme, autant physiquement que mentalement, Geneviève Guérard peut évidemment compter sur le yoga, mais pas que ça. «La grande découverte de mon année, c’est la méditation mindfulness (pleine conscience)! Je l’ai incorporée dans mon quotidien avec un 10-15 minutes soir et matin. C’est vraiment précieux comme outil. C’est vrai que je n’ai pas tout le temps de pratiquer le yoga, depuis que j’ai eu la bonne idée de devenir et d’ouvrir 2 studios (rires)! J’ai beaucoup moins de temps pour moi, mais la méditation est d’une efficacité redoutable! Je pense que je suis vraiment ordinaire et représentative de tout le monde. Dans les vies qu’on mène, on accumule beaucoup de stress et c’est une hygiène mentale que j’ai incorporée dans ma vie. J’en ai besoin comme j’ai besoin d’une douche ou de me brosser les dents.»

Inclure des petits gestes au quotidien qui font du bien, c’est un peu le mantra de Geneviève qui n’hésite pas à se chouchouter à la maison une fois de temps en temps. «Il y a quelque chose que j’ai conservé de mes années de ballerine, c’est la coquetterie. J’aime bien prendre soin de moi, me chouchouter à la maison avec des bains, des soins. Des fois, je fais rire mes enfants parce que je me fabrique des masques naturels à la maison avec du miel et des avocats et je me promène en criant: attention, je suis verte!», s’amuse Geneviève. Le jogging est aussi un allié essentiel à son bien-être. «Je faisais partie de la catégorie des gens qui pensait que les joggers étaient des malades (rires)! Mais on m’a appris à jogger. C’est une technique qui s’acquiert, tout comme la méditation.» 

CASSANDRA POIRIER
Journaliste

Par Cassandra Poirier

À lire aussi

Par Andréanne Blanchard
Par Andréanne Blanchard